Retour au numéro
Partager sur :
Vue 68 fois
10 octobre 2023

La puissance des supraconducteurs pour perfectionner les qubits

La correction active des erreurs intrinsèques aux qubits est à l’ordinateur quantique universel ce que la main du chevalier Arthur est à l’épée du rocher. Sans elle, les applications révolutionnaires promises par le calcul quantique ne verront jamais le jour.

 


L’exploitation des propriétés quantiques de la matière à des fins computationnelles n’est pas chose simple. La fragilité de l’information quantique contenue au sein des qubits est une qualité paradoxale : à la fois salutaire, car elle permet le contrôle et le couplage des qubits entre eux, mais hautement risquée car elle est source d’erreurs fatales mettant en péril le succès des calculs exécutés. En effet, la correction active des erreurs quantiques est l’élément clé à maîtriser pour pouvoir...
Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteurs

Sabrina BOUCHARD
Michel PIORO-LADRIÈRE

Articles du numéro