Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 172 - La Performance énergétique : pilier du monde de l'énergie 2.0

Articles Revue TELECOM

-

10/04/2014


La Performance énergétique :

pilier du monde

de l’énergie 2.0

 



par Myriam MAESTRONI et Jean-Marie CHEVALIER dans la revue TELECOM n° 172

La logique des « 3 x 20» du Paquet énergie-climat, qui constitue le cœur du nouveau paradigme européen de l’énergie, a promu les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et donc les économies d’énergie, au même niveau que la réduction des émissions de CO2. Parce qu’elle touche à l’ensemble de la société et qu’elle englobe le grand public, cette réalité est fondamentale pour comprendre le nouveau paradigme énergétique, qui passe par une redéfinition de nos modes de consommation et de production. L’enjeu consiste ni plus ni moins à passer d’une économie linéaire - consistant à puiser dans les ressources de la Terre (agricoles, minérales, énergétiques, sols, air, eau…) et à les transformer pour créer de nouveaux produits jetés après usage -, à une économie circulaire, plus respectueuse des milieux naturels, plus efficiente, plus économe et créatrice d’emplois…

Ces défis, qui touchent de plein fouet le monde industriel, ne peuvent être relevés qu’en créant une vraie visibilité politique et réglementaire, que ce soit à l’échelon international, européen, national ou local. Un enjeu de taille qui se situera sans aucun doute au cœur de l’agenda politique des prochaines semaines, puisque l’ensemble des pays européens doit présenter d’ici à la fin de l’année 2014 sa « feuille de route » à l’Union Européenne pour atteindre l’objectif de 20% d’économie d’énergie d’ici à 2020. Des engagements qui se traduiront dans les réglementations nationales dont, en France, la tant attendue Loi sur la Transition Energétique, à venir au printemps prochain, qui prendra acte des avancées majeures réalisées notamment en ce qui concerne les objectifs contraignants de réduction de la consommation énergétique d’ores et déjà définis à l’horizon 2017 pour notre pays.

Dans ce contexte de transition énergétique, nombre d’innovations récentes peuvent apporter des solutions pour l’avenir, tout en répondant aux exigences du développement durable : smart grids, réseaux de distribution « intelligents », production d’énergies renouvelables, éco-mobilité, qui bien sûr, viendront nourrir les logiques de performance énergétique et de décarbonation.

L’avenir même de nos industries traditionnelles, touchées par la concurrence des nouvelles puissances industrielles émergentes, est en jeu, sachant qu’elles ne survivront que si elles savent devenir plus efficaces donc moins énergétivores pour éviter le choc en valeur absolue et en volatilité de la part de l’énergie dans les coûts de revient.
 

Energie 2.0 et innovation

La décennie 2000-2010 a été pour nos sociétés industrialisées celle de la transition énergétique. Durant cette période, nous sommes passés de l’ancien monde de l’énergie au nouveau paradigme de l’« énergie 2.0 », né à la fois d’une prise de conscience environnementale brutale et planétaire et de l’évolution de l’environnement réglementaire post Kyoto.

Dans ce « monde de l’énergie 2.0 », les acteurs « historiques » se sont vus confier de nouvelles missions, de sorte que les énergéticiens ne doivent plus seulement produire et distribuer de l’énergie aux consommateurs, mais également veiller à ce que ces derniers en fassent bon usage. L’énergéticien est ainsi obligé, par la réglementation, d’aider son client à en consommer moins, démarche apparemment totalement contre-nature.

Certes, le nouveau monde de « l’énergie 2.0 » intègre toujours le savoir-faire du paradigme antérieur (expertise technique et industrielle permettant d’explorer, forer, construire des oléoducs, gazoducs ou autres infrastructures de stockage et à maîtriser l’approvisionnement jusqu’au client final), mais l’énergéticien y est tenu de répondre également de la mise en œuvre efficace de cette énergie, de son utilisation intelligente, et de la sobriété énergétique. Pour ce faire, il doit s’assurer le concours de tous les acteurs de la filière, laquelle doit se réorganiser en conséquence.

Ainsi, fabricants ou installateurs de chaudières, de radiateurs, de chauffe eau, d’appareils ménagers, et d’autres matériels ne peuvent plus se contenter de fabriquer ou d’installer, mais doivent également veiller à la performance énergétique de ces derniers. Ce processus ne fait que commencer.

D’évidence, ceci oblige les acteurs du monde de l’énergie à revoir totalement leur modèle économique, qui ne peut naturellement plus tabler sur une croissance naturelle de la demande, compte tenu du souci d’efficacité énergétique et de l’apparition de nouvelles sources d’énergie complémentaires. Les énergéticiens ne doivent donc plus se contenter de la marge réalisée entre le prix d’achat et le prix de vente, mais ils doivent créer de la valeur autrement, notamment en s’appropriant ce nouveau rôle dont ils ont hérité bon gré, mal gré.

C’est ainsi que l’on a vu se développer depuis quelques années ces nouvelles figures que constituent les sociétés d’énergie et de services (ESCO – Energy Service company) qui se substituent ou s’ajoutent, selon les cas, au modèle de « multi-utilities » qui préfaçait le début de la décennie passée. A leur tour, les industriels ne peuvent plus se contenter de produire en subissant la contrainte énergétique, mais ils doivent la gérer car elle est devenue une condition à part entière de leur durabilité tant sur le plan de la compétitivité, en tant que telle, que sur le plan de l’innovation issue de ces nouvelles contraintes qu’il convient de transformer en opportunités.

Sans aucun doute de beaux défis à relever et à gagner pour nos industries en France et dans le monde. 

 


Le début du XXIe siècle a été marqué par une formidable mutation du secteur énergétique. Ce nouveau monde de l’énergie se traduit chaque jour, non seulement par l’évolution des réglementations et des perceptions des décideurs politiques quant à l’efficacité énergétique mais aussi par des changements concrets sur le terrain, au travers d’initiatives publiques, entrepreneuriales ou associatives. Dans ce livre remarquable, l’auteur dresse un tableau général du monde de l’énergie moderne, en faisant le point sur les grands défis et les grands enjeux géopolitiques et climatiques liés à l’énergie, et sur la question centrale du choix des énergies (avantages et inconvénients des différentes sources d’énergies fossiles, non renouvelables et renouvelables ; quel mix énergétique ?). La seconde partie de l’ouvrage aborde le thème, crucial, de l’efficacité énergétique et des économies d’énergie, piliers de la transition énergétique en cours. Parallèlement à cette étude de fond, ce maître-livre donne l’avis et les prises de positions de personnalités incontournables du monde de l’Energie 2.0 et de la transition énergétique en cours, qu’il s’agisse de chefs d’entreprises, de personnalités politiques fortement impliquées dans les questions énergétiques et environnementales, ou de dirigeants d’institutions publiques, syndicats professionnels ou associations.

 

Date de parution 26/09/2013 - Editeur Maxima - Collection Enquetes Et Essais


 

Les auteurs
 


Myriam Maestroni,
 a acquis une grande expérience de terrain à la tête de plusieurs sociétés du monde de l’énergie en Europe (Dyneff, Agip, Primagaz) avant de fonder la société Economie d’Energie, leader dans la conception et mise en œuvre des nouveaux business models caractéristiques de la transition énergétique.

Elle est également membre du Conseil d’Administration de la société ALBIOMA, présidente co-Fondatrice de la fondation E5T, vice-présidente du Cercle des Entreprises Centenaires, et auteur de 3 ouvrages dont Mutations Énergétiques (écrit avec Jean-Marie Chevalier) et Comprendre le monde de l’énergie 2.0 publié en octobre dernier aux Éditions Maxima.







Jean-Marie Chevalier 
est professeur émérite à l’Université Paris-Dauphine et senior associé au Cambridge Energy Research Associates (IHS-CERA). Son dernier ouvrage est : Transition énergétique : les vrais choix.

341 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet