TELECOM PARIS ALUMNI
Retour aux actualités
Article précédent

Mon expérience à l'Imperial College, London - by Guénolé Lallement (2015)

Portraits

-

23/09/2019

Mon choix

Depuis plus d’un siècle l’Imperial College de Londres a établi une remarquable réputation d’excellence dans l’enseignement et la recherche. Le département Electrical and Electronic Engineering de la faculté d’ingénierie a développé un Master of Science dans le design de circuits intégrés analogiques et numériques, qui a attiré mon attention. Les méthodes d’enseignement novatrices portant sur un large éventail de sujets, aussi bien fondamentaux que pratiques, de la science et des technologies, offrent aux étudiants les meilleurs ingrédients pour leurs futures recherches en électronique.

Avant de partir, j’étais étudiant en deuxième année à Télécom Paris, cursus Paris. J’avais pour objectif d’obtenir mon diplôme d’ingénieur dans le domaine des Systèmes Embarqués et Systems On Chip. Mon implication dans ce master de l’Imperial College, lié au domaine de la conception des circuits intégrés, était bénéfique dans mon but de devenir un expert et d’exceller dans ce domaine de l’électronique.

Une expérience comme stagiaire à l’Institut d’Électronique Fondamental, laboratoire dirigé conjointement par l’Université Paris Sud XI - Orsay et le C.N.R.S., m’a donnée l’occasion de développer mon goût pour le domaine des technologies micro et nanoélectroniques. Au sein de l’équipe de chercheurs et de doctorants, j’ai pu mener une étude complète dans ce domaine. Il s’agissait d’un cas réel qui m’a fait comprendre le processus de la gestion d’un projet de recherche.

En effet, depuis quelques années, ma volonté de devenir ingénieur et chercheur s’est affirmée. Ces personnes participent à améliorer et construire le monde de demain ; ce sont les acteurs du progrès technologique. Je crois que ce master en électronique m’a permis de développer les conditions pour devenir un expert dans ce domaine.

Une année à Londres

La vie en tant qu’étudiant à Londres est très différente de la vie de campus que l’on peut trouver partout ailleurs. Ce point apparaît souvent comme un facteur décisif pour le choix de ce cursus. En effet, une des préoccupations majeures, avant de pouvoir partir étudier dans cette ville, est de savoir estimer le coût de la vie dans la capitale.

Bien que le prix des loyers et du coût de la vie soit plus élevé qu’en France, de nombreux avantages sont à la disposition des étudiants pour profiter au mieux de la vie londonienne. Des réductions existent un peu partout, que ce soit dans les bars, les clubs ou les restaurants. De plus, les bureaux des élèves, unions participent à offrir une vie associative riches et peu onéreuse. Bien que je ne le conseille pas, il est enfin possible de gagner un peu d’argent en trouvant facilement du travail à temps partiel.

En ce qui concerne les transports en commun, le réseau urbain fonctionne parfaitement bien. Encore une fois, une réduction étudiante permet de réduire les coûts, qui reste tout de même élevée. Cependant la qualité du service et sa fiabilité justifient les dépenses associées. Petit plus, les bus 24h/24h garantissent de pouvoir se déplacer en toute circonstances. De plus, la majorité des avantages de cette ville, de la vie nocturne aux marchés, des musées aux parcs, se situe dans le centre même.

Londres offre une très riche expérience culturelle et une diversité dépaysante. Ainsi, vivre à  Londres est avant tout un choix individuel mais, avant de partir, chaque étudiant devrait se questionner sur les coûts et avantages d’une telle expérience. L’atmosphère cosmopolite de la ville, l’émulation qui s’en dégage et l’animation constante, en font le lieu privilégié pour un enrichissement personnel et culturel.

L’enseignement au sein de l’Imperial College

D’un point de vue purement académique, l’enseignement au sein d’une institution anglo-saxonne peut paraître déroutante. Pour avoir suivi une formation en classe préparatoire et en école d’ingénieur, j’ai été « formaté » à un système où la place de l’enseignant est très présente.

A l’inverse, le système que j’ai pu découvrir à l’Imperial College laisse plus de flexibilité et de liberté à l’étudiant. L’encadrant n’est souvent là que pour faire découvrir un sujet et il n’est pas rare de devoir continuer ses recherches par soi-même à la bibliothèque pour se préparer à un examen. Cela se fait notamment ressentir sur le nombre d’heure de cours dans une semaine. Il n’y a généralement pas plus de vingt heures de cours par semaine. En revanche, le travail personnel peut facilement prendre beaucoup de temps, que ce soit pour des projet ou pour préparer ses leçons.

Mon master présentait aussi la particularité de durer une année complète, du 4 octobre 2014 au 30 septembre 2015. Cela peut paraître long, mais l’année est divisée en trois parties. La première, jusqu'à fin décembre ne présente que des cours et des projets associés. Ensuite, de janvier jusqu’à mai, l’étudiant se voit attribuer un projet propre sur lequel il doit travailler à temps partiel en parallèle des cours et autres projets. A la fin de cette période, une session d’examens est généralement programmée sur huit ou neuf matières. Enfin, jusqu’à la fin de l’année, l’étudiant doit travailler à temps plein sur son projet de master. Pour faire une analogie simple, cela pourrait correspondre à un master recherche en France.

Pour être honnête, ce format est très dense. Malgré le peu d’heures de cours dispensées, il y a peu de repos. Les deux périodes de vacances, trois semaines en décembre/janvier et quatre semaines en avril sont vraiment bénéfiques. Ces spécificités dépendant cependant du master, et il n’est pas rare que certains aient des fonctionnements différents.

En conclusion, un master of science à l’Imperial College offre une véritable expérience en termes d’apprentissage académique. L’étudiant est facilement incorporé dans des équipes de recherche sur des sujets concrets. L’ensemble des projet mis en place permet d’acquérir des connaissances concrète utiles dans un futur projet professionnel.

Préparer son départ

1. Passer du temps à préparer sa candidature

Avant de pouvoir partir étudier à Londres, je recommanderais de commencer les démarches administratives six à huit mois avant le départ. Il faut en effet passer des tests de langues, IELTS ou TOEFL, et obtenir toutes les références obligatoires. Il faut généralement deux lettres de recommandations et une lettre de motivation expliquant pourquoi vous voulez étudier dans telle ou telle université. Une fois le dossier de candidature terminé, la réponse ne prend généralement pas beaucoup de temps et le futur étudiant est relativement bien guidé par la suite.

2. Préparer son arrivée

Les premiers mois à Londres peuvent sembler effrayant et déroutant, mais c’est une fantastique expérience. Trouver un logement n’est pas si compliqué, et la majorité des universités dispose de services pour vous aider. De plus, il existe une forte solidarité entre expatriés et étrangers vivant à Londres. Il ne faut pas hésiter à demander à ses contacts plus ou moins proches comment faire pour ouvrir un compte en banque, avoir un numéro de téléphone, trouver une collocation, etc. La plupart des gens seront prêt à vous aider pour s’installer et vous faire découvrir la ville.

3. Voyager au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, le système de transport fonctionne particulièrement bien et voyager est très facile. Les offres présentées permettent de se déplacer facilement en train ou en bus pour découvrir d’autres villes telles que Cambridge, Oxford, Brighton ou Bath et Bristol. De plus, la vie dans ces villes est généralement moins chère, ce qui compense le prix du voyage et du logement.

4. Garder un équilibre entre visiter et étudier

Un des challenges d’une année à l’étranger est probablement de trouver un compromis entre la vie étudiante et la découverte de la culture du pays. Etudier à Londres, particulièrement pour un étudiant étranger en master, requière de l’attention et du temps. Il y a beaucoup à apprendre lors des séances de cours et encore plus à apprendre par soi-même. Il est important de rester à jour avec le programme et ne pas se laisser surpasser. En même temps, il y beaucoup de chose à faire et à découvrir dans la ville ; l’histoire, la culture et la vie sociale. Il est important de trouver son équilibre pour rester efficace et profiter au mieux de cette année à l’étranger.

5. Foncez !

Mon dernier conseil si vous désirez partir étudier à Londres ? 
Foncez sur chaque opportunité, n’ayez pas peur, soyez prêt.e à apprendre, à expérimenter et partager.

Guénolé Lallement Promo 2015 – Cursus Paris dont 3ème année à l’étranger, en double diplôme : Master of Science, Imperial College London

346 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

Lydia Lauréat du Prix de la Croissance

User profile picture

Melina LAURICELLA

29 mai

Portraits

Portrait de Pascal Recchia (00) - Digikare

User profile picture

Melina LAURICELLA

16 novembre

Portraits

Portrait de Victor Chevalier - Comète

User profile picture

Melina LAURICELLA

03 juillet