Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Rencontre avec Uavia, la start-up qui connecte les drones

Articles Revue TELECOM

-

10/01/2017

 
Le rédacteur en chef
vous propose de découvrir
l'article coup de coeur de leur dossier. 





Rencontre avec Uavia,

la start-up qui connecte les drones

 


Rencontre avec Clément Christomanos, l’un des cofondateurs, et ingénieur en Systèmes Embarqués.

Uavia met à disposition des sociétés une suite technologique complète de matériel et de logiciels permettant d’effectuer toute inspection et surveillance aérienne totalement à distance par l’intermédiaire de drones connectés à Internet via les réseaux mobiles 4G/LTE.

Comment est venue l’idée d’Uavia ?
Le projet est né alors que nous étions étudiants en fin de première année à Télécom SudParis. Pierre menait alors des petits projets avec des drones de loisirs, et nous nous sommes très vite aperçus des limites des drones de l’époque, et notamment la portée des transmetteurs radio. Nous avons déjà perdu un drone, incapables de récupérer un signal Wi-fi perdu au cours du vol ! J’ai alors eu l’idée d’utiliser les réseaux mobiles 3G/4G afin de palier les problèmes de communication. Nous nous sommes ensuite rendus compte du potentiel incroyable de ces machines pour un usage professionnel, et avons décidé de créer l’entreprise, pour transformer ces « jouets » en véritables outils industriels.

Vous vous êtes donc lancés en sortant d’école ?
Nous avons présenté notre projet au cours du Challenge Projets d’Entreprendre en 2014, organisé par l’incubateur de Télécom SudParis, et notre équipe l’a remporté. Ce prix a été un véritable déclencheur, qui nous a convaincus de créer l’entreprise, grâce à l’incubateur IMT Starter. Depuis, nous avons pu présenter notre projet au cours de quelques prix, français, européens, ainsi qu’à l’international...
 
Quelle est votre vision du drone ?
Pendant trop longtemps, le drone a été considéré comme une fin et non comme un moyen. Depuis la création même de la société, notre philosophie est de faire du drone un outil, un moyen d’accéder à de la donnée, donnée qui sinon resterait inaccessible ou très coûteuse à obtenir.
 
Uavia est donc le moyen d’obtenir ces données grâce aux drones ?
Le modèle qui s’est structuré sur le marché ces dernières années est simple. Les donneurs d’ordres font appel à des prestataires (ou internalisent des équipes) qui se déplacent de manière ponctuelle sur le terrain, réalisent l’inspection, et fournissent ensuite les résultats de la mission. Mais, dès lors qu’un industriel a un besoin de répétitivité très importante (i.e. faire une vérification toutes les heures) ou un besoin de réactivité (i.e. être capable de lancer une vérification en dix secondes), l’usage de prestataires ou d’équipes internes est coûteux et inadapté. C’est pourquoi nous avons créé Uavia. Nos drones sont les seuls drones connectés du marché pouvant être pilotés très simplement depuis n’importe quel ordinateur connecté à Internet, même depuis l’autre côté du globe, et ce grâce à l’usage des réseaux cellulaires (3G, 4G…).
 

Que voit l’utilisateur qui se sert de votre solution pour réaliser ces d’inspection à distance ?

L’utilisateur de la solution Uavia accède à une application web qui lui indique l’état de la flotte de drones disponibles. Il sélectionne ensuite un ou plusieurs drones avec lesquels réaliser une mission. Ces missions peuvent être de deux types : il s’agit ou bien d’une mission complètement automatisée, où l’utilisateur ne fait que superviser, ou alors d’une mission dite « d’opportunité », où l’utilisateur explore en temps réel et à distance l’environnement du drone. Un clic sur la carte permet de déplacer le drone à un endroit précis, tandis qu’un autre clic permet d’orienter le capteur vers la zone qui est d’intérêt pour la mission. Dans les deux cas, il visualise en temps réel les résultats de la mission et les données récoltées. L’utilisateur peut également planifier des missions à l’avance. A noter que la réglementation nous impose la présence d’un opérateur derrière l’écran pour superviser ces opérations, même si cela n’est pas nécessaire d’un point de vue technique. Ensuite, l’application permet de réaliser un reporting au sein duquel l’utilisateur peut ajouter des annotations géolocalisées.

Parlons maintenant technique. Quels défis techniques avez-vous dû relever ?
L’un des grands défis techniques a concerné les communications 4G et Internet. Il a fallu réaliser un système d’une très grande fiabilité et minimisant la latence (le temps de trajet de l’information sur le réseau), le tout sur Internet. Le tout premier prototype de drone connecté a été réalisé par notre équipe en quelques semaines. Mais il a fallu un an et demi de R&D pour nous permettre de disposer du système le plus fiable et le plus sécurisé possible. Et la R&D continue en permanence. Il nous a fallu créer de nombreuses briques technologiques pour parer à tous les cas possibles. Par exemple, la couverture en réseau 4G n’étant pas uniforme, nous avons développé des algorithmes permettant de garder dans le temps la mémoire de cette couverture, afin que le drone puisse retrouver de lui-même le réseau s’il venait à le perdre. Illustration de ce défi relevé : l’équipe a réalisé la première mondiale de piloter un drone situé à Paris depuis San Francisco, à 9 000 km de distance !

Vos prochains objectifs ?
A moyen terme, nous souhaitons réaliser une importante levée de fonds afin de réaliser l’industrialisation de notre solution tout en mettant en place une force commerciale permettant de déployer nos solutions en France et à l’étranger, sur une vaste gamme de cas d’usage différents. Nous avons par ailleurs bien d’autres innovations qui pourront, de plus en plus, faire du drone un outil incontournable de l’usine du futur !

Les fondateurs


 

 
Clément Christomanos,
Ingénieur Systèmes Embarqués,
originaire du Pas-de-Calais, 24 ans,
passionné d’aéronautique et pilote de planeur.


Luc Clément,
 
Ingénieur Architecte des Systèmes et des Réseaux,
originaire de Colmar, Alsace, 24 ans,
lauréat de concours de programmation
(Legends of Code, Google Paris Hash Code…) 
Pierre Pelé, 
Ingénieur Systèmes Embarqués,
originaire des Yvelines, 24 ans,
passionné d’électronique et audiophile

Yann Dobignard,
Ingénieur Mécatronique, originaire du Morbihan, 42 ans,
pionnier du drone en France et ancien champion 
d’aéromodélisme
     
 

1606 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet