TELECOM PARIS ALUMNI
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 186 - Industriels : vos opérations ont de l'avenir !

Articles Revue TELECOM

-

15/10/2017

 

INDUSTRIELS :

VOS OPERATIONS SONT 

DE L'AVENIR !

 

Synthèse d’un cercle de réflexion

animé par Kea & Partners avec 20

industriels

 

Par Stéphanie Nadjarian dans la revue TELECOM n° 186

 

La 4ème révolution industrielle est en marche et ses avancées technologiques permettent d’inventer de nouveaux services et de gagner en performance. Ses impacts ne se limitent pas aux aspects technologiques. Des évolutions sociétales, environnementales, économiques et managériales également à l’œuvre vont transformer les opérations : manufacturing, achats, Supply Chain.

 

Si les opérations entrent dans une nouvelle ère, la prise de conscience est encore très hétérogène. De l’enquête réalisée en 2016 par Kea & Partners auprès de 200 dirigeants d’entreprises sur les grandes fonctions impactées par la transformation digitale, il ressort que toutes les fonctions s’y préparent. Enfin presque toutes. Parmi les grands absents, figurent la Direction Industrielle, la Supply Chain ou encore les Achats. Seulement 3% de ces fonctions s’y préparent contre 82% des DSI ou 68% des équipes commerciales. Or, ce bouleversement va conduire à repenser totalement les systèmes de production et de distribution.

C’est pourquoi Kea & Partners a lancé un cercle de réflexion rassemblant une vingtaine de directeurs des opérations – issus de secteurs tels que l’alimentaire, le textile, la santé, l’aéronautique ou les matériaux de construction – pour anticiper ces évolutions et co-construire les réponses à apporter. Le coup d’envoi a été donné à l’été 2016, dans les locaux du fablab Usine IO, avec une conférence du prospectiviste Jean Staune, Secrétaire Général de l’Université Interdisciplinaire de Paris et auteur du livre "Les clés du futur", qui a présenté les cinq révolutions à l’œuvre. Après un an de travail, le cercle de réflexion tire quelques grands enseignements livrés ici.

 

Il n’existe pas une Usine du futur, mais des Usines du futur !

Le champ d’opportunités ouvert par les nouvelles technologies est immense et doit être étudié au cas par cas. Douze nouvelles technologies sont désormais éprouvées. Elles sont à même de générer un saut de productivité important mais également un développement significatif de la valeur grâce à de nouveaux services. Pour chacune de ces technologies, les niveaux de maturité et la nature des bénéfices attendus sont hétérogènes selon les secteurs d’activité et de nouvelles technologies continuent à émerger (blockchain, Intelligence Artificielle…). Un travail de veille et de qualification doit être assuré au sein de chaque entreprise.

 

La chaîne de valeur des opérations évolue : délivrer le service tout autant que le produit, voilà le nouveau challenge

La vision de cette chaîne, traditionnellement linéaire, devient obsolète, bousculée à la fois par les clients et les nouvelles technologies. En amont, les industriels B-to-B essayent de se positionner en B-to-B-to-C et se connectent davantage au client. En aval, les consommateurs deviennent également producteurs (notion de prosumer, tendances des makers...). La donnée devient un nouveau gisement de valeur et ceux qui savent l’exploiter s’emparent d’un rôle clé. À quand une Supply Chain des services et de la donnée ?

 

De nouveaux schémas industriels et logistiques se dessinent

 

Alors que la 3e révolution industrielle a poussé à massifier la production pour réduire les coûts, à spécialiser les sites et à mettre en place des schémas logistiques mondiaux, la 4e révolution industrielle est celle de la customization, de l’agilité, de la production de grosses et de petites séries, et de la prise en compte des enjeux RSE. Les footprints industriels se redessinent, aves des logiques de relocalisation à proximité des clients et une plus forte intégration des filières (verticale et horizontale).

 

 

Douze nouvelles technologies matures avec un double enjeu à évaluer pour chaque acteur.

 

Et l’humain dans tout ça ?

L’avènement du e-commerce laissait imaginer la fin des points de vente. En réalité, ils se sont surtout réinventés même s’ils ont diminué en nombre. Nous faisons le même pari pour les usines : oui, quantitativement, de nombreuses tâches seront automatisées avec un impact sur les emplois industriels. Cependant, nous sommes convaincus que l’Homme ne sera pas absent des usines à l’avenir, et qu’il conservera un rôle aux côtés des machines. Il faut donc dès aujourd’hui :

 Développer des formes d’organisation ouvertes sur l’externe et autonomesen responsabilisant les opérateurs.

• Investir dans de nouvelles compétences et de nouveaux métiers, tels que les datas, les nouvelles technologies, la prospective. Selon le World Economic Forum de janvier 2016, 65% des enfants qui entrent en primaire occuperont des emplois qui n’existent pas encore1.

• Adopter de nouvelles méthodologiesapproches de test & learn, travail en architecture ouverte, design thinkingopen innovation

 

Vos opérations ont de l’avenir !

Toutes ces perspectives sont autant de sources d’optimisme pour le cercle de réflexion. Il s’agit donc pour chaque industriel de trouver la bonne démarche pour anticiper et préparer l’avenir des opérations. Le groupe de réflexion livre trois conseils :

• Choisir son mode de transformation parmi quatre : la transformation silencieuse, la transformation incrémentale, la réforme ou la refondation.

• En faire un sujet de Comité Exécutif : sous l’impulsion de la direction des opérations, ce qui nécessite de prendre le temps d’éveiller et d’initier les fonctions marketing et commerce.

• Repenser le rôle central de la direction des opérations : plus que régalien, son rôle est non seulement d’impulser la veille et la détection des nouvelles technologies et d’en favoriser le développement, mais aussi de sensibiliser et d’animer la communauté industrielle et au-delà. Il faut prouver que le « central 4.0 » (i.e. rôle central de la direction des opérations) est différent, que les acteurs locaux doivent entreprendre avec autonomie, mais sans indépendance ! Privilégier le mouvement au contrôle, impulser et créer les conditions plutôt que de normer. 

KEA & PARTNERS

Kea & Partners conseille les directions générales sur leurs enjeux de stratégie et croissance / excellence des opérations / structure, gouvernance, management et RH / digital, technologie et SI. Le cabinet compte 12 bureaux dans le monde et 400 consultants, dont 120 dédiés à l'industrie. L’excellence opérationnelle représente 35% du chiffre d’affaires en France.

La publication du cercle de réflexion sera disponible sur le site de Kea & Partners.

Suivez-nous sur :

 kea-partners.com

 @keapartners

 linkedin.com/company/kea-&-partners

 

1/ Source : The Future of Jobs, Jan 2016, World Economic Forum

 

Biographie de l'auteur

 

Après un début de carrière chez Bossard Consultants, Stéphanie Nadjarian participe en 2001 à la création de Kea & Partners. Senior Partner, elle manage les équipes en charge de l’excellence opérationnelle et de la compétitivité dans le domaine de la Supply Chain, du manufacturing et des achats. Elle porte également l’innovation du cabinet sur la transformation des organisations et dirige le comité de rédaction de La Revue de Kea & Partners.

 

1031 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 193 - La kippa bleue

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 juin

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 193 - La transformation digitale (numérique) 2.0

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 juin

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 193 - Télécom Paris à l'honneur aux Prix de la Fondation

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 juin