Retour au numéro
Vue 22 fois
31 décembre 2021

Mobility as a Service (MaaS), un levier pour une mobilité soutenable dans la ville intelligente ?

Publié par Laura Mariana Reyes Madrigal et Jakob Puchinger | N° 203 - SOUVERAINETÉ NUMÉRIQUE - SMART CITY

Les villes grandissent en termes de nombre d’habitants et de taille géographique, ce qui pose des défis majeurs en termes d’habitabilité, d’écologie et d’accessibilité. La pollution ainsi que les effets néfastes pour la santé liés au transport routier posent un grand problème dans la plupart des grandes villes du monde. Les modes de déplacements urbains sont en profonde mutation au plan mondial : enthousiasme retrouvé pour le transport à vélo, essor des modes partagés individuels et collectifs, transport intermodal favorisé par les TIC (technologies de l’information et de la communication) notamment par l’usage des smartphones. Trois principaux problèmes des services de mobilité urbains (Bouf et Faivre d’Arcier1 ; Boutueil2) sont adressés par des innovations technologiques :

  •  La crise de financement dans le transport public pousse vers une intégration de nouvelles solutions numériques pour réduire les coûts.
  •  Face à la crise environnementale on observe le développement et l’introduction de technologies de propulsion propres et une montée en puissance de services de mobilité partagée.
  •  Une baisse inédite des taux de fréquentation des transports publics à cause de la pandémie du Covid-19 demande aux villes de renforcer leurs stratégies de résilience face à ce type de situations.

Le MaaS a pour objectif de répondre à ces enjeux en donnant accès aux usagers à la panoplie des services de mobilité à travers une seule plateforme digitale qui rendrait les déplacements intermodaux plus simples. L’un des arguments les plus courants pour lancer la conversation sur le MaaS est la durabilité environnementale : Apporter des gains en termes de réduction de la congestion et des émissions de transport (Sochor et al.8 ; Li).


MOBILITY AS A SERVICE : UNE SOLUTION SYSTÉMIQUE POUR LA MOBILITÉ URBAINE

Les deux dernières décennies ont été un tournant pour la mobilité. Les stratégies d’urbanisme et les objectifs de développement économique répondaient principalement aux développements des systèmes de transport qui étaient auparavant principalement axés sur le déploiement des infrastructures. Le moment du mobility turn comme développé par John Urry en 2004, s’est accompagné d’une approche de planification...

Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteurs

Laura Mariana Reyes Madrigal
Jakob Puchinger

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Ajouter un commentaire...