Retour au numéro
Partager sur :
Vue 60 fois
02 avril 2024

LES GARDIENNES DE NOS SOLS
Comment les rhizobactéries révolutionnent l’agriculture en limitant le recours aux engrais minéraux ?

Publié par Camille Rozier-Beyssac et Cécile Lamoulie | N° 212 - Agritech & Numérique, droit, règlementation et démocratie

Cybèle Agrocare a fait le pari gagnant de travailler sur certaines bactéries de la rhizosphère, dites « diazotrophes » pour rendre l’agriculture plus performante et durable. Ces micro-organismes ont pour propriété naturelle de fixer biologiquement et donc naturellement le diazote (N2) présent dans l’air afin de le redistribuer sous forme assimilable à la plante. Cette avancée majeure en agronomie et plus largement en sciences du Vivant, permet de proposer des alternatives durables au secteur agricole en matière de réduction d’intrants conventionnels et chimiques.

 


Pourquoi devient-il urgent de trouver des alternatives efficaces aux engrais azotés ? Avant 1830, environ 97 % de l’azote soutenant la vie sur Terre était fixé biologiquement. Cependant, l’avènement de la Révolution Industrielle a marqué le début de l’intensification agricole, principalement permise par le processus Haber-Bosch. Développé au début des années 1900, ce dernier permet de combiner de manière catalytique, l’azote atmosphérique avec de l’hydrogène, produisant ainsi de l’ammoniac dans...
Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteurs

Camille Rozier-Beyssac
Cécile Lamoulie

Articles du numéro