Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 167 - "Le conseil, un challenge permanent ..."

Articles Revue TELECOM

-

15/12/2012



Le conseil

un challenge permanent...

 



Entretien avec Amélie Torrents (2010) dans la revue TELECOM n° 167



Diplômée de Télécom ParisTech en 2010, et après avoir suivi le cursus informatique proposé par l'école, Amélie Torrents est entrée à Solucom en tant que consultante en architecture du Système d'Informations (SI). Qu'est-ce qui se cache derrière cette fonction ?


Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans le conseil ?

Ce qui m'a d'abord attiré dans le métier de consultant est le fait d'accompagner le client dans la conception et la mise en oeuvre de solutions innovantes au sein de son SI. De plus, le métier est passionnant et propose de nombreux défis : être en permanence à la pointe des nouvelles technologies, savoir s'adapter au contexte et au besoin de chaque client, dialoguer avec les interlocuteurs de tous niveaux.


En quoi consistent vos missions ?

Les missions sont extrêmement variées dans le métier de consultant. Les grandes thématiques d'aujourd'hui sont nombreuses (nouveaux terminaux, Cloud, grands projets de transformation...). Chaque mission répond à un besoin et un enjeu particulier d'un client.
Par exemple, j'ai réalisé une mission de 15 mois dans un bureau d'architecture, où mon rôle était de vérifier l'adéquation de l'architecture proposée avec les besoins et les 
politiques de l’entreprise. Récemment j’ai effectué une mission très courte, sur une semaine, visant à challenger et optimiser le dimensionnement d’une architecture qui avait été réalisée. Il peut s’agir également d’accompagner un client qui souhaite fusionner plusieurs de ses SI en un seul, centralisé pour l’ensemble des filiales ou directions. D’autres missions consistent en la réalisation d’audit, d’états de l’art, le cœur du métier restant de préconiser une solution en se basant sur l’étude comparative de plusieurs scénarios. La liste des missions ne s’arrête pas là, et s’enrichit au gré des nouveaux besoins et enjeux des clients.
 

Pouvez-vous nous donner des exemples concrets de tâches que vous réalisez ?

Prenons l’exemple du bureau d’architectes cité plus haut. Il en existe en effet de nombreux chez nos clients, et c’est un exemple représentatif de missions pour des consultants en architecture. Lorsqu’une application a besoin d’évoluer fonctionnellement ou techniquement, elle doit soumettre ce changement au comité d’architecture de l’entreprise pour qu’il puisse être approuvé. Concrètement, il s’agit pour moi de relire le dossier d’architecture technique, et de vérifier la cohérence de l’architecture avec les besoins du métier, les préconisations et solutions internes à l’entreprise, garantissant ainsi une solution adaptée et optimisée économiquement. Il m’arrive également d’intervenir plus en amont dans les phases projet, et mon rôle est alors d’étudier les différentes solutions qui pourraient répondre au besoin du client, et de les comparer selon plusieurs critères (intégration dans le SI, sécurité, exploitabilité, coûts engendrés,…)
 

Sur quels types d’applications êtes-vous amenée à travailler ?

Les applications que l’on rencontre chez tous les clients sont celles utilisés par les fonctions de support (comptabilité, ressources humaines...). En revanche, en fonction du secteur dans lequel travaille notre client, les applications métier peuvent varier du tout au tout. Par exemple, EDF a de nombreuses applications liées à la gestion des centrales nucléaires, à la production et l’acheminement de l’énergie électrique ; la FNAC a besoin d’applications permettant à ses vendeurs de répondre efficacement aux sollicitations des clients… Les banques, elles, doivent disposer d’applications performantes et qui tracent toutes les actions, afin d’être en conformité avec les contraintes réglementaires du secteur.
 

Travaillez-vous directement dans les locaux du client ?

La plupart du temps, je suis en immersion parmi les équipes du client. Ceci permet une communication et un travail plus efficace. Il est ainsi plus facile de monter rapidement une réunion avec les acteurs. De plus, discuter de vive voix avec nos divers interlocuteurs permet de nouer des liens et de créer une relation de confiance avec les employés de l’entreprise cliente. L’accès aux ressources documentaires est également facilité par un poste qui nous est fourni et un accès au réseau. En revanche, pour des missions courtes ou pour des travaux en interne, il est possible de rester dans les locaux de Solucom, et de joindre les interlocuteurs par téléphone ou mail.
 

Est ce que le fait d'être consultant amène à se déplacer régulièrement ? En France ? A l’étranger ?

Dans ce métier, la grande majorité des clients est située en région parisienne, mais pour les besoins de certaines missions, il arrive que l’on soit amené à effectuer des déplacements. Solucom se développant à l’international, certains des consultants sont amenés à travailler en Belgique, au Maroc, au Royaume-Uni ou en Espagne. Récemment dans le cadre d’une mission de rationalisation de coûts, une banque nous a demandé d’envoyer des équipes de deux consultants à Londres, New York, Singapour pour une durée de trois mois, ce qui leur a permis de découvrir une façon de travailler différente, des cultures distinctes, mais aussi de profiter de ce moment pour voyager.
 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Un des aspects les plus motivants de ce travail est le challenge permanent qu’il représente. Il faut en effet rester à la pointe de l’innovation, des nouvelles technologies afin de pouvoir conseiller efficacement nos clients. De plus, pouvoir changer régulièrement de mission me plaît particulièrement, car il s’agit d’appréhender un nouveau contexte rapidement, et cela permet de faire à chaque fois de nouvelles découvertes techniques, organisationnelles, mais aussi de faire de nouvelles rencontres.
 

Pour vous, est-ce un métier à long terme ou un tremplin dans une carrière ?

La richesse des contextes clients, des technologies, et des missions proposées par ce métier me confortent dans l’idée d’une carrière long terme dans ce secteur. Ce métier est stimulant et épanouissant, et offre, de plus, de nombreuses opportunités d’évolution de carrière. Un consultant se verra ainsi confier des responsabilités via le pilotage de missions et d’un groupe de consultants. Il est également possible d’évoluer au sein du cabinet afin d’être expert sur un domaine, ou de devenir responsable de la carrière d’autres consultants.
 

Selon vous, quelles sont les qualités à posséder pour exercer ces fonctions ?

Les qualités essentielles pour exercer le métier de consultant sont la capacité d’écoute et l’esprit d’analyse afin de comprendre le besoin du client, et de pouvoir le conseiller au plus juste. Il est également primordial, afin de fournir au client des livrables de qualité, de faire preuve d’esprit de synthèse, de rigueur, et d’organisation. En outre, il faut savoir s’adapter très rapidement à de nouveaux contextes, de nouveaux clients et faire preuve d’imagination pour proposer des solutions innovantes. 


L'Auteur


Amélie Torrents (2010)
intègre Télécom ParisTech après une école préparatoire, où elle s’investie dans les associations et notamment la Junior Entreprise et le Forum des Télécommunications. À sa sortie en 2010, elle rejoint Solucom en tant que consultante en architecture du système d’information. Elle se spécialise aujourd’hui dans le conseil sur les nouveaux terminaux et les services rendus aux utilisateurs.

331 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet