Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 167 - L'apport du Web 2.0 au fonctionnement d'une association

Articles Revue TELECOM

-

15/12/2012


L’apport du Web 2.0

au fonctionnement

d’une association

 


par Henri Cesbron Lavau, Président de X-Mines-Consult, dans la revue TELECOM n° 167

 

Article publiée dans MINES Revue des Ingénieurs n° 463, septembre-octobre 2012, avec l'aimable autorisation de l'auteur
 

Les règles d’unité d’action, de lieu et de temps qui régissait classiquement le théâtrede nos métiers de consultants se sont trouvées fortement remises en cause par le Web 2.0 :

  1. Les actions sont devenues massivement parallèles
  2. Les lieux se sont ouverts à toutes les connexions
  3. Les temps sont devenus plus synchrones mais aussi plus différés.

Les nombreuses actions menées en parallèle sont devenues notre lot quotidien lors de ces heures passées au traitement des informations que ce soient des mails ou des messages sous leurs différentes formes plus ou moins instantanées : SMS, forum, tweetou status2. Mais comme l’ont montré diverses études récentes3, nous sommes plus efficaces à traiter une chose à la fois. Il en résulte que les interruptions continuelles qu’induisent à tout instant ces messages qui appellent des réponses immédiates doit nous amener à trouver les règles de fonctionnement personnel qui nous permettent de conserver une bonne efficacité.

Les lieux se retrouvent tous – en tout cas connectables – sur le portable sur lequel j’écris cet article4. La possibilité de l’omniprésence trouve cependant ses limites.

On ne peut pas toujours organiser une réunion mondiale : il faut bien tenir compte des décalages horaires. Mais le Web 2.0 sait traiter aussi cela en permettant le décalage dans le temps. Par exemple, celui qui expose ses propositions peut le faire dans une courte vidéo (il suffit de l’enregistrer avec sa webcam), la mettre en ligne ou l’envoyer à ses interlocuteurs, qui à leur tour y répondent dans les heures qui suivent.

Internet va-t-il faire évoluer l’homo sapiens plus que l’écriture et que l’imprimerie ? L’ubiquité réseaunale multiplie les connaissances, mais nous éloigne de la connaissance.

Les trois axes d’action, de lieu et de temps ainsi traités poussent à l’atomisation. Certes, la souplesse de réaction se trouve augmentée. Mais ceci rend plus nécessaire l’attention permanente aux buts recherchés pour resituer et hiérarchiser nos réponses afin d’en assurer la cohérence. L’atomisation ne doit pas conduire à l’ anomisation5.

Que projeter de ceci pour une association ?

L’association X-Mines-Consult6 qui regroupe quelques centaines d’ingénieurs consultants a saisi l’apparition des nouvelles technologies comme levier de redynamisation de son fonctionnement interne et externe.

En interne, il s’agit de permettre aux membres de mieux communiquer entre eux. Les moyens « publics » déjà nombreux, mûrs et bien identifiés, réseaux sociaux, messageries instantanées, sont (trop) ouverts ou (trop) fermés. C’est la raison pour laquelle un espace d’échanges professionnels entre ingénieurs issus de grandes écoles a toute sa place. Il permet de se retrouver autour des valeurs d’actions à partager.

Le premier impératif est donc de se connaître : un annuaire dont les détails plus approfondis sont réservés aux membres permet à chacun de constituer rapidement des équipes autour d’une proposition. De cet annuaire, régulièrement mis à jour, sont extraits des mots clés qui permettent un repérage dans les moteurs de recherche.

La même nécessité d'identification se retrouve au niveau des membres. Chacun doit pouvoir se présenter et donner des moyens aux autres d'être reconnu. Les indications d'origine, de parcours, la description des expériences professionnelles et des domaines de compétences doivent permettre au moteur de recherche interne de retrouver facilement ceux avec qui l'on souhaite travailler et former équipe le temps d'une mission.

Internet est une fabrique d'identités numériques.

Les moyens de l'identification sont donc le premier apport de l'Internet.

Le second impératif est de permettre à l’équipe une fois constituée d’échanger facilement au travers d’espaces privés et d’instruire son dossier à partir d’outils collaboratifs.

Chacun de ces espaces, transcendant les outils qu’ils proposent, n’en garde pas moins une personnalité propre : on ne parle pas dans une réunion professionnelle comme au café du coin et cette règle de sociabilité s’est bien sûr retrouvée dans le Web. Le style de l’échange sur LinkedIn diffère de celui d’un mail. Au-delà des outils, il est donc essentiel de créer l’ambiance la plus favorable.

Les échanges par Internet ont cette caractéristique de n’être ni tout à fait de la parole (qui vole), ni tout à fait de l’écrit (qui reste), mais, entre les deux, de la parole qui reste. L’expression est plus spontanée dans les échanges écrits de l’Internet mais doit tenir compte d’une différence essentielle avec la parole qui est d’être mise aussitôt dans une mémoire qu’on ne pensait ni aussi publique et ni aussi pérenne. Dès lors notre message sera peut-être lu plus tardivement et dans un contexte qui aura évolué. Il est important de retenir que la réaction immédiate que permet l’outil est souvent mauvaise conseillère (on devrait tourner sept fois ses doigts au-dessus de son clavier). L’ambiguïté de la langue – qui en fait aussi la richesse et le génie – peut donner lieu à une compréhension erronée et il est difficile d’écrire au second degré sans risquer de n’être lu qu’au premier par un lecteur trop pressé. Autant de subtilités présentes dans le ton de l’expression ou les mimiques qui enrichissent l’échange dans une réunion physique et qu’on ne peut rendre facilement sur – le bien nommé – écran.

C’est pourquoi, il est important que la communauté bénéficie de l’apport de modérateursqui soutiennent la qualité des échanges et recentrent les débats dans une perspective constructive.

L'association elle-même se doit d'avoir une identité forte par un nom de domaine, un logo, une présence graphique et un style de présentation. Les outils ne manquent pas, mais on remarquera leur très forte concentration, preuve s'il en était, à leur niveau, de l'importance primordiale de l'identification.

Les formats de l’échange doivent être adaptés aux modes de communications interpersonnelles : one-to-many dans les commentaires d'articles par exemple où l'on adresse ses opinions au groupe dans son ensemble, mais aussi one-to-one pour vérifier et valider une idée d'action avec un autre ou encore many-to-many au sein de petits groupes constitués en fonction des besoins et du partage d'éthiques et de modes d'actions communs.

Il est important également d'assurer une mémoire collective du groupe qui vienne en soutien.

Les outils existent, mûris au fil des années : mails, newsgroups et forums, blogs, réseaux sociaux, flux RSS et autres tweets. Ces outils très larges font qu’on ne peut se reconnaître dedans.

Paradoxalement, mais logiquement du fait de l'importance du premier point à savoir la prégnance de l'identification, ces outils restent d'une certaine manière prisonniers de leurs images respectives. Les tentatives régulières de diversification se soldent régulièrement par un retour au paysage désormais bien en place. C'est qu'il manque à ces outils une idée fédératrice. Pour réussir chacun d’eux cherche à se distinguer, et fonctionne de ce fait à contre-courant de sa visée universaliste. Les outils universels sont par nature limités dans leur portée.

Il en va tout autrement au niveau d'une association : celle-ci dispose d'un objectif commun et à son niveau, rassembler les différents outils cités sous sa bannière est un puissant moyen de concourir à son objectif.

Les outils d'Internet permettent donc à une association d'ingénieurs consultants de se faire connaître, de recevoir des offres de missions et de former très rapidement à partir de ses membres les équipes pour les réaliser.

L’universalisation du temps et de l’espace accélère la mise en place de solutions à des problèmes antérieurs mais, comme nous le constatons tous les jours, accélère aussi l’apparition de nouveaux problèmes, leur donnant la fulgurance d’un tweet.

1 Qu'en un lieu, qu'en un jour, un seul fait accompli. Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli. Boileau. L'Art Poétique (chant 3, vers 45-46), (1674)
2 Status : Indication de "l'état" dans lequel on se trouve par une courte phrase affichée dans le profil, couramment appelée le "statut" par translittération plus que par traduction du terme anglais status.
3 Lire par exemple Getting Organized in the Google Era, Editions Brodway Books, par Douglas Merrill, ancien vice-président chargé des services d'information de Google
4 et sur votre portable si vous lisez cet article en ligne
5  Néologisme tiré de anomie : désorganisation, destructuration d'un groupe, d'une société, causée par la disparition progressive de lois, de normes, de valeurs communes. Dictionnaire "Antidote" Mobile. Druide Informatique. Inc
6 http://xmines consult.com
6 Les gestionnaires de communauté ou Community Managers


L'auteur


Henri Cesbron Lavau est diplômé de l’Ecole Polytechnique Promotion 1968 mais également de l’ENSAE, promotion 1973 secteur économie ; de Sciences-Po Paris, promotion 1973 de la section politique, économique et sociale, sciences politiques ; de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales où il obtiendra en 1976, un DEA en Psychologie sociale des processus de groupe, de l'éducation et de la formation des connaissances. Il est également titulaire d’un BADGE en Management Associatif de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris. Il a mène sa carrière notamment dans le domaine de la Recherche opérationnelle du conseil et de la formation permanente, et en tant qu’enseignant dans les grandes écoles. Il exerce également en tant que psychanalyste. Enfin, il est fondateur d'une société dédiée aux services aux associations et fédérations.

365 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril