Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 177 - Zéro prof, zéro formateur mais surtout pas zéro pédagogue Vers l'apprentissage collaboratif

Articles Revue TELECOM

-

15/10/2015


ZERO PROF, ZERO FORMATEUR

MAIS SURTOUT PAS ZERO

PEDAGOGUE


Vers l'apprentissage collaboratif

Par Thierry Curiale dans la revue TELECOM n° 177

• Face à l’émergence de l’économie de la contribution1, l’accroissement consi
dérable de phénomènes concurrentiels protéiformes et l’obsolescence accélérée des compétences que suscite la déferlante généralisée et irrévocable du numérique, l’apprentissage fait l’objet d’une transformation profonde à l’aube du XXIème siècle. Il devient plus horizontal, plus contributif, plus social. Mais aussi plus stratégique.

 

• C’est pourquoi Orange a lancé le 4 avril 2014 « Solerni2 » et « Le digital, vivons le ensemble ».
 

• Solerni est une solution logicielle au service des entreprises qui souhaitent faire de l’apprentissage en ligne une expérience sociale permettant de faire fructifier leur capital de compétences3, de valoriser des talents trop souvent laissés dans l’ombre du modèle hiérarchique et pyramidal et ainsi de devenir plus agiles et plus créatives.
 

• « Le digital, vivons-le ensemble », un MOOC d’entreprise, d’obédience connectiviste, constitue une expérience inédite d’apprentissage social fondée sur l’idée que les apprentissages se construisent et se déve- loppent mieux à travers des interactions multiples et variées.
 

• Expérience qui met en évidence, de manière très significative, que les compétences s’avèrent plus distribuées qu’elles ne sont illusoirement concentrées dans la figure archétypale du « sachant ». Expérience qui constitue chaque contributeur à la fois comme producteur ET consommateur de contenus mais aussi comme sachant autant qu’apprenant.
 

• Dès lors, l’apprenant du XXIème siècle pourrait se définir par ce qu’il partage avec une ou plusieurs communautés d’appartenance et ce qu’il reçoit d’elles en retour, tout au long de sa vie professionnelle et selon les lois de l’intelligence « connective », celle du réseau. Or, comme 80 % de nos compétences résultent de construits sociaux informels, à l’âge du réseau apprendre c’est travailler et travailler c’est apprendre comme l’évoque précisément Harold Jarche4.
 

• Dans cette perspective l’initiative d’Orange signe sans doute l’ère du« brand learning » c’est-à-dire ce moment de l’histoire des organisations où les entreprises, en devenant plus ouvertes, plus transparentes et plus collaboratives, sont en passe de devenir réellement apprenantes pour leurs salariés comme pour leurs partenaires, qu’ils soient fournisseurs ou consommateurs. Si elles ne le deviennent pas, le pouvoir du numérique renforcera les systèmes de contrôle et d’aliénation ainsi que leurs rigidités associées.


• « Le digital, vivons le ensemble », vaste scène numérique regroupant le grand public comme les salariés d’Orange, se veut in fine l’expression première d’un réseau social d’apprentissage collaboratif (RESAC). Celui-ci relève d’un processus – plus que d’un « produit » - composé d’un parcours pédagogique, conçu comme un catalyseur d’interactions entre pairs, et d’un système de reconnaissance matérielle (badges, certificats) et immatérielle (signes de reconnaissance échangés entre pairs). Ce parcours pédagogique, à la fois convivial et collaboratif, – qui ne constitue plus un « cours » au sens académique du terme – est forcément centré sur les apprenants (learner centric), sur les activités (learning by doing) et sur les interactions (social learning). J’aime à définir le collaborative learning, de manière un peu provocatrice mais avec beaucoup de bienveillance, comme : « Zéro prof, zéro formateur, mais surtout pas zéro pédagogue». Le sachant, une fois descendu de son estrade, intervient comme pédagogue en amont dans l’ingénierie pédagogique, pendant pour animer et modérer la communauté des apprenants et en aval pour organiser la capitalisation. Il s’agit ainsi d’adopter le numérique, de le faire sien, plus que de s’adapter à lui ce qui consiste le plus souvent à courir après.

• Ainsi, Orange, à travers Solerni, aide ses partenaires à rentrer dans l’ère de l’économie de la contribution, à faire fructifier leur capital de compétences et à commettre un acte de management répondant à une demande sociale forte de complément au modèle hiérarchique et pyramidal. Un com- plément qui a l’avantage de favoriser le don, le partage, la solidarité, la co- construction de sens et de susciter ainsi plaisir et motivation.

 

• Solerni intervient sur toute la chaine de valeur allant du conseil en ingénierie pédagogique (grand goupe en situation de formation en ligne) jusqu’à sa mise en œuvre à l’aide d’une solution logicielle évolutive à la fois simple, utile, intuitive et résolument centrée sur l’utilisateur, qu’il soit un pédagogue ou un participant. Une solution au service de l’innovation pédagogique et plus largement de l’apprentissage au XXIème siècle.
 

• Après « Le digital, vivons le ensemble », Orange renouvelle l’expérience avec « Décoder le code », «Devenir web- conseiller » et « L’impressionnisme, du scandale à la consécration » en partenariat avec la Réunion des Musées na- tionaux. Orange a par ailleurs comme clients pluieurs entreprises du CAC 40. Ces initiatives témoignent que l’opérateur Orange entre dans l’ère de l’économie de la contribution collaborative en associant conjointement ses dimensions sociales, sociétales et économiques.
 

1/ On peut citer quelques acteurs de référence comme Wikipédia bien entendu mais aussi Occupy et Open Government Partnership qui participent tous, de différentes manières, d’un même mouvement horizontal de réappropriation de sens face à l’effondrement voire l’implosion du capitalisme productif vertical, hiérarchique et pyramidal.
2/ Solerni est une contraction de l’espéranto « Socia » et « Lerni » qui signifie mis bout à bout « Apprendre en groupe ». Le choix de l’Espéranto, langage de tous les langages, signe le territoire à la fois social et communautaire de la marque Solerni évoquant ainsi le partage.
3/ Il est important de préciser que nous entendons par compétences d’un individu l’ensemble des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être, des savoir-faire faire, des savoir faire savoir qu’il est capable de mobiliser dans une situation nécessitant d’interagir avec un milieu. Le milieu est constitué par ce qui est à la fois autour et entre les individus. Confer la définition plus complète d’Ars industrialis : http://arsindustrialis.org/milieu
4/ Confer « Seeking perpetual Beta, a guidebook for the network era”, 2014

 


Biographie de l'auteur

Thierry Curiale, après des études au Conservatoire d'art dramatique, une carrière de jeune comédien puis une formation en Gestion à l'Université Paris Dauphine, Thierry Curiale intègre Sciences Po Paris pour y effectuer un 3ème cycle en développement social d'entreprise. Devenu rapidement consultant en stratégie, management et communication dans divers cabinets de conseil, Thierry Curiale saisit l'opportunité d'un projet de développement d'une activité de conseil interne chez France Telecom. Il se tourne ensuite vers le web, tout d'abord comme Manager du portail Voila.fr puis comme Directeur Marketing de la suite applicative intégrée aux couleurs du Groupe Orange.
Thierry Curiale est aujourdíhui un expert dans le design de services digitaux reposant à la fois sur l'intelligence collective et la pluridisciplinarité. Cela lui permet d'accompagner des équipes naturelles de travail à gagner en ouverture et flexibilité, en utilisant ce qu'il appelle la "facilitation-aided innovation" faisant intervenir conjointement designers, marketeurs et développeurs de manière efficiente et créative.
Thierry Curiale est aujourdíhui Directeur du programme ´ Open Collaborative Learning " au sein du Groupe Orange. Il y développe une plateforme d'apprentissage collaboratif intitulée "Solerni". Lancée le 4 avril 2014, cette solution logicielle permet de concevoir et de publier des dispositifs numériques d'apprentissage innovants comme par exemple des Mooc (Massive Open Online Courses) pour le compte du monde Corporate.

265 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril