Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue 175 - Les Spin-offs

Articles Revue TELECOM

-

15/01/2015

 
Les Spin-offs 
 
un outil formidable de

valorisation de la recherche



Par Khaldoun Al Agha dans la revue TELECOM n° 175


Lorsqu’une recherche devient stérile et ne génère pas de richesse, le cercle vertueux devient vicieux !



Un pays riche se doit de maintenir son bien-être. Cette richesse peut découler d’une ressource naturelle ou d’un capital construit au fil d’un investissement long et réfléchi. Le premier cas est lié à une chance que le pays doit saisir pour renforcer sa richesse. L’investissement quant à lui est un processus rationnel et est le fruit d’un long travail accompagné d’un certain nombre de sacrifices. 
La recherche est au coeur de l’investissement d’un pays. Le pourcentage qu’un pays consacre de son PIB à la recherche reflète bien sa richesse. Plus il est élevé, plus le pays est riche. Ce pourcentage représente un impôt qu’on peut prélever douloureusement ou aisément en fonction du retour sur investissement. La recherche dans les sciences dures possède différentes formes allant de la théorie à la résolution de problèmes qu’on peut rencontrer dans la vie de tous les jours. La théorie permet de faire évoluer les outils nécessaires à la recherche appliquée pour mieux créer les solutions à nos difficultés. Plus on construit un capital de solutions et de savoir-faire, mieux on sera sollicité pour maintenir notre richesse.


Green Communications (GC), une société issue de la recherche sur un investissement long-terme

Le long chemin de la société GC a commencé en 2002. La recherche sur les réseaux Ad Hoc1 était dans les modèles théoriques pour étudier leur limite. La modélisation de ces réseaux est complexe car ils évoluent dans un environnement dynamique. Les hypothèses prises pour rendre possible une telle modélisation sont loin de la réalité. La mise en pratique des modèles permettaient de tester la validité des hypothèses. En début des années 2000, les nouveaux outils destinés à l’innovation et la possibilité dans les projets collaboratifs de dédier une partie du budget à du développement a permis l’implantation de nos modèles. Progressivement les hypothèses se corrigeaient et l’implémentation devenait mature et proche du prototype industriel. Valoriser ces recherches est devenu mur et c’est là qu’un ensemble d’outils mis en place sur le plateau de Saclay a permis de construire le pont qui a pu transporter les résultats de recherche vers l’innovation. Une société vendant une technologie a un cycle très long et nécessite un investissement téméraire avant une rentabilité certaine.
GC a voulu produire une technologie pour défendre des valeurs nobles où sa devise est de connecter les personnes avec une grande liberté. Assurer une confidentialité et une consommation faible sont au coeur de ses développements.
Le début de l’aventure fut en 2008. Les deux fondateurs, Guy Pujolle et moi-même avons constitué un projet pour la création de l’entreprise. Ce projet consiste à un parcours auprès des agences de concours de création d’entreprises ou de prêts d’honneur et des incubateurs. Notre choix s’est porté sur Incuballiance2 avec un prêt de Scientipole3 en plus de nos économies. Une aide de Digiteo4 fut accordée à la société dans le cadre de son programme de maturation. L’entreprise fut créée en 2010. Après deux années de vie de Start-Up, la société s’est tournée vers les investisseurs où elle a décroché un closing en 2013 avec Innovacom5 qui a permis d’offrir à GC le visage d’une vraie structure d’entreprise. C’est à ce moment que j’ai décidé de quitter l’université pour me consacrer à 100% à la société.


1/Un réseau Ad Hoc est un réseau qui se crée sans aucune infrastructure
2/
www.incuballiance.fr
3/ http://www.scientipole-initiative.org/
4/ www.digiteo.fr
5/ www.innovacom.com



L'Auteur


Khaldoun Al Agha
est ingénieur Supelec, docteur de l’université de Versailles et habilité à diriger les recherches de l’université de Paris-Sud. Il a été Maître de conférences puis Professeur à l’université de Paris-Sud où il a créé et dirigé l’équipe réseaux au sein du Laboratoire de Recherche en Informatique. Il a aussi été responsable du programme pédagogique Télécom et Réseaux au sein de l’université. Khaldoun Al Agha a participé au montage et à la création de la communauté KIC EIT ICT Labs dans laquelle il a dirigé la ligne d’action Digital Cities pendant 4 ans. Khaldoun Al Agha a été responsable de plusieurs projets R&D nationaux et européens et est l’auteur de plusieurs ouvrages et d’environ 150 publications en revues et conférences dans les réseaux et Télécom. Il est depuis 2013 le président de Green Communications.

 

365 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet