TELECOM PARIS ALUMNI
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 183 - Les drones des usages multiples

Articles Revue TELECOM

-

15/12/2016


 
LES DRONES DES

USAGES MULTIPLES





 

Par Aymeric Auriol (2017) et Clémence Lê (2010) dans la revue TELECOM n° 183


Aujourd’hui, les drones commencent doucement à prendre leur place au sein de la société. Réservés à quelques privilégiés il y a quelques années, on les voit petit à petit débarquer dans notre quotidien. Il faut dire que les multiples usages qu’ils peuvent remplir contribuent à ce succès grandissant.

En effet, que ce soit pour le loisir ou pour le travail, un grand nombre d’activités peut être repensé avec l’aide des drones qui offrent, grâce à leurs nouvelles fonctionnalités, de nouveaux moyens pour accompagner certaines activités.

La suite de l’article vous propose un rapide panorama non exhaustif de quelques usages allant du plus commun à certains assez originaux.



La prise de vue aérienne

C’est bien sûr l’un des premiers usages auquel nous pensons quand quelqu’un autour de nous se met à évoquer les drones. Photos et vidéos amateurs inondent les réseaux sociaux ; le journalisme n’est pas en reste et il est vrai que les drones permettent d’obtenir un nouveau type d’image aérienne à moindre coût. Une simple caméra fixée à un de ces appareils suffit pour réaliser une prise de vues aérienne de n’importe quel endroit. Toutefois, il convient d’être prudent car le survol de zone non autorisé peut entraîner des poursuites judiciaires. En 2014, les premières amendes pour ce genre d’action, qui peuvent mettre en danger la vie d’autrui (perte de contrôle du drone, collision avec des passants,…), ont été prononcées.

En plus de l’aspect précédent qui relève davantage du divertissement, les drones permettent également de réaliser des études de terrain. Par exemple, du point de vue de l’exploration, qu'il s'agisse d'atteindre certains lieux difficiles d'accès, ou bien d'effectuer un travail répétitif, le drone est un outil particulièrement utile qui permet d’effectuer diverses acquisitions dans un but de cartographie ou de surveillance, lorsqu’il est couplé avec des données GPS. Si, en plus, on prend la peine de placer des capteurs plus spécifiques, voilà que l’on peut obtenir des images avec relevé thermique par exemple.
 

Le transport de marchandises


Une autre manière d’utiliser les drones qui fait beaucoup parler d’elle : il s’agit du transport d’objet d’un point A à un point B. L’idée est de profiter de l’espace aérien afin d’améliorer le temps de transport (le plus court chemin restant toujours la ligne droite). Bon nombre d’expérimentations sont en cours. Cet été, Amazon a commencé à tester la livraison par drone au Royaume-Uni. Et plus récemment, en novembre 2016, la première livraison de pizzas via un drone a eu lieu en Nouvelle-Zélande.

Bien entendu, les défis restent nombreux : autonomie, entrepôts de drones, gestion d’une flotte complète, gestion d’un parc avec plusieurs modèles de drones, maintenance, poids et stabilité, fiabilité, risque que des individus tirent sur les drones, législation,… La liste est encore longue, mais l’idée fait son chemin et peut-être, dans quelques années, la plupart de nos colis seront transportés par drones pour les courtes distances.


Bien entendu, la livraison de biens consommables via des drones constitue une prouesse technologique, mais son impact pourrait être plus important et permettre de sauver des vies. Par exemple, en octobre 2016, au Rwanda, un système pour livrer des poches de sang utilisant des drones a été mis en place. Il s’agit dans ce cas-là de redistribuer les stocks de sang stockés dans un hôpital central vers divers hôpitaux du pays en fonction des urgences. Trente minutes seulement suffisent pour la plupart des livraisons permettant à la plupart des centres hospitaliers du pays de pouvoir faire face avec plus de sérénité aux situations extrêmes qu’ils peuvent rencontrer.

 

De nouvelles idées et des prototypes prometteurs


Dans le domaine de la santé, on trouve également des idées intéressantes et innovantes. L’an dernier, lors du concours International Genetically Engineered Machine (IGEM), une équipe a présenté un projet de drone équipé de bactéries modifiées afin de détecter la pollution de l’air plus efficacement. La détection de celle-ci aujourd’hui n’est pas des plus efficaces, avec de lourdes machines analysant des petits échantillons d’air pas toujours représentatifs de la diversité d’un endroit. Le projet de cette équipe est donc de permettre de détecter au mieux la pollution de l’air. Les bactéries utilisées sont une nouvelle façon de faire et l’utilisation des drones permet d’obtenir des données sur les vrais lieux de vie et de déplacement des populations locales. On voit ainsi, sur cet exemple, que l'alliance entre la "miniaturisation de capteurs" et la mobilité des drones permet de dépasser des limites techniques actuelles.

On trouve également d’autres projets liés à la diffusion d’Internet. Là où certaines entreprises cherchent à miser sur des ballons-sondes ou même des flottes de satellites, d’autres préfèrent se tourner vers les drones pour assurer la connectivité de demain. L’idée est, en effet, de munir des drones se mouvant à haute altitude des technologies nécessaires pour fournir une connexion Internet dans les endroits reculés et non équipés. Des premiers essais ont été réalisés l’été dernier et s’avèrent encourageant dans le domaine.
 

Une idée amusante et récréative


Les drones peuvent vraiment être utilisés partout pour peu que l’on en ait l’idée. La preuve : certaines personnes s’en servent aujourd’hui pour la pêche. Certaines vidéos ont été diffusées sur le net et rencontrent un franc succès ; le principe est simple, deux types de drones sont utilisés :

• Tout d’abord, des drones d’observation qui se contentent d’observer et d’explorer les zones de pêche. Ils permettent ainsi de repérer les bancs de poissons et de définir le meilleur endroit pour lancer sa ligne. Bien entendu, il convient de faire en sorte que les engins se déplacent assez haut pour ne pas effrayer la faune aquatique ;

• Puis viennent des drones qui tiennent la canne à pêche et se chargent de remonter les prises. Ferrant le poisson, ils permettent de suivre en direct la capture de celui-ci. Bien entendu, une surveillance accrue des batteries est de mise, et bien souvent ce sont les drones qui finissent par prendre l’eau.

Bref, comme on a pu le constater, l’utilisation des drones dans le futur devrait continuer à se développer aussi bien pour des usages professionnels que plus récréatifs et grand public. On voit bien que les domaines d’utilisation de tels engins sont vastes, avec pour limite l’imagination et les coûts. La multiplication des courses de drones, avec pour certaines des retransmissions télévisées, et le développement du FPV (pilotage du drone en immersion utilisant la caméra embarquée du drone pour faire du First-Person-View), contribuent à habituer les gens à en voir de plus en plus... ou tout au moins dans des lieux bien définis.

Néanmoins, plusieurs questions se posent aujourd’hui : jusqu’à quel point, et à quel prix, vont-ils envahir nos vies ? Quels obstacles devront-ils surmonter ? Comment évoluera la législation les concernant ? Les drones ont encore bien des défis à relever et les prochaines années risquent de se révéler passionnantes pour le sujet. 


Plus d’informations


Les Auteurs
 


Aymeric Auriol (2017) est étudiant en troisième année à Télécom ParisTech. Après avoir suivi la filière Systèmes Embarqués lors de son parcours, il décide de suivre le Master Comasic (Conception, Modélisation et Architecture des Systèmes Industriels Complexes). Il est membre de Télécom Robotics, l’association robotique de Télécom ParisTech, depuis un an.






Clémence Lê (2010) a commencé sa carrière en tant qu’ingénieur études puis lead developer .NET au sein de la SSII ST Groupe pendant cinq ans. Puis elle a rejoint Multiposting, rachetée par SAP, en tant que développeur Fullstack sur d’autres technologies (JavaScript, Python, Bases de données,...). Membre de l’association Télécom Robotics depuis sa première année à Télécom ParisTech en 2007, elle a toujours été fascinée par les nouvelles technologies en général, et par les robots en particulier.



 

194 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 194 - Editorial Laura Peytavin et Yves Poilane

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

13 novembre

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 194 - Paris Tech Entrepreneurs, 20 ans d'innovation au coeur de Télécom Paris par Pascale Massot et René Joly (1979)

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

12 novembre

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 194 - 17 520 jours rue Barrault par Henri Maître

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

12 novembre