Retour au numéro
Vue 96 fois
09 novembre 2021

L’industrie du Futur, un axe stratégique de l’IMT

QU’EST-CE QUE L’INDUSTRIE DU FUTUR ?

Au cœur de la quatrième révolution industrielle se trouve la transition numérique. Elle s’appuie sur l’augmentation massive des capacités de calcul, des capacités de mémoire ainsi que des réseaux de communication. Ses technologies les plus emblématiques sont l’Internet des objets, les réseaux hauts débits, la cyber sécurité, l’exploitation des données massives, le jumeau numérique, l’intelligence artificielle ou encore le cloud. Elles procurent à l’usine du futur les données et l’infrastructure nécessaires pour être plus agile et plus flexible. Elles fournissent à l’ingénieur et aux techniciens des outils pour concevoir et simuler les produits, intégrer et piloter les systèmes de production. Elles permettent aux entreprises de s’intégrer dans un écosystème toujours plus connecté entre clients et fournisseurs à tous les stades du processus de conception, de fabrication, de vente et distribution des produits.


En parallèle, de nouvelles technologies de production arrivent à maturité. La fabrication additive, la robotique collaborative ou les exosquelettes ont désormais des performances qui justifient leur intégration dans l’outil productif. Mais des progrès importants sont également réalisés sur des procédés de fabrication plus conventionnels comme le soudage par friction-malaxage ou l’utilisation de fluides cryogéniques (azote liquide, CO2 supercritique…) comme lubrifiant pour l’usinage des pièces.

Ces transformations se produisent dans un contexte de contraintes écologiques qui poussent les produits et les procédés à devenir plus respectueux de l’environnement. Ils sont conçus et utilisés en mettant en œuvre des concepts tels que l’écologie industrielle, le recyclage, l’écoconception, la décarbonation ou l’économie circulaire dans une gestion de bout en bout de leur cycle de vie.

Ces trois transitions numériques, industrielles et écologiques, influencent dans un processus à double sens une transformation économique et sociale. L’industrie du futur est la réponse à l’ensemble de ces enjeux.

L’INDUSTRIE DU FUTUR, UNE OPPORTUNITÉ POUR LA FRANCE.

L’industrie du futur s’inscrit dans une stratégie de développement économique nationale sur le thème de la réindustrialisation qui vise à la fois à concevoir et à fabriquer les produits de demain mais également à retrouver une compétitivité pour relocaliser une partie des productions qui ont été délocalisées.

C’est une révolution en marche dont le modèle qui associe organisations, méthodes, technologies et modèles économiques n’est pas abouti et se construit actuellement. Les cartes ainsi rebattues constituent une formidable opportunité pour regagner des positions industrielles en exploitant au mieux et en premier les nouvelles possibilités ouvertes par la quatrième révolution industrielle.

COMMENT SE POSITIONNE L’IMT ?

L’industrie du futur fait partie des grands axes stratégiques de l’IMT dont la contribution s’appuie sur quelques forces essentielles.

  • La grande diversité de ses écoles composantes qui rassemble des écoles des mines, historiquement tournées vers l’industrie, des écoles des Télécom, historiquement tournées vers les technologies de l’information et du numérique et l’IMT BS, école de management.
  • Son statut de premier groupe d’écoles d’ingénieurs et de management en France. Ce sont chaque années des milliers d’étudiants qui sortent de ses écoles et des centaines d’enseignants chercheurs qui concourent à faire progresser les connaissances et à les transférer vers les entreprises.
  • La territorialisation de ses écoles qui lui assure une proximité avec le tissu industriel.
  • L’intégration de compétences en économie, management et organisation qui lui permet de penser le changement en cours et de faciliter le déploiement de l’industrie du futur dans les entreprises.

Ce positionnement se traduit en actions concrètes dont les quelques réalisations suivantes illustrent l’ampleur et la variété :

  • Huit des dix thématiques phares de recherche animées à l’IMT sont en lien avec l’industrie du futur : Data Analytics et Intelligence Artificielle, Énergies renouvelables et ressources, Procédés avancés, Matériaux à hautes performances et éco-matériaux, Réseaux et Internet des Objet, Risques et cybersécurité, Systèmes de production, transformation numérique des organisations.
  • Plus d’une soixantaine de plateformes technologiques liées à l’industrie du futur sont implantées sur les campus de l’IMT.
  • L’IMT participe comme membre fondateur à l’alliance pour l’industrie du futur, organisation qui œuvre depuis 2015 pour accélérer le déploiement de l’industrie du futur dans les entreprises. Depuis avril 2021 elle participe aux travaux de la 19e filière industrielle nouvellement créée « Solutions pour l’industrie du futur ».
  • L’IMT a co-créé l’académie Franco-Allemande avec la Technische Universität München en Allemagne pour développer la coopération franco-allemande sur l’industrie du futur.
  • De nombreuses chaires de recherche sont montées chaque année sur le thème de l’industrie du futur parmi lesquelles la chaire elm.leblanc et le projet de recherche Européan AI for industry sur l’application de l’IA aux données industrielles détaillés plus loin dans ce numéro.
  • Sans compter la formation initiale, les parcours optionnels, ou les mastères spécialisés consacrés à l’industrie du futur.

Mais ce sont aussi des projets en préparation comme le projet PARCOURS pour l’accompagnement des salariés sur les compétences clefs de l’industrie du futur ou le projet de plateforme d’accélération pour l’industrie du futur QUATRIUM pour la région AuRA destiné à soutenir les entreprises dans leur transition vers l’industrie du futur.

Ainsi l’IMT se positionne pour être au rendez-vous de ce renouveau industriel par une politique volontariste sur l’ensemble de ses métiers de recherche, de formation et de développement économique.


Vincent PESSIONE
est ingénieur ENSAM

Après avoir débuté en qualité d’Ingénieur système avionique chez Safran Electronics and Defense, il devient Acheteur des moyens industriels chez Airbus Safran Launchers puis Responsable du service achats chez Safran Power Unit. Après avoir suivi un Executive MBA à HEC, il est depuis 2021 Chargé de mission pour l’industrie du futur à l’IMT.

vincent.pessione@imt.fr


L’Alliance pour l’industrie du futur (AIF)

L’alliance, en france, pour l’industrie du futur (AIF) a été fondée en 2015 par des organisations professionnelles (Gimelec, Symop, Syntec…), des établissements techniques (CEA Tech, CETIM…), des structures de financement (BPi France, France invest) et des organisations académiques dont l’Institut Mines-Télécom.

Son objectif était de fédérer des acteurs clefs de l’industrie du futur pour structurer une démarche et accélérer la transition des entreprises françaises.

En avril 2021, le Conseil National de L’Industrie a labellisé la 19ème filière industrielle « Solution pour l’industrie du futur ». Dans le cadre de cette création, l’AIF a été repositionnée comme le bras opérationnel de la nouvelle filière.

L’AIF est actuellement présidée par Frédéric Sanchez,aussi président de la société Fives.

Site de l’AIF : www.industrie-dufutur.org

Site de la filière Solutions pour l’industrie du futur :

www.solutionsindustriedufutur.org.

Auteur

Vincent Pessionne

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.