TELECOM PARIS ALUMNI
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 190 - La monnaie dans tous ses états

Articles Revue TELECOM

-

01/10/2018


LA MONNAIE DANS TOUS SES ETATS


Par Philippe Laurier dans la revue TELECOM n° 190


Création, destruction, utopie et maldonne monétaires au cœur des dysfonctionnements de l’économie.

La monnaie est la principale source de nos crises économiques, considérait le Prix Nobel d’économie Maurice Allais. Soit qu’on en fabrique trop ou pas assez, ou qu’on le fasse maladroitement. Et il est vrai que notre dit système monétaire est d’abord un système de création monétaire, c’est-à-dire parallèlement de destruction monétaire (rembourser un emprunt à son banquier revient à détruire tout ou partie de de cette somme qui avait été créée ex nihilo au moment du prêt). Or ce système reste mal connu : d’où provient l’argent, où va-t-il ? Combien en circule-t-il ? Comment et combien en émettre – ou pas – ? De quoi un euro ou un bitcoin est-il la contrepartie ? Activerait-on sans péril la planche à billets pour le Revenu Universel ?

Utiliser ainsi le singulier pour parler de la monnaie la suppose unique et sans variantes, toutefois notre époque voit resurgir un pluriel : les cryptomonnaies ont des mécanismes d’émission fort différents de ceux utilisés par les banques commerciales lorsque ces dernières vous accordent un prêt. Vieille rivalité en fait, entre la monnaie émise par un banquier contre une dette, et celle émise par un quelconque fabricant qui vous la donne – via par exemple le minage ou autre règle d’un jeu - ou vous la cède mais donc sans dette ; les « cryptomonnaies » sont en cela un descendant de l’or, cette monnaie-marchandise qui une fois émise n’avait pas motif à revenir à son émetteur et qui circulait sans fin prédéfinie. Logique inverse à celle de la monnaie émise par le banquier, et qui lui reviendra en boucle à une date convenue pour éteindre la dette correspondante.

En cela, les télécoms se révèlent le support d’un conflit monétaire, opposant la monnaie du banquier, scripturale et qui s’ambitionne demain dématérialisée, à une résurgence de la monnaie-marchandise elle aussi désormais réduite à des suites de bits informatiques. Hélas, aucune de ces deux options ne s’est historiquement montrée apte à maîtriser les quantités émises, laissant présager en cela de nouvelles crises. Etrange paysage, qui juxtapose une apparence de modernité grâce au numérique, sur des réalités économiques intemporelles. Il n’est pas exclu d’ailleurs que cette numérisation à tout-va, par la facilité de maniement mais aussi d’émission qu’elle octroie aux agents économiques, amplifie les risques de futurs krachs.



Biographie de l'auteur


Philippe Laurier est chercheur à l’Institut de Recherche Technologique SystemX et enseignant à Télécom ParisTech ainsi qu’à l'Ecole Polytechnique, à l’Université Paris 9 Dauphine et Paris 1 Sorbonne. Il a été précédemment chercheur puis maître de conférences (économie) à l’Ecole des Ponts ParisTech. Auteur ou co-auteur de huit livres, notamment sur les crises, l'économie, la gestion et la tarification, il est membre du Comité de fondation de la Fondation Maurice Allais (Prix Nobel en sciences économiques 1988). Il est d’autre part co-auteur de brevets à Télécom ParisTech, sur des architectures de communication et de sécurité pouvant aussi être déployées pour des monnaies virtuelles (Département Infres). Enfin il a mis sur pied à partir de 1999 l’incubateur de cette école, devenu ParisTech Entrepreneurs.

 

261 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 194 - Editorial Laura Peytavin et Yves Poilane

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

13 novembre

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 194 - Sevenhugs

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

12 novembre

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 194 - Bye Bye Barrault

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

12 novembre