Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 173 - Le futur des paiements en Europe façonné par l'innovation et la ... règlementation

Articles Revue TELECOM

-

15/07/2014


Le futur des paiements 

en Europe façonné par

l’innovation et la …

règlementation


Par Roland Entz dans la revue TELECOM n° 173


Le marché des moyens de paiement vit des évolutions d’une ampleur et d’un rythme sans précédent. Ce phénomène, stimulé par l’innovation technologique, est mondial, avec évidemment des disparités entre les régions. Mais en ce qui concerne l’Europe, la pression règlementaire amplifie son mouvement.

En effet, sous la houlette de la Commission européenne, l’Europe s’est engagée depuis plusieurs années dans un processus d’harmonisation plus connu sous le nom de marché interne des paiements ou sous le sigle SEPA (Single Euro Payment Area). Le projetSEPA concerne trois moyens de paiement majeurs : virements, prélèvements et paiements par carte. Concernant les virements et prélèvements, un standard européen a été créé dont le déploiement est actuellement en cours.

En ce qui concerne les cartes, l’objectif du SEPA était moins de créer des normes internationales – qui existent dans une large mesure avec les grands réseaux internationaux – que d’ouvrir le marché à la concurrence, de stimuler l’innovation technologique, de renforcer la sécurité des paiements et de baisser les coûts pour les utilisateurs, en particulier les consommateurs et les commerçants… tout cela afin de développer l’usage des paiements électroniques en lieu et place des espèces et du chèque. Deux leviers sont utilisés par le régulateur européen pour réaliser ce dessein ; d’une part la création d’une Directive sur les Services de Paiement (DSP) afin d’harmoniser au sein de l’Union européenne leur cadre juridique (facilitant ainsi la mise en place des instruments SEPA), d’autre part, l’introduction d’une règlementation des commissions interbancaires en vigueur sur les cartes.

Une première version de la DSP, introduite en 2007, a notablement créé une nouvelle catégorie d’acteurs autorisés à fournir des prestations de services de paiement (les établissements de paiement) au-delà donc des seules banques et établissements financiers qui en avaient jusque là l’exclusivité. Une nouvelle version (DSP2) est en cours d’élaboration pour une mise en œuvre courant 2015. La DSP2 vise principalement à adapter la DSP aux changements technologiques qui sont en train de transformer les habitudes de paiements et à adresser les problèmes de sécurité associés.


Concernant la règlementation sur les commissions interbancaires (il s’agit ici des commissions versées par la banque du commerçant acceptant le paiement carte à la banque du porteur de carte), le régulateur européen cherche à harmoniser ces commissions qui sont disparates au niveau paneuropéen, et à en limiter l’incidence pour le commerçant.

Les banques et les établissements financiers subissent donc une pression règlementaire importante au niveau européen stimulant la concurrence et érodant les marges. Et tout cela coïncidant avec l’arrivée sur le marché des paiements d’acteurs mondiaux tels queGoogle, Facebook, Amazon ou encore Apple…, des acteurs qui, pour la plupart, lorgnent sur ce marché, principalement pour l’exploitation des données du paiement à des fins de marketing. Il s’agit là d’une menace bien plus inquiétante pour les acteurs traditionnels, car elle déstructure complètement les modèles économiques en vigueur tout en s’appuyant sur des évolutions technologiques se propageant de plus en plus rapidement à l’échelle planétaire.
 

Source Visa-Europe
 

L’évolution des paiements ces dernières années a été marquée par la croissance exponentielle des paiements sur internet (en 2012, le marché européen du ecomerce a été estimé à 276,5 milliards d’€ - source Ecommerce Europe, 2013). On assiste maintenant à l’émergence des paiements mobiles (via smartphone ou tablette), que l’on parle de paiements de proximité sans contact ou de paiements à distance.


Quant à l’analyse des données du paiement, elle ouvre des perspectives nouvelles dans le domaine du marketing et de la vente en adressant au consommateur des offres correspondant à ses intérêts et à ses goûts. De plus, l’utilisation des techniques de géo-localisation permet de pousser ces promotions ciblées sur le mobile du consommateur en fonction de l’endroit où il se trouve. Toutes ces évolutions technologiques posent bien entendu de nouveaux défis en matière de sécurité et de protection des données.


La croissance exponentielle des paiements sur internet et l’émergence des paiements par mobile marquent un tournant décisif du paiement par carte

 

L’introduction de la carte à puce a permis de maîtriser la fraude sur les paiements de proximité. Avec l’émergence des paiements sur internet, il a fallu concevoir de nouveaux dispositifs, dont les plus efficaces sont les solutions d’authentification des paiements s’appuyant sur le protocole 3D-Secure. Par choix stratégique, les e-commerçants ont eu tendance à privilégier la vente plutôt que la maitrise de la fraude. De ce fait, la sécurité des paiements sur internet est devenue une priorité pour le régulateur et notamment pour la Banque Centrale Européenne qui a édicté des recommandations en la matière, dont la généralisation des méthodes d’authentification renforcées.

Mais par ailleurs, il a fallu également mettre en œuvre des dispositifs pour protéger les données sensibles (telles que le numéro de carte) et éviter que celles-ci ne soient compromises. En effet, les systèmes d’information des acteurs stockant ces données sont devenus la cible de hackers dont le but est de récupérer ces données et de les utiliser frauduleusement sur internet, voire de produire des cartes contrefaites.

L’initiative PCI DSS lancée par les grands réseaux cartes internationaux adresse ce risque et vise à améliorer la sécurité physique et logique des systèmes d’information en demandant aux acteurs de respecter des bonnes pratiques de sécurité. Dans ce contexte, ledéveloppement des technologies mobiles, principalement le smartphone, en tant que support du paiement ouvre un champ nouveau en matière de défis sécuritaires.

En effet, cet ordinateur mobile connecté sur des réseaux ouverts est prodigieusement riche en fonctionnalités et en convivialité, mais n’a pas été conçu a priori pour gérer des paiements. Par ailleurs, ni l’appareil (handset device) ni les systèmes logiciels ne sont sousle contrôle des acteurs traditionnels du paiement, à commencer par les banques. Les émetteurs de cartes doivent donc coopérer avec tous les acteurs (les industriels et les opérateurs) de l’écosystème du mobile afin de mettre au point des solutions de paiement répondant aux exigences sécuritaires attendues.

C’est évidemment beaucoup plus compliqué que d’émettre une carte plastique, même dotée d’une puce ! Les jeux sont loin d’êtres faits, mais une chose est certaine : dans le monde des paiements la confiance est clé, et celle-ci est intimement liée à la sécurité. Unesécurité qui, jusqu’à présent, a bien été maîtrisée par l’industrie du paiement, et notamment par les banques dont c’est le core business. Celles-ci ont donc une carte maîtresse à jouer pour garder la confiance des clients dans le monde turbulent des paiements du futur.
 

L’auteur

 


Roland Entz est un membre de l’équipe de direction de Visa Europe France, la succusale de Visa Europe en France créée suite à l’acquisition de Carte Bleue par Visa Europe en 2010. Il a en charge les Relations Extérieures et la Fraude. Roland Entz a rejoint Visa Europe en 1998, et a dirigé le bureau de représentation de Visa Europe en France de 2002 à 2010.

186 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet