Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 178 - Apports de l'Internet des Objets dans le suivi de la santé

Articles Revue TELECOM

-

15/11/2015


APPORTS DE L'INTERNET

DES OBJETS DANS LE SUIVI

DE LA SANTE



Par Christine Bérisot dans la revue TELECOM n° 178


En quoi la connection va-t-elle modifier notre rapport à la santé ?

La " connexion " qui exprime le mode connecté (en ligne) entre patient et professionnels de santé permet le passage à une santé plus préventive que curative. En proposant une médecine plus personnalisée, et en encourageant les bonnes pratiques de santé, notamment pour les pathologies chroniques, on renforce la relation entre les patients et les professionnels de santé. L'individu devient acteur de sa santé. En comprenant sa situation, il peut changer de comportement pour vivre mieux et plus longtemps.
Une nouvelle relation va également s'établir avec le médecin : une relation fondée sur l'échange et la compréhension de la pathologie.
On rentre ainsi dans un nouveau modèle de suivi plus efficace et davantage économe, qui peut être aussi plus humain
C'est toute la chaîne de la santé qui va être bouleversée : le patient, mais aussi l'organisation des hôpitaux, la médecine ambulatoire, le vivre à domicile et la dépendance, la médecine de ville, ainsi que les assureurs, les mutuelles.

La connexion permet en outre de nouvelles collaborations entre les différents acteurs de cet écosystème autour de la prévention, le parcours de soin, l'amélioration de l'observance, ...
La " santé connectée " n'est pas un effet de mode, c'est une combinaison d'innovations de ruptures majeures au service de la santé et du mieux-être de la personne.


Qui est concerné ? Le patient, le malade chronique, tout le monde ? Pourquoi ?

Le patient, le malade chronique, la famille, tout le monde est potentiellement concerné.
Des plates-formes d'interprétation médicale innovantes accompagneront la personne et permettront d'améliorer au quotidien son confort et la gestion de sa santé ou celle de sa famille : l'usage est très large. Le malade chronique s'inscrira plus dans une démarche de prévention des risques qui nécessite un historique des données et un suivi qui permet au médecin de faire un diagnostic plus fiable. Une maman pourra ainsi suivre la santé de ses enfants et être assistée en cas de doute sur la conduite à tenir (par exemple en cas de fièvre), mais elle pourra aussi définir ses objectifs personnels pour retrouver son poids de forme et rentrer dans sa robe préférée. Ces nouvelles applications ou services sont 

trans-générationnels et adaptés à tous : aux futurs et jeunes parents, aux familles, aux malades et aux personnes âgées. Ils permettront de suivre l’évolution de la santé tout au long de la vie, en réseau avec tous les acteurs de santé.

S’agit-il d’innover par les objets ou par les solutions ?

Cela ne sert à rien de vendre des objets connectés si on n’analyse pas les données. Mesurer et connecter est utile mais pas révolutionnaire. Mesurer, connecter, analyser et recommander puis conseiller : c’est la révolution de la santé connectée intelligente. Quel intérêt de mesurer sa température, sa tension ou son nombre de pas si on ne sait pas s’en servir pour faire évoluer un comportement ou adopter de bonnes pratiques de santé ? Un objet connecté n’a de sens que s’il est intelligent et permet des interprétations médicales. On retrouve cette intelligence du côté applicatif. On peut classer les applications en trois niveaux : celles qui fournissent des tableaux, des graphiques et permettent de s’autogérer ; celles qui assistent et aident à remplir ses objectifs de santé, et celles qui vont aller jusqu’à l’évaluation de ses risques et qui ont une approche préventive avec une détection des signes de gravité. Les objets peuvent certes aider la motivation en cas d’objectif d’entraînement ou pour quelques kilos à perdre, mais une solution interprétative globale permet d’aller plus loin dans la prévention. Nous pensons que la santé connectée pourra notamment participer à la prévention du risque cardio-vasculaire. L’innovation passera aussi par des programmes de pédagogie et de prévention de la santé. Ce ne sera pas les technologies ou le design qui intéresseront la personne dans la santé connectée, mais c’est de pouvoir optimiser son capital santé, apprendre à bien vivre, et à bien vieillir.
 

MyHealthBox : la première solution innovante de télémédecine connectée sans smartphone

MyHealthBox est une solution de télé-médecine connectée sans smartphone qui répond aux problèmes d’accessibilité des solutions connectées de santé. Sans accès à l’Internet, sans raccordement à la fibre ou sans accès à aucun réseau, les objets connectés de santé intégrés dans MyHealthBox peuvent bénéficier à tous, sans aucune discrimination technologique. C’est pour faciliter l’accès aux soins de tous : personnes âgées qui ne sont pas connectées, personnes isolées qui subissent la désertification médicale dans certains territoires français, que MyHealthBox a été imaginée. Face au vieillissement de la population, à l’augmentation de la dépendance et à la diminution de l’offre de soins et d’hébergement, MyHealthBox permet de limiter les hospitalisations, les transports inutiles et d’anticiper une hospitalisation (facteurs prédictifs). MyHealthBox est une valisette composée d’objets de santé connectés (thermomètre médical sans contact, tensiomètre, oxymètre de pouls, lecteur de glycémie,...) en liaison permanente avec un petit boitier électronique de communication (Bluetooth, WiFi, 2G/3G/4G) appelé Gateway. Celui-ci permet au patient de recevoir des instructions et de transférer ses données cryptées au médecin. Cette solution est reliée à un portail professionnel de télémédecine pour le suivi des constantes vitales d’un patient à domicile dans le cadre d’une chirurgie ambulatoire, d’une hospitalisation à domicile, ou de la prévention des maladies chroniques (diabète, hypertension, obésité, insuffisance cardiaque, asthme).

Quel avenir pour la santé connectée ?

Le potentiel des objets connectés de santé est encore plus incroyable que les autres objets connectés, tant les impacts sont variés et pourraient avoir des effets sur les systèmes de santé. C’est résolument un sujet de société. La révolution technologique peut entraîner une révolution économique pour les organismes publics et privés de santé. C’est une opportunité sans pareille que d’améliorer la prévention collective, ce qui permettrait d’équilibrer des dépenses de santé qui plombent le système. Cela rejoint la volonté de l’état qui est de développer l’ambulatoire et la télé-médecine. La montée en puissance de la santé 3.0 devrait entraîner, chaque année, des économies de plusieurs milliards d’euros.

Biographie de l'auteur

Christine Bérisot Diplômée d'un Master 2 en marketing et communication de l'université Panthéon - Assas Paris Il, Christine Bérisot a réalisé sa carrière professionnelle dans l'industrie pharmaceutique, et notamment au sein du groupe Américain Johnson & Johnson, avant d'intégrer Visiomed Group en 2010.

174 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril