Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 181 - Le "court-voiturage" covoiturage 2.0 ?

Articles Revue TELECOM

-

30/05/2017




Le « COURT-VOITURAGE »

COVOITURAGE 2.0 ?


 


Par Olivier Binet dans la revue TELECOM n° 181
 

Pratique en pleine explosion sur les trajets longs, le covoiturage peine à décoller sur les trajets quotidiens. Mais l’avènement du «court-voiturage» pourrait bien tout bouleverser.
 


Adapter le covoiturage

Le covoiturage a connu un succès fulgurant ces dernières années. Blablacar comptait ainsi 20 millions de membres fin 2015, soit sept fois plus que deux ans plus tôt ! Pour autant, les trajets covoiturés sont longs (plus de 300 kilomètres en moyenne), et sont réalisés dans le cadre de déplacements occasionnels, de week-end ou de vacances.

Avec un taux de remplissage de 1,1 personne par véhicules, les trajets pendulaires du quotidien restent désespérément l’apanage des « autosolistes », générateurs de polluants locaux et de congestion automobile.

Les services d’annonces de covoiturage ne sont en effet pas du tout adaptés aux contraintes des trajets domicile-travail. D’abord, les utilisateurs ont du mal à trouver des covoitureurs exactement sur leur trajet, à leurs horaires. Ensuite, il est très fastidieux de s’organiser tous les jours en déposant ou en répondant à des annonces. On covoiture donc « en équipage » avec le même partenaire tous les jours, à la même heure, ce qui implique un lien de dépendance souvent rédhibitoire, surtout si on a des horaires de travail variables.


Court-voiturage ?

Le covoiturage est-il donc condamné à ne jamais servir les trajets quotidiens ? L’enjeu économique et écologique est pourtant immense : nous perdons près de 1% de PIB tous les ans dans les embouteillages et la voiture est responsable de 70% des émissions de NO2 et de 30% des émissions de microparticules, extrêmement nocives pour la santé.

Le potentiel est énorme. Rien qu’en Île-de-France, 40 millions de sièges libres réalisent un trajet tous les jours. Une gigantesque réserve de mobilité, extrêmement capillaire, totalement inexploitée.

Les technologies émergentes que sont le Big Data, le Machine Learning, l’Intelligence artificielle et le mobile permettent d’espérer le contraire. Les acteurs les plus innovants développent aujourd’hui des applications « intelligentes » qui comprennent vos habitudes de mobilité quotidienne, anticipent chacun de vos trajets et vous mettent en relation automatiquement avec des covoitureurs potentiels. Il devient ainsi possible de covoiturer sans s’organiser, en quelques clics, en gardant toute flexibilité, en horaires variables, avec des covoitureurs différents en fonction des jours,… bref de « court-voiturer ».


Entreprises plus attractives

Déployer une solution de court-voiturage dans son entreprise permet d’abord d’améliorer le quotidien de ses collaborateurs (plus de pouvoir d’achat, moins de stress et de fatigue, plus de sécurité routière). C’est également un moyen de décloisonner ses équipes, générateur de culture d’entreprise, et d’améliorer l’accessibilité des sites, parfois éloignés des réseaux de transport en commun. Enfin, les entreprises réduisent leurs besoins en place de parking et réduisent significativement leur empreinte carbone.


Territoires décongestionnés

Pour les collectivités locales, les externalités positives sont également très nombreuses. En développant le court-voiturage, elles offrent un nouveau réseau de transport durable à leurs administrés en adressant de manière efficace la problématique du dernier kilométrique.

Une rupture technologique majeure est en cours. Elle permet d’imaginer une révolution à court terme de notre mobilité quotidienne. L’avenir nous dira prochainement quelle en sera son ampleur. 
 

Sources 
http://www.rtl.fr/actu/economie/blablacar-les-chiffres-qu-il-faut-connaitre-a-propos-de-l-entreprise-francaise-7779752545.
• Enquête du Commissariat général au développement durable (CGDD) publiée le 25 juin 2014


L''auteur


Olivier Binet
 a travaillé 10 ans comme investisseur en capital dans les fonds Astorg Partners et Bridgepoint Capital avant de créer Karos en 2014 avec l’ambition de créer le pionnier du court-voiturage, en exploitant des technologies de Big Data et d’Intelligence Artificielle pour adapter le covoiturage aux contraintes et enjeux des trajets quotidiens.

239 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - 5G : une révolution numérique des télécoms ?

photo de profil d'un membre

Melina LAURICELLA

16 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Dans la lumière Brune

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 195 - Onboarding, intégration, rétention... what for ?

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

15 janvier