Retour au numéro
Partager sur :
Vue 55 fois
22 juin 2023

Du grec « Krisis »1 à l’oxymore chinois danger (Wei) et l’opportunité (ji)
Une réponse des territoires à la crise par une coopération en coévolution technologique et humaine.

INTRODUCTION

Face à la propagation des attentats, notamment ceux de 2015 en France, puis en Europe et aux États-Unis, en 2018 j’ai effectué une étude sur la gestion de crise majeure multisites à l’international, sous le prisme des risques et impacts, pour objet la coopération onusienne et européenne.En a émergé un projet de plateforme collaborative : LE Lab’Territoires, Menaces Et Résilience Collective 4.0, présenté au CNAM. Un outil opérationnel avec pour objectif de parvenir à optimiser en temps réel une aide à la gestion du territoire en cas de crise majeure. Composé d’une base d’alerte et de cartographie simultanées des ressources et actions. Il s’agit d’un concept de super calculateur avec une architecture de technique blockchain.2


La crise sanitaire mondiale de mars 2020 va réveiller la possibilité d’implémenter et de tester à l’échelle d’un petit territoire un simple prototype de coopération interservices publics/ privés via une plateforme virtuelle. LE CONTEXTE Mars 2020, le confinement de la population est déclenché. La pénurie de masques et la propagation rapide du virus du covid-19, installent des comportements anarchiques des citoyens en manque de repères et d’informations. Si les urgences vitales et les services...
Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteur

Albane BOIN

Articles du numéro