Retour au numéro
Partager sur :
Vue 57 fois
15 juin 2019

Revue TELECOM 193 - Editorial Vers les Bio-Scientists par Michel Cochet (1973)

EDITORIAL

VERS LES BIO-SCIENTISTS

ll y a environ 10 000 ans, lorsqu'il est passé du stade de cueilleur-chasseur à celui d'agriculteur-éleveur, l'homme, en commençant à sélectionner les espèces dont il avait besoin, en semant ses récoltes et en faisant se reproduire son bétail, commençait déjà à modifier le monde vivant qui l'entourait. Ensuite, il a observé et mis à profit les phénomènes de fermentation dus à des micro-organismes dont il ignorait à l'époque, l'existence même. Il constate, ainsi, la modification possible de matières premières.

Pasteur, en particulier, rationalise certaines de ces pratiques d’une part, en mettant en évidence l'existence de micro-organismes, leur rôle de ferments, et, d'autre part, explique leur action. Ces études et recherches débouchent sur une amélioration des pratiques industrielles.

Aujourd’hui, il est commun de parler de biotechnologies. Celles–ci se définissent comme l'ensemble des méthodes et des techniques utilisant des composants du vivant pour rechercher, modifier ou produire des substances chimiques ou des éléments d'origine végétale, animale ou microbienne.

En Europe, il est usuel d’utiliser une classification en couleur selon le domaine étudié :

• Biotechnologies Rouges quand elles pour objet la santé,

• Biotechnologies Bleues pour le biotope marin,

• Biotechnologies Vertes quand elles concernent le végétal,

• Biotechnologies Blanches dans l’univers de l’industrie,

• Biotechnologies Jaunes quand il s’agit de traiter de l’environnement,

• et Biotechnologies Oranges dans le cadre de la pédagogie associée.

Quoi de commun avec les techniques étudiées à Télécom Paris, rien à priori sauf que dans les années Soixante/Soixante dix, l’informatique a fait une percée fulgurante aussi dans ce domaine.

Et maintenant, après l’apparition de ces bio-informaticiens, le concept de bio-scientists commence à se généraliser et le dossier qui suit ouvre aux spécialistes des technologies numériques de nouvelles voies d’une richesse humaine et scientifique incomparable.

Les applications sont d’une telle variété qu’il est impossible d’en faire un panorama complet : chacun des domaines pourrait faire l’objet d’un dossier spécifique. Les articles qui suivent abordent les technologies de la micro-fluidique (simulation du vivant), de l’étude génomique, de la reproduction des capacités de êtres vivants (Antbot), de l’impression 3D.

Vers la découverte d’un univers révolutionnaires et passionnant où le vivant et les technologie entrent en symbiose pour, espérons le, une amélioration de l’être humain, de la société et de son environnement et qui devrait susciter des vocations chez les étudiants et chez les alumni de Télécom Paris.

Auteur

Licencié ès Sciences Economiques (73), Diplômé IAE Paris (86)

Consultant dans le domaine de l'énergie et du numérique Voir les 9 autres publications de l'auteur

Articles du numéro