Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 168 - Qui gouverne le monde ?

Articles Revue TELECOM

-

18/04/2013




Qui gouverne le monde ?


 




Dans la revue TELECOM n° 168


David Fayon (1993) vient de publier Géopolitique d’Internet – qui gouverne le monde ? (Economica), préfacé par Joël de Rosnay. Il nous éclaire sur le positionnement de son ouvrage.









Qu’est que la géopolitique d’Internet ?

Internet est devenu indispensable et vital au même titre que l'eau et l'électricité. Son accès est nécessaire pour l'exercice d’activités et de droits fondamentaux. Ses modalités : des enjeux sociétaux majeurs. En triompher suppose une gestion impartiale et équitable des ressources critiques que sont les serveurs racines, les infrastructures, le système de noms de domaines et les protocoles Internet : autant de questions sensibles de la « gouvernance d'Internet ». Le mot est lâché : l’expression désigne « l'élaboration et l'application par les États, le secteur privé et la société civile, dans le cadre de leurs rôles respectifs, de principes, normes, règles, procédures de prise de décisions et programmes communs propres à modeler l'évolution et l'utilisation d'Internet ». L'importance économique et sociale du réseau des réseaux nous oblige à appréhender cette notion et ses enjeux.

Que traitez-vous dans cet ouvrage ?

Le livre, premier du genre en langue française, analyse pourquoi Internet est actuellement asservi à l'omnipotence de l'ICANN et des grandes entreprises américaines (telles que Google, Microsoft, Apple, Amazon, Facebook). Elles savent capter et monnayer la valeur apportée par les internautes, sur fond de percée d'acteurs asiatiques. Et développent des plateformes propriétaires, en emprisonnant les internautes ou en entravant la neutralité du net. Ces entreprises qui se livrent d’âpres batailles (opérateurs télécoms face aux acteurs du Web qui créent la valeur en bout de chaîne) ont tendance à prendre l'avantage sur les instances de régulation. Tout en analysant le rôle sociétal d’Internet (Printemps arabe, Wiki-Leaks, cyberguerres, primauté de l’usage sur la détention d’un bien, etc.), l’auteur livre des scénarios pour le futur et
invite à un sursaut de l’Europe qui a un rôle à jouer (Internet des objets, big data, valeurs sociétales…). La survie de notre continent est en jeu !

Qu’est-ce que les diplômés de Télécom ParisTech peuvent y apprendre de nouveau ?

Le sujet de géopolitique d’Internet est complexe car certains intérêts sous-jacents et par ailleurs évolutifs (du fait des changements législatifs, de la régulation, des modèles économiques, des choix techniques des acteurs, des matières premières utilisés par l’industrie du numérique dans son ensemble, etc.) ne sont pas visibles pour le simple internaute. Pourtant le sujet conditionne les usages et la société de demain. Ainsi nous avons vu en 2012 la fermeture du site de téléchargement MegaUpload (4 % du trafic Internet), le passage à IPv6 pour répondre à la pénurie d’adresses IP, la libéralisation des noms de domaine par l’ICANN avec la préréservation par des marques et d’organismes comme .paris, .apple et autres mais aussi le réexamen du Règlement des Télécommunications Internationales par l’UIT à Dubaï qui n’avait pas été modifié depuis 1988.

En 2013, nous allons assister à l’apparition de la monnaie virtuelle (Coins) du géant Amazon qui devrait à terme dépasser Walmart, une présence de Google, d'Apple et des majors du numérique sur tous les fronts. Et la poursuite de la croissance des géants asiatiques comme Samsung Electronics. En revanche, il est à craindre un sous- développement numérique de la France et de l’Europe si un plan calcul 2.0 n’est pas lancé au niveau européen qui recouvre les aspects infrastructure (très haut débit), usages, formation. Il ne se passera pas un jour sans une annonce dans le monde du numérique. Déjà en ce début d’année, nous avons vu le rapport Colin et Collin sur la fiscalité du numérique, le blocage de Free à l’encontre de YouTube, le Conseil National du Numérique qui a vu sa composition élargie.

Les télécommiens, du fait de leur formation, sont très bien armés pour comprendre les enjeux et les évolutions de la géopolitique d'Internet. Néanmoins, il est nécessaire d’observer une approche transverse et pluridisciplinaire : technique mais aussi historique, économique, juridique et marketing. Cela a toujours été mon approche dans mes ouvrages. C’est en outre le propre des plateaux projets et des ateliers de créativité où se côtoient des ingénieurs concepteurs/développeurs, des marketeurs, des designers, etc.
 

324 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet