Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 180 - Entretien avec Catherine Pelachaud : Quand la machine se comporte comme un humain

Articles Revue TELECOM

-

15/03/2016


QUAND LA MACHINE

SE COMPORTE

COMME UN HUMAIN



Entretien avec Catherine Pelachaud par Michel Cochet dans la revue TELECOM n° 180

 
Depuis l'invention de la machine, l'être humain recherche un dialogue naturel avec elle. C'est l'objectif de Catherine Pelachaud et son équipe à Télécom ParisTech.


La Rédaction : Catherine Pelachaud, pouvez-vous nous dire ce qui vous a conduit à vous consacrer à la modélisation de l'expression humaine pour les machines en essayant de les rendre ainsi interactives ?
Catherine Pelachaud : Tout simplement l'intérêt que j'avais pour le comportement humain verbal et surtout expressif ce qui dans une première étape m'a incité à choisir comme sujet de thèse, la modélisation des expressions faciales dans le comportement humain.


J'ai ensuite persévéré dans ce domaine et nous avons été retenu dans le cadre du projet européen SEMAINE en 2009-2011 dont l'objectif était de rendre les machines plus humaines pour développer une plate-forme : celle d'un agent conversationnel animé (" conversational embodied agent ") permettant à une machine (ordinateur) de communiquer avec un être humain avec le verbal et le non-verbal.

Au niveau verbal, la plate-forme utilise un module de synthèse de la parole et au niveau non-verbal un module d'Intelligence artificielle et un module de synchronosation. Avec beaucoup d'effort ont été porté aux modèles de contrôle du comportement du personnage virtuel que nous avons appelé l'agent Greta.

La Rédaction : Comment l'agent Greta est-il actionné et est-il en interaction avec l'utilisateur ?
Catherine Pelachaud
: L'agent virtuel Greta peut interragir avec l'être humain grâce à des modules de perception visuelle et acoustique. C'est un personnage de synthèse en trois dimensions. Il dispose d'une bibliothèque de gestes, d'attitudes et d'expressions.

Quand l'agent doit formuler un message, il lui est fourni le texte, surtout, des indications sur les intentions communicatives. Ces intentions sont ensuite tranformées en expressions.

La caméra et le micro permettent de capter le comportement et la parole de l'utilisateur ainsi que ses émotions et son engagement dans l'échange et dans l'interraction.
Une plate-forme de détection, de reconnaissance et d'analyse des signaux humains permet d'alimenter des logiciels (algorithmes) qui, à partir des informations générées par cette plate-forme, raisonnent et permettent d'animer l'agent Greta.

La Rédaction : Quel est le stade de développement actuel ?
Catherine Pelachaud
: Actuellement, l'agent Greta est capable de répondre à des questions en formulant des réponses avec une gestuelle accompagnée d'émotion et d'attitudes sociales.

La Rédaction : Quels sont les développements en cours ?
Catherine Pelachaud
: Nous travaillons actuellement sur la modélisation de la parole tout en riant (un grand défi quand on connaît l'extrême difficulté à modéliser le rire) et sur la modélisation du comportement avec des attitudes sociales telles que la dominance, l'amicalité, etc.

Deux nouveaux projets vont concerner tout d'abord les gestion de la possibilité d'interrompre l'opérateur (projet européen sur trois ans) puis la gestion de la première rencontre, de la première mise en relation (projet franco - suisse sur trois années).

La Rédaction : Catherine Pelachaud, pourriez-vous nous indiquer quelles sont ou quelles pourraient être les utilisations principales de cet agent Greta ?
Catherine Pelachaud
: Les jeux " sérieux " (serious games) sont déjà les premières applications d'utilisation de notre agent. Ces jeux sont utilisés entre autres pour aider les enfants dans leurs études. Ils sont aussi utilisés comme entraînement à des entretiens d'embauche.

La e-santé devrait se révéler avoir un champ d'application très vaste.

De manière plus générale, toutes les applications de type assistants virtuels sont envisageables que ce soit sur le web ou dans des activités de service (centres commerciaux, hôtels, etc.).

La Rédaction : Etant donné la dimension de médiation objet de vos recherches, quels développements envisagez-vous à moyen terme ?
Catherine Pelachaud
: Dans une première étape, nous pensons développer le dialogue multimondial afin de permettre à l'agent d'adapter son message en fonction de ce que dit l'utilisateur et ceci avec des gestes métaphoriques (ces gestes qui transmettent des informations abstraites).

La Rédaction : Comme prolongement  de vos travaux,  que pensez-vous de l'intelligence et de la machine si ce n'est de la machine dontée d'intelligence ?
Catherine Pelachaud
: Si l'agent s'exprime comme un humain en utilisant des sentiments à des moments approprié, d'une certaine manière, la machine se dote d'intelligence. Il faut donc dès à présent se poser les questions pour éviter des dérives potentielles inévitables. Ainsi, un comité d'éthique (CERNA) vient d'être mis en place avec comme objet les interactions entre l'homme et la machine y compris les Robots.

La Rédaction : Comment va évoluer l'agent par rapport à l'agent actuel Greta ?
Catherine Pelachaud
: Comme dans les jeux avec avatars, l'agent sera personnalisable en utilisant une bibliothèque de personnage qui sera exportable vers l'application. Il est envisagé d'étudier la communication humaine et avec l'aide de linguistes, de psychologues, de mieux comprendre le comportement humain pour améliorer l'interaction.

Nous avons déjà des contacts avec certains industriels principalement pour développer des projets collaboratifs tels que Cantoche1, développer des personnages virtuels (assistants sur le web), avec les Télécom et avec l'éditeur Hatier pour réaliser des tuteurs émotionnels utilisés dans des jeux servant à apprendre des matières scolaires.

Nous avons plus de difficultés avec le domaine des jeux vidéos car l'intérêt actuel est surtout concentré sur l'animation plus que sur le comportement du personnage lui-même.


1/ http://www.livingactor.com

                                                             
 
                           Projet EU Tardis, recruteur virtuel

Biographie de l'auteur

Catherine Pelachaud est directrice de recherche CNRS au LTCI, Télécom ParisTech. Ses intérêts de recherche portent les agents conversationnels animés. Elle est éditeur associé de plusieurs journaux dont IEEE Trans on Affective Computing. Elle a co-édité plusieurs livres sur les systèmes d'informatique émotionnelle. Elle a reçu le prix ACM - SIGAI Autonomous Agents Research Award en 2015.


 

396 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet