Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 182 - Les drones de combat, le futur de la supériorité aérienne française

Articles Revue TELECOM

-

20/10/2016




Les rédacteurs en chef
vous propose de découvrir
l'article coup de coeur de leur dossier. 


 

 
LES DRONES DE COMBAT,
LE FUTUR DE LA SUPERIORIT
É
AÉRIENNE FRANÇAISE


Par Paul Wilczynski (2007) dans la revue TELECOM n° 182
 
L’industrie, les armées et la DGA développent dès aujourd’hui les technologies et concepts du combat aérien de demain.


Le drone de combat, une réponse au défi de la supériorité aérienne en 2030
La domination des forces aériennes occidentales sur les théâtres d’opérations de ces 30 dernières années ne sera probablement qu’un lointain souvenir si rien n’est fait pour contrer la prolifération de systèmes de défense aérienne de plus en plus avancés, notamment russes, combinant de puissants radars à des missiles de longue portée. Au-delà des technologies, le développement de doctrines « anti-access / area denial » pose un risque de plus en plus crédible aux aéronefs de la génération actuelle.

Les forces armées françaises et la Direction Générale de l’Armement (en charge de la préparation de l’avenir, de l’équipement des forces et du soutien des exportations au sein du ministère de la Défense) ont donc pris conscience de la nécessité de développer un nouveau système de combat aérien pour assurer les missions suivantes à l’horizon 2025-2030 :

• frapper dans la profondeur dès le premier jour de la guerre (en neutralisant notamment les défenses aériennes) ;
• acquérir du renseignement en zone non permissive ;
• traiter des cibles fugaces (comme un lanceur de missile balistique mobile que l’ennemi n’exposerait que quelques minutes avant le tir) ;
• démultiplier les effets du Rafale, avion de chasse polyvalent qui continuera d’évoluer pour s’adapter au nouvel environnement.

En étroite collaboration avec l’armée de l’air et la Marine nationale, les travaux de préparation de l’avenir menés par la DGA ont identifié le drone de combat comme une solution à ces défis.



Le drone de combat est un aéronef de la taille d’un avion de chasse et opéré à distance par un équipage au sol. Il devra être hautement furtif pour pénétrer les défenses adverses, et armé de missiles air-air et air-sol. Des capteurs radar et optroniques lui permettront d’acquérir du renseignement et de traquer ses cibles. Last but not least, une nette réduction du coût global de possession est attendue par rapport à un chasseur classique.




« Précurseur du drone de combat, le démonstrateur nEUROn est un succès de niveau mondial »
© Dassault Aviation - G. Gosset



Des technologies et architectures en rupture étudiées dès aujourd’hui
Le futur de l’aviation de combat se prépare dès aujourd’hui. La DGA pilote depuis plusieurs années des études réalisées par Dassault Aviation (architecte industriel), Thales (capteurs et guerre électronique) et Safran Aircraft Engines (motorisation) sur des challenges technologiques visant à donner les meilleures performances militaires à un aéronef à coût maîtrisé.

Il est à noter qu’une partie significative de ces études est menée en coopération franco-britannique dans le cadre du projet Future Combat Air System Demonstration Program, le traité de Lancaster House ayant scellé une vision stratégique commune dans ce domaine.


Plus qu’un avion, un système de systèmes
Sur le champ de bataille de demain, les effets militaires (renseignement, frappe) seront démultipliés par la mise en réseau des capteurs, recueillant l’information, et des effecteurs, délivrant leur armement à distance de sécurité. Cela s’inscrit dans une double-logique d’accélération du tempo des opérations pour surprendre l’ennemi, et de maximisation de nos effets dans un contexte de probable infériorité numérique de nos forces.

Le drone de combat est conçu pour être au cœur de ces futures opérations aériennes ultra-connectées.


 


« Le drone de combat coopérera avec le Rafale »
© DGA – Master Image Programmes

Ainsi, sa furtivité lui permettra de pénétrer dans la profondeur des lignes ennemies pour débusquer des cibles dont la localisation sera transmise au Rafale qui pourra tirer ses missiles de croisière à distance de sécurité, tout cela grâce à des liaisons de données haut débit, sécurisées et discrètes.

Avec son système de guerre électronique, le drone de combat maîtrisera le spectre électromagnétique, en faisant une arme toute aussi puissante que ses missiles. Il localisera les émetteurs ennemis tout en interdisant à l’adversaire l’usage des ondes par des techniques de brouillage sophistiquées.

La vaste quantité d’information recueillie par les capteurs du drone sera pré-traitée à bord de manière autonome, en mettant en œuvre des technologies issues du machine learning et du big data, ce qui permettra au système de prendre certaines décisions (replanification de la route, allocation de tâches au sein de la patrouille, suivi des cibles au sol) de manière autonome. Toutefois, l’homme restera toujours dans la boucle pour prendre les décisions les plus critiques, et notamment celles d’ouverture du feu. On est loin du fantasme des robots tueurs !

Ainsi, les investissements réalisés dès aujourd’hui par le ministère de la Défense s’appliqueront demain aux avions pilotés ou non, et permettront de maintenir en toute souveraineté la supériorité de l’aviation de combat française.



L’auteur


Ingénieur principal de l’armement, Paul Wilczynski (2007) a débuté sa carrière dans les essais en vol sur la base aérienne d’Istres. Il a ensuite rejoint l’administration centrale de la DGA pour assurer des fonctions de maîtrise d’ouvrage de programmes d’armement, sur des systèmes complexes, missiles et aéronautiques, en milieu international, des phases amont jusqu’à la qualification.


 

332 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril