Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 185 - Vie privée à l'ère du numérique. Que pensent les citoyens ?

Articles Revue TELECOM

-

15/06/2017

 

VIE PRIVEE A L'ERE

DU NUMERIQUE

 

Que pensent les citoyens ?

 

Par Frédéric Goux (1996) dans la revue TELECOM n° 185

 

Alors que l’avènement des technologies numériques permet aux organisations d’exploiter toujours plus de données personnelles, quel regard les citoyens portent-ils sur la protection de leur vie privée ? 
Analyse de l’étude réalisée par le cabinet Wavestone dans six pays.

 

Le cabinet Wavestone a réalisé mi-2016 une étude auprès de 1587 personnes dans six pays (France, Allemagne, Angleterre, Italie, Chine et États-Unis) pour aider les organisations à mieux comprendre les enjeux associés à la vie privée dans le contexte du numérique. Nous vous proposons ici d’en livrer les principales conclusions en guise d’introduction au dossier de ce numéro de la Revue des Télécoms. L’étude complète est disponible sur www.wavestone.com/privacy.

 

La vie privée et le numérique : un sujet de préoccupation pour la plupart des citoyens

La vie privée dans le numérique est aujourd’hui un sujet important pour les citoyens : trois quarts des citoyens interrogés dans notre étude affirment être préoccupés par le respect de leur vie privée. Les citoyens chinois sont près de la totalité à l’être (97%), les français le sont à 81%.

Que signifie aujourd'hui la vie privée pour vous ? (en nombre de répondants)

La vie privée est traditionnellement perçue comme la possibilité pour un individu de conserver une forme d’anonymat dans ses activités et de disposer d’une capacité à s’isoler pour protéger ses intérêts. Elle est donc intimement liée à la notion de liberté. Mais l’étude Wavestone montre que cette notion tend à être supplantée au profit du concept de maîtrise des informations.

Ainsi, pour plus de 60% des citoyens, la vie privée dans l’espace numérique, c’est avant tout maîtriser ses données : avoir le contrôle sur qui peut obtenir des informations, ne pas avoir à dévoiler sa vie privée ou encore avoir le contrôle sur les informations collectées sur soi représente la majorité des attentes des citoyens interrogés.

Dans ce cadre, sur la totalité des citoyens interrogés dans les six pays, près de 70% jugent n’avoir qu’un contrôle partiel sur leurs informations personnelles malgré les différentes lois en vigueur.

 

 

Une crainte réelle sur la vie privée se diffuse dans la société malgré la réglementation

Seuls 30% des citoyens pensent que leurs informations personnelles confiées aux organisations publiques ou privées sont utilisées dans les seuls buts qu’ils ont approuvés. Les citoyens américains et chinois sont les plus confiants (environ 50%), pour seulement 20% (France, Allemagne, Italie) à 30% (UK) des citoyens des quatre pays européens, dont la législation encadre pourtant mieux l’utilisation des données.

Plus généralement, à peine la moitié des citoyens pensent que la loi les protège raisonnablement. 51% des citoyens interrogés sont complètement ou plutôt d’accord avec l’affirmation indiquant que les lois existantes protègent leur vie privée, alors qu’un quart (25%) n’est plutôt pas ou pas du tout d’accord. Plus de deux tiers des citoyens chinois (80%) et américains (70%) sont complètement ou plutôt d’accord avec cette affirmation, tandis qu’en France et en Allemagne environ un tiers (respectivement 38% et 31%) des citoyens ne sont plutôt pas d’accord ou pas du tout d’accord malgré un cadre réglementaire beaucoup plus contraignant.

 

Dans quelle mesure êtes-vous d'accord avec cette affirmation : "Les lois existantes assurent un nveau de protection raisonnable de votre vie privée "?

Par ailleurs, les citoyens redoutent certaines technologies susceptibles selon eux mettre en danger leur vie privée en capturant de l’information à leur insu, sans maîtrise de leur part. Le Wifi public arrive en tête, suivent les drones et les technologies permettant de capter l’humeur, les opinions et les comportements.

Le vol de données privées (numéro de carte bancaire, identifiants…) reste le principal sujet de préoccupation des citoyens consultés. La transmission des données à des tiers et le détournement de celles-ci sont également des sujets sensibles.

 

 

Les banques acteurs de confiance n°1 dans le numérique, les médias sociaux bons derniers !

De manière générale, la confiance accordée au numérique est faible, puisque près de la moitié des citoyens interrogés n’accordent leur confiance à aucun acteur dans l’espace numérique.

Quelles sont les organisations à qui vous faites confiance ?

Seules les banques tirent leur épingle du jeu en dépassant un indice de confiance de 50% des citoyens, suivie par les organisations médicales (45%) et publiques (34%). En bas de classement, les web entreprises pour près de 9% des citoyens interrogés, les entreprises technologiques (6%) et enfin, les médias sociaux, bons derniers pour 5%.

 

 

 

 

 

 

Une opportunité pour les acteurs historiques de la confiance et pour ceux qui veulent le devenir

Malgré des différences d’approche et de maturité entre les pays, les lois se multiplient à l’échelle européenne et internationale. En Europe, l’accent est mis sur la protection des citoyens, notamment avec le vote d’un nouveau règlement (General Data Protection Regulation) amenant des sanctions dissuasives en cas de non-respect (jusqu’à du 4% du chiffre d’affaires mondial). À contrario, aux États-Unis, la tendance est davantage à la responsabilisation des individus, la législation de protection de la vie privée variant selon les secteurs d’activité.

Ce durcissement juridique oriente les organisations vers une approche de la vie privée numérique qui pourrait se limiter à un projet de mise en conformité.

Au contraire, l’étude nous montre que ces évolutions réglementaires constituent une opportunité de premier plan pour les grandes organisations de renouveler ou renforcer la relation de confiance avec leur client. La donnée est au cœur de la révolution numérique. Confiance et transparence seront les maîtres mots pour en faire un succès !

 

Biographie de l'auteur

 

Frédéric Goux, diplômé de Télécom ParisTech (1996) est Partner au sein du cabinet de conseil Wavestone. Il est en charge de la Practice Cybersecurity & Digital Trust (400 consultants). Il a rejoint le cabinet en 1997 et est intervenu sur des missions de conseil pour des grandes entreprises françaises et internationales dans les domaines des télécoms, de l’architecture et de la Cybersécurité.

@fredgoux

460 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Quels rôles jouent les technologies numériques dans l’évolution de la médecine du travail ? Groupe Santé#196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

Le numérique au service de la décarbonisation #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril

Articles Revue TELECOM

DC Brain nommé au prix de la croissance #196

photo de profil d'un membre

Rédaction Revue TELECOM

01 avril