Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 170 - La normalisation : un enjeu pour le développement des ITS

Articles Revue TELECOM

-

15/10/2013


La normalisation : un enjeu

pour le développement

des ITS


 

par Jean-laurent Franchineau dans la revue TELECOM n° 170

 

Avec l’accroissement des populations au niveau mondial en zones urbaines et péri-urbaines1, le métier straté- gique de gestionnaire des mobilités individuelles
ou collectives sur un territoire s’est transformé profondément au cours des quinze dernières années. réservé à l’origine aux ingénieurs des villes et des ponts et Chaussées, ce métier fait de plus en plus appel aujourd’hui aux ingénieurs des télécoms et aux techniques des Systèmes de Transport Intelligent StI2 (ou ItS en anglais) qu’ils devront maîtriser.
 

Un objectif : la recherche d’une cmeilleure efficacité au cours de tous nos déplacements


Ces systèmes qui associent à la fois les télécommunications, l’électronique et les technologies de l’information à

 l’in- génierie des transports servent à plani- fier, concevoir, exploiter, 

entretenir et gérer les réseaux de transport. Les STI ou systèmes de systèmes de réseaux de transport permettent aux territoires de mieux informer et d’aider les voyageurs tout au long de leurs déplacements. Ils contribuent de ce fait à une meilleure gestion de l’énergie et des espaces néces- saires aux déplacements des individus. 

On les retrouve ainsi chez les gestion- naires d’infrastructure de transport, les transporteurs, les opérateurs de service d’aides à la mobilité, et dans des objets communicants attachés à la personne comme les smartphones, la billettique transport et la voiture communicante.

Les STI sont donc au cœur de la multi modalité et de l’interopérabilité nécessaires à une mobilité durable. Ils repré- sentent aujourd’hui de vastes réseaux de capteurs fixes ou mobiles à travers le monde qui alimentent de grosses bases de données et nécessitent des traite- ments de données en gros volumes à la recherche de solutions optimales ou d’aides à la décision.
 

Un cadre de développement :
 la standardisation des échanges de données

Les enjeux de structuration des données et des interfaces de communication entre ces STI sont donc très importants et nécessitent de ce fait des actions de normalisation à l’échelle européenne et internationale (exemple : carte à puce sans contact type Pass Navigo).

La DIRECTIVE 2010/40/UE du Parle- ment Européen et du Conseil, dite Dire- ctive ITS, adoptée par la France dès août 2010 le confirme et rappelle à l’ensemble des parties prenantes des STI la nécessité de développer des systèmes interopérables fondés sur des normes ouvertes et publiques, et accessibles sans aucune discrimination à tous les fournisseurs et utilisateurs d’applications et de services.




















De quelles normes dispose-t-on actuellement ?

Plusieurs normes de STI existent déjà et résultent pour la plus part de travaux de recherches initiés à la fin des années 90, voire d’une volonté de certains acteurs de ce domaine à mettre en commun leurs savoir-faire pour faire émerger de nouvelles applications et de nouveaux marchés. Ainsi :

- Sur la route, nous disposons aujourd’hui concernant la transmission d’information voyageur des normes ALERT C en embarqué et DATEX pour les échanges de données en back-office qui résultent respectivement des projets européens de recherches du FP4 Force- Ecortis3 et FP5 Serti4. En ce qui concerne le télépéage, les propositions de normes EFC5 sont déjà d’un niveau international.
Dans les transports publics, les projets européens Cassiope, EuroBus, Harpist et TITAN ont permis dans les années 90 d’établir un modèle de données générique nommé TRANSMODEL6. Ce modèle est devenu une norme en 2006 qui a permis ensuite à ce secteur de se doter très rapidement d’interfaces normés pour des services d’information voyageur en temps réel avec le protocole SIRI, ou pour échanger des horaires avec le protocole NETEX, et des informations billettiques avec l’architecture IFM.
A bord des véhicules, on a vu arriver des initiatives entre constructeurs automobiles via des consortia à but non-lucratif qui ont fait émerger de nouveaux standards comme par exemple GENIVI côté automobile ou, le CAN/ FMS Truck ou Bus du côté des constructeurs de poids lourds.

Fort de cette première décennies de normes européennes dans les STI dont certaines ont déjà une reconnaissance internationale à l’ISO, il nous faut nous interroger maintenant sur leur renouvellement :


De quelles nouvelles normes aurons-nous besoin ?

  • Sur la route comme dans les transports publics, nous sommes confrontés de plus en plus à des enjeux de continuité de service de type « door to door », de « rapidité de transmission d’information » et de « sécurité » dans un monde où les objets communicants et les protocoles de communication évoluent très rapidement.

Trois niveaux d’interface se dessinent à court et moyen terme dans les STI :

• L’homme, son Smartphone et le système transport. Ainsi, la technologie sans contact NFC pourrait s’imposer au niveau du contrôle d’accès, du paiement et de la billettique transport. Des initiatives type Web to Car qui viennent de s’engager au niveau international et européen dans le cadre des derniers appels du FP77 pourraient ouvrir d’avantage les perspectives d’un marché mondial des services internet liés à la mobilité.

• Des véhicules connectés à conduite déléguée en milieu urbain ouvrent également un vaste champ pour des protocoles de communications véhicule – véhicule ou véhicule – infrastructure type CAR2X ou d’applications d’aide à la conduite type ADAS, qui placent maintenant la sécurité et de la sureté des transmissions au premier plan.

• Un référentiel géographique multimodal en back-office devra émerger rapidement pour assurer une continuité d’information entre les itinéraires parcourus suivant les modes et pour permettre une continuité de navigation entre systèmes STI sur un bassin de déplacements.

Le nouvel institut VeDeCoM autour du Véhicule Décarboné Communicant et de sa Mobilité s’intéressera donc à ces domaines.

  • Au niveau des Interfaces Hommes Machine, des efforts importants devront être réalisés pour une compréhension plus intuitive et interactive des informations que délivreront les objets automatisés de demain.

- Des nombreuses normes risquent de voir le jour dans ce domaine en pleine expansion avec l’arrivée de communautés en Open Innovation.
 

Enfin, comment élaborer ces nouvelles normes en moins de trois ans ?

Un projet européen de recherche appliqué offre un cadre collaboratif favorable à des développements prénormatifs. Nous pouvons citer comme exemple le projet « European Bus System of the futur » sous la coordination de l’UITP, qui a permis de développer des spécifications de raccordement d’équipements télématiques à bord d’un autobus sur un réseau IP pour faciliter leur installation, partager des services et accéder sous une forme standard à des informations temps réel de fonctionnement du véhicule.


Un autre cadre peut être celui des instituts de recherche appliquée disposant d’une expertise reconnue sur un domaine et évaluant les technologies proposées par différents acteurs industriels comme c’est le cas pour les Fraunhofer en Allemagne ou le VTT en Finlande.
 

Un contexte favorable


La numérisation de la ville est également un facteur important pour l’échange de données de mobilité structurées. L’étude DATAC I puis II menée par Chronos et le Hub le démontre avec l’arrivée de données de mobilité en Open Data et de plateformes d’intermédiation de données de mobilité.
 

Une discipline à acquérir


Pour conclure, les ingénieurs travaillant sur des projets européens de recherche en STI seront donc amenés à intégrer de plus en plus les enjeux liés aux normes ; en particulier s’ils travaillent au développement de services d’aides à la mobilité afin d’assurer l’interopérabilité de ces applications dans un monde d’information de plus en plus ouvert et mondialisé. 


[1] Près de 70 % de la population de la planète vivra en zone urbaine en 2050, amplifiant des problèmes tels que la pollution de l’air, la congestion des transports et la gestion des déchets -Perspectives de l’environnement de l’OCDE à l’horizon 2050 : Les conséquences de l’inaction -ISBN 978-92-64-122161 © OECD 2012
[2] Définition des ITS -Journée technique du 10 décembre 2009 -SETRA
[3] COMPETITIVE AND SUSTAINABLE GROWTH PROGRAMME – Advisor – Del. D3/8.1 V4 -GRD 1 2000 10047 - EU
[4] TRAFFIC MANAGEMENT FOR LAND -2009 -www.transport-research.info
[5] Electronic Fee Collections – CEN TC 278 WG1 & ISO TC 204 WG5 –ISO 12855 et ISO 17573 à ISO 17575
[6]    Transport Public – CEN TC 278 WG3 SG4
[7] Côté français,nous aborderons ce sujet via le projet de recherche européen Opticities où interviennent le Grand Lyon et l’institut VeDeCoM.


L'auteur


Jean-Laurent FRANCHINEAU
est diplômé de l’ENSAE (L’école Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace) et de l’ESTACA (Ecole Supérieure des Techniques Aéronautiques et de Constructions Automobiles). Il dispose de deux diplômes d’ingénieur, un en mécanique et l’autre en télécommunication spatiales et rejoint la Compagnie Générale des Eaux en 1995 comme ingénieur en charge de projets d’études liés aux ITS. Il a été de 2008 à 2012 Directeur du Programme Recherche de VEOLIA Transport (aujourd’hui TRANSDEV), et a participé à de nombreux projets innovants concernant les véhicules de transport public (bus, tramway et train) et leurs systèmes d’informations (aides à gestion de flotte, information aux voyageurs et billettique). Il a contribué à la standardisation des ITS dans les transports publics de 2001 à 2012 comme animateur du groupe de normalisation européen CEN TC 278 WG 3. Aujourd’hui, il est responsable du programme éco-mobilité à l’institut VEDECOM dont l’objectif est le développement du Véhicule Décarboné et Communicant et sa Mobilité.

 

 

.

216 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - 5G : une révolution numérique des télécoms ?

User profile picture

Melina LAURICELLA

16 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Dans la lumière Brune

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Onboarding, intégration, rétention... what for ?

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier