Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 181 -Entretien avec André Santini, Député-Maire d'Issy-les-Moulineaux et Vice-Président de la Métropole du Grand Paris

Articles Revue TELECOM

-

11/07/2016


Entretien avec

André Santini


Député-Maire d'Issy-les-Moulineaux
Vice-Président de la Métropole du Grand Paris


 
 

Propos recueillis par Vincent Pilloy (1990),
Le rédacteur en chef vous propose de découvrir l'article coup de coeur de son dossier. 

Quelle est votre vision de l’évolution de la mobilité sur un territoire comme Issy-les-Moulineaux et plus largement pour le Grand Paris, dans les années qui viennent ?


La question des déplacements se pose de la même manière dans toutes les métropoles. Comment gérer une densification urbaine croissante tout en fluidifiant les déplacements, d’abord pour réduire la pollution atmosphérique qui étouffe nos villes mais aussi pour faciliter la vie quotidienne des millions de citadins qui se rendent chaque matin au bureau et rentrent chaque soir à la maison dans des conditions non satisfaisantes ? Issy-les-Moulineaux fait partie d’une métropole qui n’est pas la plus embouteillée d’Europe. Les londoniens passent deux fois plus de temps dans les bouchons que les parisiens et les habitants de Bruxelles ou Anvers, en Belgique, sont encore moins bien lotis que nous. Mais Paris a la particularité, compte tenu de sa topographie, d’être sensible aux particules fines. Je trouve désespérant qu’un bulletin météo ensoleillé soit quasi systématiquement accompagné d’une alerte à la pollution atmosphérique sur la région parisienne.

Quand on parle de mobilité, quels sont les enjeux majeurs pour la ville d’Issy-les-Moulineaux et pour ses habitants ?

Nous sommes dans une situation favorable : le nouveau réseau de métro automatique, Grand Paris Express, va sensiblement soulager les lignes saturées et les routes encombrées de la région parisienne. Avec ses 200 kilomètres de nouvelles lignes et ses 68 nouvelles gares, il s’agit du projet d’aménagement le plus important d’Europe et, pour les habitants, d’un projet aussi structurant que le furent la construction du métro parisien au début du 20ème siè
cle ou du RER dans les années 60-70. Ce projet va considérablement améliorer la vie quotidienne de millions de franciliens et il faut en être fier. Mais d’ici la fin des travaux, à horizon 2030, il faudra exploiter le dynamisme de l’économie collaborative et des projets liés à la Smart City pour modifier les comportements des franciliens.

Comment peut-on définir les nouvelles mobilités urbaines ? Quel rôle et quelle importance ont-elles pour répondre au défi de demain ?

Ce qui caractérise la situation aujourd’hui est l’hyper personnalisation des services que permet le numérique. Avec son smartphone, il est facile de partager sa voiture, de trouver l’itinéraire le plus efficace ou d’éviter les bouchons. C’est une tendance forte sur laquelle surfent les nombreuses start-up qui se créent. Il faut du temps pour que les mentalités évoluent, mais je crois, par exemple, au développement du co-voiturage en milieu urbain, dès lors que le service sera simple et efficace et le marché stabilisé. La start-up Padam vient ainsi d’ouvrir, à partir d’Issy et de Boulogne, une ligne privée de navettes en direction de la Défense et des communes environnantes. Ce sont des minibus de 6-8 places, confortables et connectés, qui répondent aux besoins spécifiques de leurs clients et c’est une initiative intéressante à suivre. Il faut aussi anticiper, y compris dans nos infrastructures, le développement des véhicules électriques et l’arrivée des véhicules autonomes.

Face à la multiplicité des acteurs concernés, quel est le rôle de la ville pour déclencher et réussir cette
évolution ?


En complément, comment le secteur privé et les entreprises peuvent-ils / doivent-ils être impliqués
dans cette transformation ? Les pouvoirs publics, et notamment les collectivités locales, ont beaucoup investi dans les infrastructures de transport en commun au cours des vingt dernières années, notamment dans les
tramways qui ont fait leur retour en ville après en avoir totalement disparu. Un projet comme le Grand Paris Express représente un investissement public de plus de 25 milliards d’euros, ce qui constitue un effort remarquable dans le contexte de la crise des finances publiques. Les communes du Grand Paris ont été parmi les premières au monde à adopter des dispositifs innovants comme Vélib et Autolib. A Issy-les-Moulineaux, nous avons expérimenté puis généralisé le paiement du stationnement par téléphone mobile en 2009 et
la visualisation du trajet des bus urbains sur  smartphone en 2015. L’an passé, nous avons testé une solution de recherche de place de parking par téléphone et le partage de parkings administratifs via l’application BePark. Nous ne ménageons donc pas nos efforts pour démontrer qu’il existe de nouvelles solutions.

Il faut aller plus loin en associant les usagers dans l’expression des besoins et les entreprises dans la définition de nouveaux services. La Smart City est aussi sy
nonyme de ville collaborative qui se construit dans une logique de coopération nouvelle avec les acteurs du territoire, grandes entreprises, start-up, grandes écoles, pôles de compétitivité, etc… C’est ce que nous avons fait en lançant le projet «So Mobility», financé par un
consortium constitué de la Ville, de la Caisse des Dépôts et d’entreprises directement concernées car présentes sur notre territoire (Cisco, Bouygues Immobilier, Colas, Engie Ineo, Transdev) et ouvert sur un écosystème d’une quarantaine d’acteurs publics et privés qui réfléchissent avec nous aux nouvelles solutions destinées à fluidifier les déplacements en milieu urbain.

La complexité de gouvernance est-elle devenue un obstacle pour engager des initiatives cohérentes et globales, sur le sujet de la mobilité qui dépasse largement les limites administratives?

C’est complexe, en effet, mais j’ai toujours pensé qu’on pouvait contourner les obstacles
en innovant. Pas seulement techniquement, mais aussi dans nos méthodes. Avec le projet «So
Mobility», je n’ai pas
la prétention de penser que la seule ville d’Issy-les- Moulineaux va résoudre les problèmes de transport et de circulation de l’agglomération parisienne. Mais si nous parvenons à susciter l’intérêt de tous les acteurs concernés, en commençant par la Région dont c’est l’une des principales compétences, nous ferons avancer les choses. Rencontrons-nous, discutons, expérimentons, démontrons et favorisons toutes les nouvelles formes de mobilité et je suis certain que nous aurons des résultats tangibles en peu de temps. Ce qui nous manque, ce n’est pas l’imagination mais la conviction que nous pouvons vraiment changer les choses si
nous nous y mettons tous ensemble.

En ce qui concerne l’échelle de « temps », comment faites-vous pour coordonner d’une part des projets d’infrastructures lourds comme le Grand Paris Express qui s’engagent sur une à deux décennies, et d’autre part la modification très rapide des usages à travers l’adoption de nouveaux services via applications mobiles en quelques mois ?

En favorisant l’économie collaborative et les projets liés à la Smart City. Nous n’aurons de toute façon pas le choix. Les travaux de construction des nouvelles lignes du Grand Paris Express vont avoir un impact certain sur la circulation de l’agglomération parisienne au cours des quinze prochaines années. Faisons confiance à la capacité d’adaptation du public et à l’imagination des start-up pour voir apparaitre des solutions qu’il nous faudra accompagner. On parle beaucoup de déplacement, par exemple, mais n’allons-nous pas au contraire assister à l’exp
losion du télétravail partiel à domicile ou dans des tiers lieux conçus spécialement comme celui que Bouygues Immobilier a ouvert à Issy-les-Moulineaux, «Nextdoor» ?

On parle beaucoup de véhicules autonomes en ce moment. Pensez-vous que des véhicules 100% autonomes seront significativement présents sur le territoire d’Issy-les-Moulineaux, dans les prochaines années ?

On verra probablement des navettes autonomes dans nos rues avant les voitures individuelles, qui seront plus à leur aise sur l’autoroute, mais la tendance va à une plus grande autonomie des véhicules. Il est encore trop tôt pour savoir si les voitures seront totalement automatiques à court terme ou s’il s’agira d’une étape supplémentaire dans la conduite assistée, mais il faut se tenir prêt.

Selon vous, en quoi la mobilité à Issy-les-Moulineaux sera le plus profondément modifiée d’ici 10 à 15 ans ?

Je me méfie des prédictions. Cela me rappelle que les experts font de l’erreur de pronostic leur première spécialité. Ce que j’espère pour le futur, c’est que les technologies numériques auront permis d’améliorer nos déplacements en nous faisant perdre moins de temps et en vivant dans un air plus sain. Le rapide développement des objets connectés, que ce soient les capteurs installés sur les feux de signalisation ou les appareils que nous avons sur nous, devrait nous y aider. Les villes se sont adaptées, au cours du 20ème siècle, aux voitures et nous sommes peut-être à l’aube d’un profond bouleversement dans ce domaine.
Certains, comme Jérémy Rifkins, pensent même que nous ne serons plus propriétaire de nos véhicules. C’est dire l’ampleur de la révolution qui nous attend.


En regardant dans le rétroviseur, quelles ont été les plus grandes transformations dans la mobilité des Isséens ces 10 à 15 dernières années ?

L’adoption rapide du tramway T2, qu’on me présentait pratiquement comme une lubie, a permis aux habitants d’Issy-les- Moulineaux de relier la Défense en une vingtaine de minutes.
C’est aujourd’hui une ligne extrêmement fréquentée car elle permet aussi aux salariés du quartier Val de Seine de rejoindre facilement leur bureau. Les Isséens ont toujours adopté très vite les innovations qu’on leur proposait. C’était vrai avec le Vélib, ça l’est encore avec Autolib pour qui nous enregistrons l’un des meilleurs ratios d’utilisation par habitant. Je suis donc confiant dans leur capacité à s’adapter aux nouvelles mobilités de demain.


 
Biographie d'André Santini

Docteur en droit, il devient maître de conférences à la Faculté Panthéon-Sorbonne. En février 1980, il est élu pour la première fois maire d’Issy-les-Moulineaux. Sous le gouvernement decohabitation de Jacques Chirac (1986-1988), André Santini est successivement Secrétaire d’État aux Rapatriés puis Ministre délégué à la communication auprès du Ministre de la Culture et de la Communication, François Léotard. Le 12 juin 1988, il est élu députédes Hauts-de-Seine sous l’étiquette UDF.
Le 19 juin 2007, il est nommé Secrétaire d’État chargé de la Fonction publique. Il occupe ce poste jusqu’en juin 2009, avant son retour àl’Assemblée nationale. André Santini est par ailleurs président du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF) et il a présidé le Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris (SGP). Depuis le 22 janvier 2016, il est troisième Vice-président de la Métropole du Grand Paris(MGP) en charge de la Stratégie économique. Il est par ailleurs diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, de l’Institut des Hautes Études Internationales et de l’École Nationale des Langues Vivantes Orientales (spécialité japonais).

 

228 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - 5G : une révolution numérique des télécoms ?

User profile picture

Melina LAURICELLA

16 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Dans la lumière Brune

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Onboarding, intégration, rétention... what for ?

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier