Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 174 - Le monde connecté en mouvement, perspectives

Articles Revue TELECOM

-

15/10/2014




Le monde connecté en

mouvement, perspectives




Par Paul Jolivet (1995) dans la revue TELECOM n° 174
 

Le monde de la téléphonie mobile a vu des technologies et des usages en évolution fulgurante et permanente depuis les années 1990. Nous vivons plus que jamais dans un monde mobile et connecté. Les outils créés et à venir permettent à la société de soutenir son besoin actuel de rapidité et d’immédiateté … Si les réelles révolutions sont rares, les évolutions et innovations justifient l’existence même du modèle de la mobilité. Florilège des évolutions du monde connecté.
 


Un essai rapidement transformé

Si les réseaux mobiles des années 1980 sont restés l’apanage des hommes d’affaires fortunés, des médecins et des agents secrets, le domaine a connu une évolution fulgurante par la suite. Il est devenu normal d’avoir un téléphone mobile et d’être toujours connecté.

Le téléphone est rentré dans les usages et y a rapidement pris sa place, annexant d’autres usages. Exit la montre, le navigateur GPS, le petit appareil photo compact, … Tous les usages quotidiens ont tendance à intégrer le mobile, dont on ne se sépare plus : on oublie moins facilement son téléphone que son portemonnaie ou son passe de transport. Mieux, on fait plus facilement demi-tour sur le chemin du travail pour aller chercher son téléphone que pour autre chose.
 

Des époques et des tendances

Le téléphone mobile a été l’outil de communication « voix ». La première tendance est la miniaturisation des appareils, grâce à l’évolution des composants. Les mobiles deviennent petits au point d’être difficile à manipuler. Dans les années 1990 apparaissent lespremières montres chez les Coréens LG Electronics puis Samsung. Il s’agit de téléphones miniaturisés et non comme maintenant le prolongement d’un téléphone.



Le smartphone dont le succès marque la fin des années 2000 participe à l’inversement de cette tendance, disposant d’un grand écran sur toute la surface de l’appareil. La miniaturisation concerne maintenant les modules de communication des machines.

 

Source : Ericsson



Technologies, tentatives et révolutions

Les évolutions technologiques se déclinent aujourd’hui en trois grands axes :

  le réseau : plus de capacité pour l’opérateur, plus de débit,

•  les écrans : haute définition, écrans courbes ou souples,

•  les batteries : plus d’autonomie à taille égale et optimisation de la charge.
 

Il est rare qu’une technologie pensée sans usage perce facilement. L’internet mobile a failli faire les frais de cet adage, inadapté au moment de son introduction au réseau et aux téléphones existants.

Le smartphone a été une vraie révolution pas forcément côté terminal mais surtout dans l’intégration de ce terminal à un écosystème d’applications sous-tendant aux usages.

Il faut aussi noter un grand nombre d’initiatives de l’industrie pour participer au renouvellement des appareils. Beaucoup se sont soldées par des échecs commerciaux. Ces tentatives ont pu prendre la forme :

•  de phablettes, entre la tablette et le téléphone,

•  de la télévision mobile que les opérateurs n’arriveront pas à lancer à côté de la télévision numérique,

•  d’écrans 3D, qui ont buté sur le manque de contenus spécifiques.

Source : LG Electronics

S’habiller de téléphone, le top du moment

La tendance actuelle est le « wearable », ensemble des vêtements ou accessoires connectés portés au quotidien. L’exemple le plus évident est celui des montres ou des lunettes Google. Ces appareils sont conçus cette fois comme un prolongement du téléphone, voué à délivrer informations ou notifications, offrir un service amélioré (réalité augmentée, kit mains libres...). les grands acteurs du domaine investissent en tentant d’offrir simultanément un produit et des usages/applications.



Avec ces évolutions, le mobile et son utilisateur entrent de plein pied dans le monde connecté.





Source : LG Electronics
 

Les usages une évolution au quotidien

Le téléphone ne sert plus simplement à téléphoner. Il sert à rester connecté à son monde, au travers des messageries, des réseaux sociaux, et de la téléphonie.

Il faut rester connecté : les téléphones se dotent du wifi. Plus un restaurant, de moins en moins de lieux publics sans un accès internet souvent gratuit. On poste sur son réseau social en direct, on traduit la carte du restaurant prise en photo. Le téléphone se dote de modules GPS pour fournir la localisation. Il sert de moyen de navigation et trouve le magasin le plus proche.

Dans ce monde connecté, le téléphone multiplie les usages et les interactions qui facilitent la vie. La recharge d’un passe de transport sur une application dédiée plutôt que de faire la queue, le paiement par téléphone mobile chez le boulanger.
 

Des risques dans l’innovation ?

La concentration des applications et de leurs données soulève évidemment des inquiétudes liées au « Big Data » ; les utilisateurs prennent conscience du volume d’informations disponible. La notification rendue obligatoire récemment sur l’utilisation des cookies a attiré l’attention sur le fait que les fournisseurs de service exploite ces données. L’idée que le gratuit a ces contreparties commence à être acquise, personne n’étant prêt à sacrifier à la « gratuité » sur Internet.

Une autre source d’inquiétude est le regroupement des services dans un terminal, et le risque de perte ou de fraude. La répartition des responsabilités reste floue. Si la gestion à distance et la sauvegarde (cloud) résolvent le problème, elles ne rassurent pas complètement sur la sécurité des données. Un plus notable côté sécurité : on sait qu’on a perdu son téléphone très rapidement (au pire en heures)… dans le cas d’une carte bancaire ça peut prendre des jours selon l’utilisation.

Les risques sont souvent d’abord résolus par une kyrielle de mots de passe que l’utilisateur ne peut retenir facilement. La réponse biométrique a déjà montré des failles (le lecteur d’empreinte digitales a été pris en défaut immédiatement) et des limites (en cas de fraude, on peut changer un mot de passe, plus difficilement sa main).
 

Accepter l’innovation …

L’innovation arrive toujours avec des changements, des inquiétudes. Les interactions avec les objets connectés doivent être comprises par l’utilisateur pour qu’il soit rassuré. La confiance dans les systèmes doit s’installer, on pense évidemment au cas des voitures qui parlaient dans les années 80 dont les conducteurs n’acceptaient pas les remarques. L’utilisateur doit avoir capacité à comprendre et participer à une décision plutôt que de simplement obéir, surtout à une machine.

Les entreprises innovantes (au sens de faire passer l’invention aux usages) sont celles qui savent créer du neuf, mais aussi intégrer dans le processus de création la dimension sociologique, ethnographique. Les plus grands acteurs du domaine ont tous investi cette dimension incontournable. L’innovation proposée doit avoir un sens.
 

L’auteur
 


Paul JOLIVET (1995), est Directeur Recherche et Standards en Europe de LG Electronics (téléphones mobiles). Son champ d’action est principalement l’innovation et la standardisation. Il est Président du 3GPP CT WG6 (Applications carte à puce) et de l’ETSI SCP TEC (Spécification de la plateforme carte à puce multi applicative). Il enseigne régulièrement dans plusieurs Ecoles dont Télécom ParisTech et Télécom Bretagne. Il étudie par ailleurs à l’Université Paris Dauphine dans le cadre d’un Doctorate of Business Administration sur le domaine de l’Innovation.


 

410 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Bataille pour le contrôle de l’industrie des télécoms en Afrique # 198

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 octobre

Articles Revue TELECOM

Pour une communication publique sans stéréotype de sexe # 198

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 octobre

Articles Revue TELECOM

Sexisme dans l’espace public : conquérir le sentiment de légitimité par le chahut-cancan # 198

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 octobre