Retour au numéro
Partager sur :
Vue 69 fois
13 juillet 2020

Confinement et numérique

Le confinement brutal a constitué un choc supplémentaire pour les personnes atteintes d’« illectronisme » qui subissent la fracture numérique.

De nombreuses personnes ont du jour au lendemain été contraintes de télétravailler. Ceci suppose d’avoir un PC, un accès Internet et les compétences pour utiliser des outils de travail collaboratif ou de visioconférence de type Zoom, Teams de Microsoft, etc. Et de garantir l’accès aux intranets des entreprises, la sécurité des données manipulées, etc.


Toutes les entreprises n’étaient pas préparées de la même façon et la crise du Covid19 a été pour certaines un accélérateur de leur transformation digitale avec un impératif de trouver rapidement des solutions pour assurer une continuité de leur activité.

Le choc a été également important pour les élèves malgré la mise en ligne de ressources pédagogiques. Des décrocheurs ont été à déplorer, plus nombreux encore parmi les CSP-. Suivre les leçons et faire des devoirs en ligne demande par ailleurs une grande discipline. Et ce n’est pas simple pour les familles où cohabitent des parents qui télétravaillent, des enfants qui télé-étudient, le tout dans un espace limité et avec une connexion affaiblie par les accès simultanés et la vidéo qui consomme beaucoup de bande passante.

Les impacts ont été les achats d’imprimantes dont les prix ont augmenté, de PC et de tablettes alors que le marché était en légère décroissance jusqu’alors et même d’amplificateurs Wi-Fi, de casques audio et de cartouches d’imprimantes. Certaines personnes confinées ont partagé la connexion 3G ou 4G de leur smartphone pour pouvoir utiliser leur PC.

Parmi les effets, en avril Zoom qui a fait parler de lui pour des questions de sécurité a été l’App. la plus téléchargée alors que jusqu’alors c’étaient WhatsApp et TikTok.

Les parents obligés de jongler entre leur travail à distance, la surveillance des devoirs de leurs enfants, ont eu une charge mentale importante de 8 h à 18 h avec les dossiers de fond traités en dehors. Le télétravail amène à être efficace et multitâche.

Les personnes âgées et isolées, peu au fait de l’utilisation du numérique, que ce soit au niveau de l’équipement, de la formation ou des usages ont été les premières victimes. Pour autant certains geeks chez les seniors ont pu garder le contact avec leurs enfants et petits-enfants (via Skype, WhatsApp), ce qui constitue un palliatif aux rencontres. La cybercriminalité a augmenté du fait de la crise avec des ventes de produits contrefaits (masques, tests), des faux appels aux dons, des tentatives d’hameçonnage avec des pièces jointes et des liens étranges, etc.

En tout état de cause et même si le télétravail va progresser ce qui nécessitera par ailleurs un autre contrat social à inventer entre le salarié et l’entreprise (des m2 économisés pour l’entreprise ne se retrouvent pas forcément au domicile), le confinement laissera des traces comme le juste équilibre à rechercher dans un monde phygital entre les deux faces complémentaires, le numérique et le physique. En effet, l’animal social que nous sommes a toujours besoin d’interagir dans la « vraie vie » !

Auteur

Administrateur des postes et des télécoms (ENSPTT), IAE de Paris, DESS Ingénierie des réseaux et des systèmes (Paris VI) Voir les 5 autres publications de l'auteur

Articles du numéro