Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 184 - Les enjeux de l'école numérique

Articles Revue TELECOM

-

15/03/2017

LES ENJEUX DE L'ÉCOLE NUMÉRIQUE

Par Sophie Hirat, directrice éducation chez Econocom dans la revue TELECOM n° 184
 

Le numérique s’impose aujourd’hui. C’est un outil dont il faut prendre possession dès l’école. D’ailleurs, en septembre 2018, tous les collégiens seront équipés en tablettes ou ordinateurs. C’est ce que prévoit le plan numérique actuel pour l’Education.

 

Plus de 3,3 millions collégiens à équiper en trois ans. Au collège, pour passer des salles multimédia « old school » d’aujourd’hui, à un équipement individuel et mobile, le chemin est encore long. Le plan numérique actuel repose sur un équipement individuel qui accompagne élèves et professeurs à tout moment. Il a permis de structurer le marché grâce notamment à un référentiel d’équipements suivi par les industriels. Il a aussi révélé des insuffisances en infrastructure et en équipements wi-fi. De nombreuses collectivités se sont mises en marche pour rattraper le retard. Elles doivent mettre en place une infrastructure réseau adaptée, maintenir les équipements et les renouveler tous les ans pour les nouveaux élèves.
 

Econocom accompagne les collectivités locales et les établissements
L’impulsion est donnée, les industriels ont suivi, les collectivités aussi. Mais concrètement, intégrer le numérique à l’école demande de nouvelles compétences. Il s’agit non seulement de livrer des tablettes mais aussi et surtout de les intégrer dans l’architecture des systèmes d’information en place, de paramétrer les solutions logicielles retenues, de gérer les différents profils, les incidents… avec toute la sécurité requise pour des enfants mineurs. Les collectivités ont besoin aujourd’hui de s’appuyer sur des partenaires experts, à même de les conseiller.

Econocom les accompagne ainsi dans leur projet numérique de bout en bout.
 

Le numérique à l’école, pour une nouvelle pédagogie

Chez Econocom, nous avons conscience que le numérique représente beaucoup pour les élèves. C’est une nouvelle façon d’apprendre, plus conforme à leurs habitudes et à leur génération. Les enfants ont envie d’apprendre autrement aujourd’hui. Le numérique répond à cette aspiration et les prépare aux modes d’apprentissage de demain. Au collège, c’est aussi le moyen d’apprendre plus facilement par petits groupes en mode collaboratif et d’individualiser l’apprentissage par une pédagogie adaptée à chacun. Avec le numérique et sa richesse de ressources pédagogiques, les élèves préparent aussi plus facilement leurs cours en amont, comme le demande la pédagogie inversée afin de libérer du temps pour l’échange en classe.

En impliquant davantage les enfants, le numérique change ainsi la posture de chacun. Les tablettes et l’accès aux ressources qu’elles offrent renforcent l’engagement des élèves à faire par eux-mêmes, à construire et aller plus loin dans leurs travaux et leur apprentissage. Elaborer son exposé sur le corps humain en menant des recherches sur la toile et en y intégrant de la vidéo 3D sera plus parlant et plus marquant que les pages du livre scolaire du cartable.

Récemment, ce sont les robots qui sont entrés dans quelques établissements. Bien utilisés, ils permettent d’engager les élèves, de les amener à faire, à construire et élaborer, à titre individuel ou autour d’un projet.


Les enfants voient le résultat de leur travail grâce à l’exécution immédiate des commandes : la programmation, désormais obligatoire au collège, devient concrète. Utiliser des robots implique de nombreuses disciplines comme les sciences et la technologie bien sûr, mais aussi le français, les mathématiques ou encore les arts plastiques.
 

Le numérique touche la structure même des établissements scolaires 

Avec le numérique, l’accès à la connaissance est sans limite et pose la question de l’architecture même des établissements. Les murs n’existent plus ; la salle de classe et le CDI ne sont plus les seuls lieux de savoirs dans les collèges.
Les établissements scolaires sont ainsi amenés à évoluer vers des établissements « intelligents » au sens large : intégration des nouvelles technologies et espaces modulaires polyvalents pour apprendre, communiquer, co-construire. L’écosystème de partenaires technologiques et pédagogiques d’Econocom s’élargit ainsi, peu à peu, à des sociétés spécialisées dans les aménagements intérieurs.
 


                                           
Big data, IoT sont également de la partie

Au-delà des aspects matériels, l’analyse des données issues du cœur même de l’enseignement offre des possibilités immenses pour les élèves. Elle permet par exemple une personnalisation plus poussée de l’apprentissage : quel parcours, quels exercices en fonction des acquis de l’enfant, quelles ressources lui proposer en fonction de ce qui marche pour lui ?

Les solutions IoT (Internet of Things) ont, elles aussi, toute leur place dans les établissements scolaires. Des capteurs pour ne donner accès à certaines zones ou ressources qu’aux personnes autorisées ou pour la gestion des présences sans avoir à faire l’appel à chaque cours.
 

Écoles primaires, un univers à investir d’urgence

Il ne faut pas attendre, car il est urgent d’ancrer l’école primaire dans le 21ème siècle en lui offrant les outils numériques nés avec les nouvelles générations.

Le numérique est important dès le plus jeune âge. Dès la maternelle, ces outils aident dans l’apprentissage du langage à l’oral et l’écrit, ils sont même d’une aide considérable pour accompagner certains handicaps comme la dyslexie.

« Econocom s’engage aujourd’hui dans l’éducation numérique pour un enseignement de qualité pour tous », souligne Véronique di Benedetto, vice-présidente d’Econocom France. « En effet quand on parle d’égalité, trop souvent on nivelle par le bas, alors qu'au contraire le numérique permet une personnalisation des pratiques d'apprentissage, afin de faire progresser tous les élèves. L'usage du numérique aide à lutter efficacement contre le décrochage scolaire et à réduire la fracture sociale. »


Offrir ces outils aux nouvelles générations est donc aujourd’hui également un enjeu pour leur garantir l’égalité des chances promise par la République. Des collectivités comme celle de la ville d’Élancourt l’ont déjà bien compris et représentent des exemples à suivre.


L'auteur


 Sophie Hirat
est diplômée
d’ESCP Europe.

Son expérience professionnelle s’inscrit principalement dans les secteurs Informatique et Télécoms, au développement de marchés B2B.
Elle a, notamment, travaillé neuf ans chez Apple Computer France où elle a lancé les premiers travaux d’Apple sur le marché de l’Education en France.
Arrivée mi 2013 chez Econocom en tant que Directrice Education, elle est chargée de déployer et de coordonner la stratégie du groupe sur le marché de l’Education en France.

 

11 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril