Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 185 - Où sera le cerveau du bâtiment intelligent ?

Articles Revue TELECOM

-

15/06/2017

 

 

OU SERA LE CERVEAU DU

 

BATIMENT INTELLIGENT ?

 

 

Par Paul Benoit (2000) dans la revue TELECOM n° 185

 

Le 20ème siècle a vu se généraliser l’eau et l’électricité courantes dans nos bâtiments et nous voyons se développer la notion d’autonomie à travers les bâtiments à énergie positive. Chez Qarnot, nous pensons que le 21ème siècle fera émerger l'intelligence “courante” et “autonome” au sein des bâtiments.

 

 

Le cloud centralisé n’est pas le modèle idéal pour concevoir le bâtiment intelligent

 

Si la plupart des grandes entreprises utilisent déjà massivement la puissance informatique, les particuliers sont amenés à leur emboîter le pas. La plupart des services liés au numérique ont vocation à être de plus en plus gourmands en termes de capacité de traitement : reconnaissance vocale, machine learning, réalité virtuelle ou augmentée,… Aujourd’hui ces services sont principalement fournis par le cloud, terme générique et abstrait qui désigne finalement une architecture très concrète composée de data centers centralisés opérés par les grands acteurs tels qu’Amazon, Google ou Microsoft. Derrière cette architecture se cachent trois enjeux majeurs : un enjeu énergétique lié à la consommation massive d’électricité des data centers, un enjeu de réseau pour absorber les flux colossaux liés à ces services et un enjeu sociétal lié à la production, la circulation et le traitement de données personnelles.

Les microprocesseurs embarqués du Q.rad : sa source de chaleur

 

Température, mouvement, luminosité, niveau sonore, captation audio/vidéo… ce sont autant de mesures qui seront captées au sein d’un bâtiment intelligent et qui devront être stockées et traitées au moyen d’algorithmes gourmands en capacité de calcul et donc en énergie. Ce mouvement est déjà enclenché par les GAFA et a vocation à s’étendre.

 

L’intelligence des objets connectés tel un Amazon Echo est aujourd’hui liée au cloud. Mais les besoins croissants de capacité de stockage et de traitement des données seront bientôt tels que l’opportunité d’envoyer en permanence des données à l’autre bout du monde pour être traitées n’aura plus de sens. Les investisseurs tels que Peter Levine, associé chez Andreessen Horowitz, anticipent cette tendance et ses enjeux, en s’intéressant à ce que l’on appelle le edge et le fog computing, version décentralisée du cloud 
(http://read.bi/2gK5gV3).

 

 

 

 

Le Q.rad : radiateur-ordinateur et solution intelligente pour le bâtiment

 

La vision de Qarnot : Et si le bâtiment de demain était doté d’une réelle capacité de calcul ?

 

En un mot, d’un véritable « cerveau numérique » capable d’analyser, sur place et en temps réel, les données recueillies sur site ? C’est la vision portée par Qarnot, plus efficace, plus sécurisée et moins énergivore.

Fondée en 2010 au sein de l’incubateur Télécom ParisTech, Qarnot a conçu le Q.rad, le premier radiateur-ordinateur dont la source de chaleur est constituée par des micro-processeurs informatiques embarqués. Aujourd’hui, les microprocesseurs embarqués réalisent des opérations complexes pour des entreprises comme des banques ou des studios d’animation 3D, tel un data center distribué. Ainsi, le bâtiment est ainsi chauffé par une chaleur de récupération, « déchet » du calcul informatique réalisé par les processeurs. La solution Qarnot permet de réduire l’empreinte carbone du calcul informatique de 75%, en considérant l’ensemble de la chaîne. Qarnot s’inscrit dans une logique de diversification des modèles d’infrastructures cloud, une tendance clé pour construire la transition vers une économie numérique durable.

A l’occasion du CES 2016, Qarnot a présenté pour la première fois des applications non plus destinées uniquement aux besoins cloud des entreprises, mais à l’usage direct des occupants du bâtiment équipé de la plate-forme Qarnot. Dotés d’une vingtaine de capteurs et d’interfaces, les Q.rads peuvent désormais effectuer des traitements totalement locaux pour des applications telle que la reconnaissance vocale, le jeu vidéo ou du virtual desktop. Intégrée physiquement au cœur du bâtiment, la plate-forme Qarnot forme ainsi un micro-cloud local.

Un premier projet, signé par Qarnot avec le Conseil Départemental de la Gironde début 2017 pour 1.2M d’euros, préfigurera cette nouvelle génération de bâtiments intelligents en apportant des services numériques pour les occupants et le gestionnaire, en plus d’une solution de chauffage gratuit et écologique.

Au-delà de l’aspect économique, technique et énergétique, Qarnot s’inscrit dans une démarche visant à créer un bâtiment disposant d’une autonomie numérique suffisante pour répondre aux enjeux numériques d’aujourd’hui et de demain.

 

QARNOT chiffres & FAITS-CLÉS

Création en 2010 - 28 personnes

400 Q.rads installés, plus de 400 en cours de déploiement

Premier prix Popular Mechanics du CES de Las Vegas en 2016

Références clientsBNP, Société Générale, Engie, Air Liquide, RIVP, Conseil Départemental de la Gironde

 

 

L'auteur

 

Paul Benoit X-Telecom (2000), 42 ans, a entamé sa carrière en 2000 dans l'univers des start-up Internet avant de rejoindre la R&D d'une banque disposant d'une des plus grandes infrastructures de calcul intensif dédiée aux analyses de risque. C'est pendant ces années que mûrit le concept de radiateur-ordinateur permettant de chauffer des locaux en les dotant d'infrastructure numérique.

 
 
 

530 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Comment la France peut réussir dans le quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

28 juillet

Articles Revue TELECOM

ORDINATEUR QUANTIQUE ET CRYPTOGRAPHIE POST-QUANTIQUE #197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet

Articles Revue TELECOM

Editorial l'informatique quantique # 197

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

13 juillet