Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 180 - Edito d'Ayoub Figuigui (2011) - L'Homme augmenté

Articles Revue TELECOM

-

15/04/2016

 
 
EDITORIAL
 
L'Homme augmenté




Par Ayoub Figuigui (2011),
 
L’homme augmenté est l’expression aujourd’hui consacrée pour désigner l’« amélioration » technique des performances humaines, aussi bien physiques, qu’intellectuelles et qu’émotionnelles. Source d’inquiétude pour les uns, évolution des plus naturelle pour les autres, l’augmentation de l’humain est un sujet de controverses qui a soulevé et soulève encore un nombre considérable de débats. 


Sujet des fantasmes les plus fous de l’être humain, cette augmentation des capacités ne passe pas inaperçue et amène avec elle des questions d’ordre moral et éthique. D’une part, cette évolution est pointée du doigt comme une tentative de robotisation de l’homme. Elle suscite des critiques principalement la qualifiant d’intervention illégitime sur l’ordre de la nature et d’une tentative de l’être humain de se montrer digne devant les machines qu’il a lui-même inventées. D’autre part, elle est considérée comme un moyen de libération de nos gênes de primates et un pas de géant qui nous affranchirait des handicaps, des maladies voire de tenter de nous rendre immortels.
 
Dans le même registre, le Transhumanisme, mouvement  né en Californie en 1957 au carrefour des cultures « sixties »  et du développement informatique, prône l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains. Ceci cristallise de nombreuses peurs et flirte avec des questions qui suscitent autant d’enthousiasme que de critiques. En effet, diabolisé par une opposition tranchée des bioconservateurs, ce mouvement voit en cette amélioration l’opportunité pour l’être humain de devenir l’artisan de sa propre évolution et le résultat d’une convergence des révolutions scientifiques et technologiques de l’homme, par l’homme, pour l'homme.
 
Membres bioniques, exosquelettes, implants cochléaires, implants cérébraux, œil bionique, tatouages électroniques …  sont toutes des preuves, s’il en fallait une seule, que l’homme augmenté existe déjà partiellement. En effet, toutes ces avancées sont devenues possibles grâce à la convergence dénommée NBIC (pour Nanotechnogie, Biotechnologies, Informatique et sciences Cognitives).  Cet acronyme, aujourd’hui sur le devant de la scène, constitue un champ scientifique multidisciplinaire prêt à faire de la science-fiction d’hier, la réalité du moment présent.
 
Homme ou machine ? Homme machine ou machine humaine ? Garderons-nous notre humanité ou agirons-nous comme des machines ? C’est un des mystères parmi d’autres qui reste à élucider par cette transformation profonde que nous amène la promesse de "l’homme augmenté”. Le dossier qui suit tente de concilier les différents points de vue et met en lumière certaines initiatives en relation avec ce sujet passionnant.
 

Biographie de l'auteur
Ayoub FIGUIGUI (2011) est diplômé de Télécom ParisTech (2011), ESSEC et INSA Val d'Oire. Ayoub est consultant dans le domaine des TIC : Management, sécurité et gestion des risques de l'information. 
Membre du comité de rédaction de la revue Télécom depuis 2013, il est en outre fondateur du cabinet de conseil AFI Business Consulting spécialisé dans le conseil et la formation en Sécurité de l'information, Fondateur et président du chapitre Marocain et membre du groupe de travail IoT de la Cloud Security Alliance (CSA). 

 

364 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril