Retour au numéro
Partager sur :
Vue 140 fois
03 janvier 2024

6g, stop ou encore ?

Alors que la 5G se déploie en France avec un succès relatif auprès des consommateurs, les grandes manœuvres ont déjà commencé au niveau mondial autour de la définition de la 6G. La standardisation pourrait en effet commencer en 2027 au 3GPP et l’UIT devrait publier sa recommandation portant sur les objectifs des réseaux cellulaires à l’horizon 2030 à la fin de l’année 2023. En attendant, les centres de recherche (comme l’initiative 6G Flagship de l’Université de Oulu en Finlande), les grandes entreprises du domaine, les organismes de normalisation, les programmes nationaux et continentaux (comme le programme 6GSNS de la Commission Européenne), les groupes d’intérêt (comme le GSMA) tentent de définir ce que pourrait être la sixième génération de réseaux mobiles, ses objectifs, ses cas d’usage et ses technologies. En France, le projet PEPR5G rassemble la communauté scientifique autour des enjeux des réseaux du futur et l’IMT s’est vu confier par le gouvernement le pilotage de la future plateforme France 6G.


Quelle vision pour la 6G  ? Comme pour chaque génération, les visions proposées oscillent entre utopies (ou dystopies selon le point de vue) d’une société et d’une économie complètement numérisées et des objectifs sociétaux.   La vision du projet de recherche européen Hexa-X conçoit par exemple la 6G comme un réseau capable de connecter trois mondes : le monde humain des sens, des corps, de l’intelligence et des valeurs ; le monde numérique de l’information, de la communication et du calcul ;...
Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteur

Articles du numéro