TELECOM PARIS ALUMNI
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 190 - Retour d'expériences sur la mise en place des méthodes agiles

Articles Revue TELECOM

-

01/10/2018

RETOUR D'EXPÉRIENCES SUR LA MISE EN PLACE DES MÉTHODES AGILES


Par Sébastien Henry et Céline Beillouin (2011), à partir des témoignages de Christine Hesse, Véronique Bachelier, Caroline Mollion, Stéphane Pollino dans la revue TELECOM n° 190


RTE (Réseau de transport d'Electricité) est le propriétaire et l’exploitant du réseau public de transport d’électricité. RTE est notamment responsable de l'équilibre entre l'offre et la demande d'électricité, élément indispensable pour assurer la stabilité du système électrique français. Les fonctions SI et applications numériques ont un rôle important dans le maintien de cet équilibre. Dans un contexte de transition énergétique et de construction de l'Europe de l'énergie, la DSIT de RTE se transforme et adapte ses méthodes en utilisant de plus en plus les méthodes agiles et en créant un Département Développement Logiciels.


Les méthodes agiles appliquées à la thématique EOD

Un des domaines pour lesquels les méthodes agiles ont été mises en place est celui de ce que nous nommons la « thématique EOD » (EOD pour Equilibre Offre Demande). Cette thématique regroupe sept projets, liés entre eux, et liés à la mise en place d'un projet visant à standardiser les mécanismes d’équilibrage du système électrique à l'échelle européenne. Ce dernier permettra de faire des gains économiques en harmonisant les processus entre Gestionnaires de Réseau de Transport (GRT) Européens, en favorisant la coopération entre ces différents GRT et en mutualisant les services d’équilibrage à l’échelle européenne.


Les débuts de l’aventure

Une des premières équipes à s'être lancée dans l'aventure agile est celles des projets FOPO et Equilibrage, à l'époque où la majorité des projets était développée en cycle en V et par des équipes de développement externalisées. La complexité fonctionnelle des sujets traités, les règles de marché non finalisées, la dépendance au projet européen dont la date de mise en œuvre est incertaine ainsi que le fait que certaines fonctionnalités dépendent de résultats de concertations avec les acteurs de marché ont encouragé Stéphane et Caroline, les chefs de projets de la DSIT à utiliser les méthodes agiles.


Difficultés de mise en œuvre

La mise en œuvre n’a pas été simple. En effet, il a fallu trouver des locaux pour installer le plateau projet et mettre en place une infrastructure de développement agile (ordinateurs et logiciels) … alors que rien n’était prévu.

Il a aussi fallu proposer une nouvelle organisation et adapter les rôles de la méthode SCRUM à notre contexte. Caroline et Stéphane ont pris le rôle de Product Owners (PO) de proximité, leurs directeurs de projet côté métier prenants les rôles de PO référent, car ils détiennent la connaissance métier mais leurs activités ne leurs permettaient pas d’être présents sur le plateau projet au quotidien.

Une des autres difficultés rencontrée a été la mise en production de l’application, la partie développement étant en agile, le process de mise en service l’était moins. Aujourd’hui des efforts sont faits pour mettre en œuvre la démarche DEVOPS afin de faciliter cela.


Un retour d’expérience positif

Un des points positifs importants pour le projet a été le dialogue plus fluide avec le métier par rapport à des projets en Cycle en V. Ils ont été responsabilisés sur les priorisations à effectuer et ont été très satisfaits de pouvoir voir rapidement les réalisations grâce aux démos organisées à chaque fin de sprint. Ces démonstrations ont un aspect très valorisant pour les membres de l’équipe projet.

Les relations sont aussi plus simples entre le chef de projet et l’équipe de développement, car la relation se base moins sur les aspects contractuels et les débats sur les coûts des fonctionnalités.

Stéphane et Caroline sont aussi très satisfaits du choix qu’ils ont fait de fonctionner en binôme pour le rôle de PO. Le rythme étant assez soutenu étant donné les responsabilités fonctionnelles, techniques et administratives du PO, cela permet de se relayer et de continuer les sprints quand l’un des PO est en congés.

Mise en application dans de nouveaux projets et intégration des membres de nouveau Département Développement Logiciels

Les retours positifs de cette première expérience ont encouragé d’autres projets à travailler eux aussi en agile. C’est le cas par exemple du projet MAUI (MArge oUtil Industriel, qui permet la refonte du suivi des marges dans le contexte de l’équilibrage offre demande) qui traite lui aussi d’une problématique complexe et a besoin de travailler sur des sous-ensembles mieux maitrisables. Ce projet peut bénéficier des nouveaux contrats cadres qui ont été mis en place récemment et permettent de composer une équipe agile, mais aussi de la mise en place d’une nouvelle équipe de conception et développement logiciel à la DSIT, issue de la volonté de mieux maitriser les algorithmes complexes et liés au cœur de métier de RTE. Christine qui a le rôle de PO pour ce projet sera appuyée d’un membre de cette équipe qui assurera le rôle de co-PO et challengera l’équipe de réalisation sur la qualité du code, les bonnes pratiques de développement et les tests unitaires, en plus de participer aux développements.

Le projet Contrôle du réalisé bénéficie aussi de la création de cette nouvelle équipe et intègre deux membres à l’équipe de réalisation, l’un en tant que Tech Lead et le second en tant que développeur. Bien que l’équipe de réalisation soit issue de différentes sociétés, le plateau projet leur permet de dialoguer et s’entraider.


Méthodologie SAFe

Ces projets font partie de la thématique EOD. Les mener en agile indépendamment les uns des autres ne suffit pas. C’est pourquoi la méthodologie SAFe a été mise en œuvre pour coordonner les différents projets de la thématique EOD. Avant sa mise en place, les différents projets livraient chacun en fonction de leur sprint et priorisation la partie d’une fonctionnalité qui les concernait. Il fallait donc attendre plusieurs sprints pour avoir la fonctionnalité complète et cela nécessitait la réalisation de tests de non régression. Aujourd’hui, les différents projets se coordonnent au sein de Trains.


Biographie des auteurs et contributeurs


Céline Beillouin (2011) a commencé en tant qu’ingénieur réseau et sécurité chez PSA. En 2013, elle est passée du domaine de l’automobile à celui de l’énergie en devenant chef de projet informatique sur une application SAP chez Engie. Puis en 2015 elle a rejoint RTE pour y faire de la gestion de projet sur des applications liées au marché de l’électricité. Depuis 2013 elle est membre du comité de rédaction de la Revue TELECOM.




Sébastien Henry est Ingénieur Supélec, il est aujourd’hui Directeur SI & Télécommunications de RTE. Il a été Directeur R&D de RTE et s’est plus particulièrement occupé de projets traitant de la transition énergétique et de la transformation digitale. Il a aussi été conseiller scientifique sur le développement industriel des Smart Grids au sein du Ministère de l’Energie.




Véronique Bachelier, ingénieur généraliste et diplômée d’un mastère en ingénierie de l’Ecole des Mines de Paris, a occupé depuis 2000 des postes variés dans différentes grandes entreprises françaises du secteur de l’énergie. Elle est chef de projets SI depuis septembre 2015 à RTE dans le département Programmes Clients Marchés. 




Diplômée de l'Université Technique de Berlin, Christine Hesse a commencé sa carrière en tant que consultante dans le domaine de l'énergie. Après une première mission chez Alstom Grid dans le support informatique des logiciels de gestion des réseaux électriques, elle a rejoint RTE en 2015 en tant que chef de projet SI sur des applications liées au marché de l'électricité et à la gestion de l'équilibre offre-demande. 




Caroline Mollion est Centralienne. Elle travaille à RTE en tant que chef de projet depuis 2015 et a piloté, en binôme avec Stéphane Pollino, le démarrage du plateau projet TOPASE en mode Agile au sein de la DSIT de RTE.

Stéphane Pollino, ingénieur généraliste et diplômé de l’école Telecom Physique Strasbourg, fait partie du groupe EDF depuis 2009 et est chef de projets SI depuis 2014 à RTE dans le département Programmes Clients Marchés.

264 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 194 - Editorial Laura Peytavin et Yves Poilane

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

13 novembre

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 193 - La kippa bleue

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 juin

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 193 - La transformation digitale (numérique) 2.0

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

15 juin