Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 173 - Energie pour alimenter le cyberespace : un enjeu en 2030 ?

Articles Revue TELECOM

-

15/07/2014

Energie pour alimenter le cyberespace :
un enjeu en 2030 ?

Par Stéphane DOSSÉ (2011) dans la revue TELECOM n° 173

 

Cet article a été réalisé à partir d’une étude présentée dans Attention : cyber ! Vers le combat cyberélectronique1 avec un peu plus de détails et replacée dans le contexte des conflits et combats dans le cyberespace.
 

Les projets de réduction de la consommation d’énergie et de production d’électricité pour satisfaire les besoins d’Internet sont non seulement un enjeu pour les grandes entreprises de ce secteur mais aussi pour les Etats. En effet, le moteur du développement des réseaux a été indubitablement l’augmentation des performances, tout en négligeant la consommation d’énergie2. Une étude prospective à 20 ans des consommations d’énergie permet d’évaluer les conséquences géopolitiques possibles liées à l’accroissement de la demande en électricité de ce secteur.
 

Les enjeux stratégiques
 

La population mondiale serait actuellement de 7,100 milliards. Parmi elle, selon l’Union internationale des télécommunications, un tiers serait internaute et six personnes sur sept seraient abonnées à la téléphonie mobile. La consommation d’énergie liée au web serait estimée entre 2 et 3 % de laconsommation mondiale. Le taux de croissance annuel moyen par rapport aux 10 dernières années serait d’environ de 15%, selon les estimations. Les datacenters à eux seuls représenteraient environ 1 à 1,5 % de la consommation électrique dans la plupart des pays en disposant (presque le double pour les Etats-Unis). Les appareils électroniques consomment 15% de l’électricité domestique dans les pays développés et ce taux pourrait tripler d’ici à 2030, si l’on en croit Greenpeace3. Les datacenters et l’augmentation du nombre d’internautes et d’équipements seraient la principale cause de cet accroissement. Les pratiques de stockage et d’accès aux données impliquent aussi une croissance mécanique des besoins en énergie. La redondance des stockages, le stockage des données très peu utilisées (90% du total pouvant être considérés comme des déchets numériques non traités), la dématérialisation croissante des certains documents laisse penser que ce taux de croissance ne va pas diminuer, bien au contraire, dans les prochaines décennies.

Cette situation pourrait causer des tensions géopolitiques car les prévisions spécialisées indiquent que la consommation énergétique mondiale pourrait doubler en 2030 tandis qu’elle pourrait être multipliée par 10 à 30 pour ce qui concerne le seul Internet (soit l’équivalent de la consommation annuellemondiale de 2008). Des stratégies d’approvisionnement en énergie fossile et de développement des énergies renouvelables seront alors liées au développement des réseaux, maintenant vitaux pour les sociétés modernes. Ceci implique mécaniquement que les modes de développement actuels d’Internet ne seront pas ceux que le monde a connus précédemment et que des tensions géopolitiques pourraient en être induites.


Plusieurs types d’enjeux liés à la croissance de l’Internet pourraient concourir à développer des conflits géopolitiques :
 

- la maîtrise des réseaux de communications mondiaux et notamment de l’Internet permet d’imposer la vision du monde des nations dominantes. Le cyberespace est maintenant un espace de bataille à part entière que les nations vont de plus en plus chercher à protéger ;

- le développement des technologies des télécommunications, dont l’importance croît sans cesse dans la vie quotidienne des populations, est un facteur de croissance économique et de fort profit pour les pays les plus développés mais aussi ceux en développement ;

- la maîtrise des approvisionnements en énergie (dont les ressources sont souvent situées dans des zones crisogènes), des énergies renouvelables et de l’efficience énergétique sont des facteurs de puissance dans un monde dont les ressources sont comptées, en l’absence de nouvelles sources d’énergies plus prometteuses ;

- l’enjeu du changement climatique, pouvant apparaître comme secondaire, pourrait devenir primordial lorsque les gains environnementaux liés aux télécommunications deviendront moins importants que leurs conséquences environnementales néfastes.
 

Cette liste non exhaustive montre que l’approvisionnement et la production d’énergie seront au cœur d’un modèle de développement des sociétés post-industrielles ou plus exactement entrées dans l’ère de l’industrie numérique.



1/ BONNEMAISON, DOSSE, Attention : cyber ! Vers le combat cyberélectronique, Economica, 2013. 
2/ “Green IT”, L’actualité écologique à la rencontre des priorités informatiques de l’entreprise, IBM, 2007. 
3/ How dirty is your data? A look at the energy choices that power cloud computing. Greenpeace international, avril 2011.




 

220 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Bataille pour le contrôle de l’industrie des télécoms en Afrique # 198

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 octobre

Articles Revue TELECOM

Pour une communication publique sans stéréotype de sexe # 198

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 octobre

Articles Revue TELECOM

Sexisme dans l’espace public : conquérir le sentiment de légitimité par le chahut-cancan # 198

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 octobre