Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 174 - Les nouveaux services pour développer l'usage des transports publics

Articles Revue TELECOM

-

15/10/2014


Les nouveaux services pour

développer l’usage 

des transports publics




Par Francis Sykes (1989) dans la revue TELECOM n° 174


La mobilité est au cœur des enjeux économiques et sociétaux des collectivités territoriales. Si les projets d’infrastructures de transport sont fondamentaux, ceux-ci doivent être complétés par des services facilitant l’adoption des moyens de transports par le public.

Le bus et les transports en commun présentent une apparente complexité qui pousse parfois les voyageurs, notamment occasionnels, à envisager des alternatives. C’est pour que cette complexité s’estompe et pour que les voyageurs « osent » les transports publicsque se sont développées des panoplies de services permettant de franchir cet obstacle.


Pour être plus proches des voyageurs, ces services peuvent être accessibles sur le lieu de travail, à domicile, ou encore en situation d’itinérance profitant de moments d’oisiveté forcée. Ils reposent souvent sur l’utilisation d’objets personnels tels que smartphones, ordinateurs/tablettes ou cartes bancaires que les voyageurs utilisent déjà pour accéder à des nouveaux services.

Le développement de tels services répond souvent aussi à des enjeux économiques.

Ainsi, si déployer des écrans d’information voyageur est généralement reconnu comme justifié là où la fréquentation des transports est la plus forte, c’est rarement le cas des lignes secondaires. L’emploi de smartphones permet de répondre à ce besoin : certains opérateurs équipent les points d’arrêt moins fréquentés de tags NFC, petites étiquettes dotées d’une puce et d’une antenne RFID. A l’aide de leur smartphone NFC, les voyageurs peuvent scanner le tag et ainsi accéder facilement aux informations relatives au point d’arrêt (prochains horaires de passage etc.). Cette solution est de plus en plus pertinente, la majorité des nouveaux smartphones étant compatibles avec la norme NFC.


Tag RFID et bus - © - RATP - Bruno Marguerite

L’application mobile RATP sur smartphone répond à la même logique. Elle permet de disposer partout et à tout moment d’informations relatives au transport, notamment horaires, calculs d’itinéraires et informations en cas de perturbation.

Dans le même esprit et toujours pour optimiser les coûts d’investissement et de maintenance des infrastructures, une solution permettant d’acheter et valider un titre de transport à bord d’un bus a été expérimentée. Le bus n’est équipé que d’un simple tag NFC. Une application pour smartphone permet de scanner le tag, ce qui génère une transaction permettant l’achat et la validation en ligne.
 

Faciliter l’usage des transports publics


Les téléservices consistent à accéder à distance à des services tels que le rechargement d’un titre de transport sur Internet, sur téléphone NFC ou encore sur automate bancaire.

Pour le voyageur, ceci permet d’effectuer ces opérations n’importe où et n’importe quand. Pour l’opérateur ou l’autorité de transport, cela permet de soulager le réseau de vente et de gestion matérielle des titres de transport en profitant d’un réseau tiers, réduisant ainsi les coûts d’investissement et de maintenance.


Zenway, l’écran tactile multiservice de proximité - © - RATP - ING - Isabelle Bonnet


Ces services ont pu voir le jour grâce à l’essor des smartphones communicants, à l’amélioration de la couverture 3G-4G et aux nouvelles architectures de sécurité permettant les transactions financières à partir de ces plateformes.

Des cartes bancaires comme sésame des transports

Le Future Ticketing Project de Londres repose sur l’utilisation des nouvelles cartes bancaires sans contact, conformes au standard EMV Contactless, basé sur la norme ISO14443 initialement déployée dans le domaine des transports. Les appareils valideurs s’assurent que la carte est valable puis envoient les informations de validation vers un système central. Ce dernier effectue les opérations de rapprochement et débite le prix du voyage. Ceci représente de nombreux avantages tant pour l’utilisateur que pour l’opérateur. D’une part, le voyageur n’a plus besoin d’acheter un titre de transport ni de support de titre de transport, sa carte bancaire en faisant office. D’autre part, l’opérateur ne gère pas les cartes bancaires RFID de ses clients, ce qui se traduit par une diminution très significative des coûts de gestion.

Enfin, cette solution permet d’adapter aisément la tarification.
 

Multimodalité

La barrière psychologique qui freine l’usage des transports publics est d’autant plus haute que le voyage est complexe. Si de nombreux citoyens sont prêts à effectuer un trajet en utilisant un mode de transport unique, la combinaison de modes rebute. C’est pourcela que l’information multi-modale est devenue la priorité pour de nombreuses autorités organisatrices, ce qui a donné lieu à l’émergence des centrales de mobilité. Ces dispositifs permettent de fusionner les informations provenant de plusieurs transporteurs et de les rendre accessibles aux voyageurs, notamment pour leur permettre de planifier un voyage impliquant plusieurs modes ou plusieurs opérateurs.

Concilier transports publics et transports individuels

De nombreux voyageurs optent pour les transports individuels (voiture, moto etc.) soit parce qu’ils ignorent les offres alternatives de transport public, soit parce que l’utilisation exclusive des transports publics n’est pas adaptée à leurs besoins.


L’usage combiné des modes de transports publics et individuels favorisé par l’émergence des parcs relais reste encore peu développé. Aujourd’hui, il n’existe pas d’outil pour réguler l’écosystème que constitue l’ensemble des moyens de transports publics ou individuels. C’est l’ambition du consortium européen Mov’In Cities piloté par Ixxi.

Le développement des transports publics s’accompagne d’une nouvelle génération d’outils personnalisés visant à en faciliter l’usage et à les rendre attractifs au plus grand nombre. Cette large panoplie d’outils repose sur des technologies nouvelles et, dans la plupart des cas, s’appuie sur des objets communicants chers aux voyageurs, ce qui d’une part en facilite l’appropriation et d’autre part réduit les coûts des opérateurs et autorités de transport, critère essentiel en ces temps de rigueur budgétaire.

 

L’auteur



Francis Sykes (1989) et (X84). Après un poste de recherche appliquée en traitement d’images, il participe à la grande aventure du GSM, d’abord à la direction technique SAGEM puis à la direction de la stratégie Alcatel où il était chargé de la stratégie Internet Mobile. Il rejoint la RATP en 2003 où il devient responsable de l’ingénierie de Navigo pour la RATP. Il rejoint la direction commerciale d’Ixxi en 2013. Ixxi, filiale de la RATP, conçoit, construit et opère des solutions et services innovants qui facilitent la mobilité urbaine et optimisent l’expérience voyageur, avant, pendant et jusqu’à l’aboutissement du voyage.


 

378 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - 5G : une révolution numérique des télécoms ?

photo de profil d'un membre

Melina LAURICELLA

16 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Dans la lumière Brune

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Onboarding, intégration, rétention... what for ?

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier