Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 174 - Le marché de l'Internet Mobile et l'enjeu de la performance

Articles Revue TELECOM

-

15/10/2014




Le marché de l’Internet Mobile

et l’enjeu de la performance




Par Nicolas BABEL (1996) dans la revue TELECOM n° 174
 

Dans cet article, je me suis intéressé à la maturité du marché dans l’usage du mobile pour des applications critiques. Après avoir rappelé quelques tendances sur l’Internet mobile, je propose de quantifier la proportion d’applications mobiles pour lesquelles la performance est critique.
 

L’Internet est devenu mobile en 2014

En janvier 2014, un point de bascule majeur et discret a marqué le monde 2.0 : pour la première fois, l’Internet est majoritairement mobile, dépassant les accès desktop web.

Cet événement s’inscrit dans la continuité de l’explosion de l’Internet mobile depuis la sortie de l’iPhone et la création de l’Open Handset Alliance autour d’Android en 2007. Dans sa phase suivante, l’Internet va se déplacer des desktops vers les tablettes qui deviendront prédominantes même dans l’IT d’entreprise en 2020.

L’Internet mobile se diversifie également au niveau des équipements d’interfaces utilisateur avec les Objets Connectés, lesquels prendront une place prépondérantes dans nos vies, pour représenter plus de trois fois le nombre d’équipements smartphones, desktopset tablettes combinés. L’Internet mobile devrait atteindre en 2020 plus de 18 milliards d’objets, presque trois par habitant ! Il semble difficile d’imaginer un environnement si différent du nôtre, mais le lancement de l’iWatch en 2014 par Apple confirme cette tendance forte sur les objets connectés devenant nos partenaires quotidiens.


© comScore, Inc Proprietary and Confidential. Source : Morgan Stanley Research


En taille de marché, l’Internet mobile atteindra 700 Mds $ en 2017, soit en répartition suivant le PIB plus de 21 Mds € en France.

Dans ces proportions, l’Internet mobile est déjà critique pour de nombreux secteurs, en commençant par les jeux, les sites marchands, plus récemment la banque et l’épargne et depuis quelques mois les outils pour employés et l’industrie.











Worldwide Device Shipments by Segment (Thousands of Units) Source : Gartner (June 2014)








Worldwide Device Shipments by Operating System (Thousands of Units) - Shipments include mobile phones, ultramobiles (including tablets) and PCs. Source : Gartner (June 2014)


Nous n’avons plus le temps d’attendre

En faisant référence à nos expériences quotidiennes avec certains sites ou certaines applications, et malgré la domination désormais acquise de l’Internet mobile, nous nous trouvons parfois voire souvent dans une situation émotionnelle forte, mélange de colère etd’impuissance face à l’icône maudite.

Cela nous rappelle à quel point nous sommes devenus dépendants des applications mobiles, mais aussi qu’elles ont modifié notre organisation au point que nous n’avons pas prévu d’alternative à leur utilisation lorsqu’elles ne répondent pas immédiatement. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi nos cerveaux d’ingénieurs n’ont ils toujours pas identifié ce problème ?

Et ce n’est pas un problème de moyens, car les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) connaissent les conséquences de ce décrochage de performance : Amazon l’a chiffré à 1% de Chiffre d’Affaires pour 100ms d’attente, et Google à 20% d’abandon de recherche pour chaque demi-seconde de retard.

Ce problème n’est pas trivial, parce qu’il est à la croisée des télécoms et de l’IT, avec des décideurs dans les lignes de métier, des développeurs rarement internalisés et des équipes IT mises devant le fait accompli.
 

Source : www.digi-capital.com









Déjà vu ?

Rassurons-nous, ce problème s’est posé dès la définition du WWW en 1993, la normalisation du problème de performance dix ans après, et la structuration d’un marché de fournisseurs de solutions 15 ans plus tard. La Web Performance Optimization représentedésormais une industrie relativement mûre, avec un groupe de fournisseurs de matériels dominé en taille par F5 (10 Mds $ de valorisation boursière), suivi de Riverbed, Radware et le « petit » dernier A10 ; et un autre groupe basé sur le Content Delivery Network, dominé par Akamai (lui aussi dans les 10 Mds $), et suivi par Limelight, Level 3 et autre Internap.

Si nous projetons cette durée de 15 ans pour résoudre ce problème, nous pouvons nous attendre à quelques années de frustrations avec une date de naissance de l’Internet mobile à 2007 (huit ans !).
 

Les usages les plus sensibles au temps

L’attente reste acceptable dans certaines situations, par exemple si je réserve un billet de train à usage privé sur une application publique une fois par mois. Elle devient inacceptable lorsque le temps représente incontestablement de l’argent : lors de l’accès à un marché fluctuant avec le temps (courtage-épargne, pari en ligne), lorsque la perte de temps implique une perte d’argent (temps des employés de vente ou techniciens de maintenance), ou un risque de perte élevée (ex : retard sur la fermeture d’une valve dans une usine). Entre ces extrêmes résident les applications sensibles à la qualité de l’expérience client : une marque de luxe peut-elle proposer une application lente à ses clients sans entacher sa marque ? D’ailleurs, peut-on envisager une seule application professionnelle de qualité médiocre ? Notre seuil de tolérance diminue à mesure qu’apparaissent des applications aussi rapides que nos réflexes naturels.

Nombre mondial en 2014, d’équipements sans fil par secteur sensible au temps, rapporté au nombre d’utilisateurs en ligne, suivant le modèle de diffusion de technologie de Rogers

Dans la longue lutte pour la performance mobile, les secteurs en pointe sont les secteurs dont le cœur de métier est le plus sensible au temps. Dans ces secteurs (épargne, pari, applications métier), nous constatons que le degré d’adoption du mobile progresse fortement, mais a démarré relativement récemment. Le secteur le plus avancé en adoption semble le pari en ligne avec 30% sur mobiles, suivi par l’épargne en ligne (10%) et moins d’1% pour les applications métier.

Rapporté au nombre actuel d’équipements connectés (sept milliards), la part d’équipements supportant des applications directement sensibles au temps représente moins de 0,5%, ce qui semble cohérent compte tenu des difficultés des réseaux mobiles avec lalatence.

En utilisant le même modèle d’adoption de la technologie sur ces secteurs, et en le projetant trois ans en avant, nous pouvons déceler une tendance de forte croissance par rapport au nombre total d’équipements pour atteindre 1% avec 169 millions d’équipements.
Source : Motwin


 

Au fur et à mesure que la technologie mobile saura contenir le problème de performance, nous pouvons nous attendre à ce que cette proportion augmente pour se généraliser à l’ensemble des applications B2B et mCommerce dans la fenêtre d’innovation technologique de huit ans.



 


Ressources

* Marché France:http://www.atinternet.com/wp-content/
   uploads/2014/09/Web-traffic-2Q2014.pdf

* IDC & Gartner:http://www.zdnet.com/internet-of-things-market-to-
   hit-7-1-trilion-by-2020-idc-7000030236/

* Goldman Sachs:http://www.goldmansachs.com/our-thinking/outlook/
   iot-infographic.html

* Données marché mobile sportif Arjel & cas Betclic:htpp://pro.01net.com/
   editorial/607932/le-pari-gagnant-de-betclic-sur-les-appareils-mobiles/

* Rogers Technology Diffusion Model:https://www.uni-hohenheim.de/
   uploads/tx_uniscripts/25720/A7020_KIM_2011.pdf#page=37


 

 


L’auteur


Nicolas
 Babel (1996), Directeur Commercial et Marketing, Motwin.

Motwin est un éditeur français d’APIs temps réel sécurisées pour une expérience utilisateur haut de gamme et multi-channel : mobiles, tablettes, web et objets connectés. Au préalable, Nicolas a travaillé comme consultant ERP chezPricewaterhouseCoopers, consultant en stratégie pour Monitor, directeur du développement pour Neopost France. Nicolas est Ingénieur Télécom ParisTech et titulaire d’un DESS de gestion Paris Dauphine.



 

418 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril