Retour au numéro
Partager sur :
Vue 81 fois
10 juillet 2020

Numérique & Handicap des solutions pour tous

L’accessibilité numérique c’est quoi ?

Lorsque l’on parle de handicap, l’image qui nous vient immédiatement est celle d’une personne en fauteuil roulant ou avec une canne blanche. En réalité, le handicap est bien plus complexe que cela ! Dans les années 1980, on parlait de personnes « handicapées » et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définissait le handicap comme étant relatif à l’état de santé ou aux capacités physiques de l’individu. Depuis la définition a bien changé et on parle maintenant davantage de « situations de handicap » : c’est l’environnement dans lequel une personne évolue qui créé un handicap.


Définissons maintenant l’accessibilité numérique. En définitive, il s’agit de l’ensemble des solutions numériques permettant d’améliorer les interactions d’un individu par rapport à son environnement. Ces solutions dépassent le cadre du handicap permanent et doivent aussi englober le handicap temporaire (un bras dans le plâtre à la suite d’un accident de ski par exemple) et le handicap situationnel (un environnement bruyant ou très sombre qui génère des difficultés auditives ou visuelles).

Si nous essayons maintenant d’imaginer toutes les solutions nécessaires pour couvrir les enjeux de l’accessibilité numérique, il va falloir répondre à l’ensemble des difficultés d’ordre physique (motricité), sensoriel (visuel, auditif), intellectuel (mental) ou cognitif (apprentissage). Mais comment adresser tous ces aspects en même temps ? Et si l’accessibilité numérique consistait simplement à fournir aux utilisateurs différents moyens pour réaliser ce qu’ils souhaitent faire ? Prenons par exemple la rédaction d’un document Word. Nous pouvons aujourd’hui le rédiger au clavier, avec la voix grâce à de la dictée vocale ou avec les yeux en utilisant un oculomètre Tobii © offrant la possibilité de piloter un clavier virtuel d’un simple regard. Il est même possible d’utiliser en fonction du contexte un ordinateur, une tablette ou un téléphone mobile. En définitive, nous avons permis à une personne en situation de handicap d’utiliser le moyen le plus simple pour elle de rédiger son document.

Microsoft : L’accessibilité universelle

La mission de Microsoft est de donner à chaque individu et à chaque organisation les moyens de réaliser ses ambitions. C’est de l’accessibilité universelle dont il est question : permettre à chacun de tirer parti des solutions Microsoft intégrées nativement. Pour y arriver, les équipes de développement s’appuient sur une démarche de conception inclusive (www.microsoft.com/design/inclusive/) permettant de confronter les usages des applications à des « personas », représentatifs de la diversité humaine. La démarche s’effectue en trois étapes :

Cette démarche est intéressante car de nombreux objets de la vie quotidienne ont, au départ, été conçus pour répondre à un enjeu de handicap : la télécommande, le régulateur de vitesse, les panneaux d’affichage dans les gares ou les aéroports.

L’objectif de Microsoft c’est surtout de démocratiser l’utilisation des fonctionnalités d’accessibilité aussi bien pour les utilisateurs en situation de handicap que pour tout un chacun en intégrant de nouveaux usages. Cette standardisation des solutions permet aussi de simplifier la gestion des ordinateurs dans les entreprises et de garantir aux utilisateurs une continuité des usages entre le lieu de travail et le domicile.

À l’école

Une des premières difficultés en milieu scolaire est de fournir aux élèves en situation de handicap des solutions simples et robustes à utiliser. Un logiciel particulièrement prisé est OneNote. Il permet non seulement d’organiser ses cours facilement et ne nécessite pas d’enregistrement manuel : tout est automatique ! Il existe différentes versions : une Application OneNote gratuite sur le Store de Windows 10, une version intégrée pour les utilisateurs de Office 365 et une version Education qui offre de très nombreuses possibilités de partage pour les enseignants.

Et le lien avec le handicap me direz-vous ? L’outil intègre en standard un lecteur immersif qui permet par exemple à des populations « DYS » de disposer d’une lecture audio de son texte en mode karaoké, d’un affichage adapté avec espacement des caractères et colorisation grammaticale, d’un imagier et même de la traduction du texte dans près de 60 langues.

On trouve aussi dans OneNote une fonctionnalité pour dicter ses textes et dès le premier trimestre 2020 la possibilité d’intégrer du sous-titrage avec traduction.


Au travail ou à la maison

Parlons maintenant des solutions disponibles sur Microsoft 365. Dans un premier temps il faut s’intéresser à ce qui existe au niveau de Windows 10 et plus spécifiquement les paramètres d’options d’ergonomies (Win + U). Ils sont classés sous trois thèmes : vision / audition / interaction. Nous n’allons pas détailler ici chacune des fonctionnalités disponibles : elles sont nombreuses.

Citons simplement quelques exemples : activer une loupe performante couplée avec un pointeur de souris agrandi et colorisé pour répondre à des déficiences visuelles ou encore un filtre de couleurs pour des utilisateurs daltoniens voire même un narrateur entièrement optimisé pour des utilisateurs totalement non-voyants. Windows 10 offre également la dictée vocale quel que soit les applications utilisées (Win + H). La nouvelle version du navigateur Edge permet enfin une lecture audio d’une page Web et des options d’affichages optimisées.

Intéressons-nous maintenant à la création de documents Word. Non seulement vous disposez d’une dictée vocale performante et d’un outil de traduction intégré mais aussi d’un « vérificateur d’accessibilité » qui vous guide afin de rendre votre document accessible à tous.

Si nous parlons de PowerPoint pour créer des présentations, vous disposez d’un assistant « idée de conception » qui automatise l’organisation de vos images sur votre diapositive. Si vous faites une présentation, vous pouvez ajouter des sous-titres en Français pour des utilisateurs déficients auditifs. Vous pouvez même choisir de sous-titrer votre voix dans la langue de votre choix et tout ceci en direct.

La plateforme de collaboration Teams n’est pas en reste concernant l’accessibilité. Vous pouvez disposer de nombreux raccourcis pour accéder à l’ensemble des fonctionnalités (Win +). Microsoft a intégré du sous-titrage en direct en Anglais pendant les conversations et va très prochainement le rendre disponible en Français.

En dernier lieu, nous pouvons évoquer ensemble l’application gratuite sur iPhone « Seeing AI ». Elle offre grâce à la caméra de son téléphone un « œil électronique » à un utilisateur non-voyant. Il peut ainsi entendre un texte, identifier un produit par son code barre, reconnaitre des personnes, un billet de banque, la lumière, la couleur… Il offre même la possibilité de naviguer de façon tactile sur une photo.

Et le jeu vidéo ?

Le jeu vidéo est un formidable vecteur d’inclusion. Microsoft a sorti il y a un peu plus d’un an une « manette adaptative » afin de permettre à des personnes à mobilité réduite d’utiliser des périphériques adaptés à leurs handicaps. Cette manette dispose d’une entrée pour connecter une manette traditionnelle complémentaire pour qu’un autre utilisateur puisse servir de co-pilote à la personne en situation de handicap. De nombreuses autres fonctionnalités d’accessibilité existent sur la plateforme Xbox comme un lecteur d’écran, des thèmes sombre ou clair, du sous-titrage…

La prochaine étape attendue par la communauté des handi-gamers c’est la création de compétition eSport inclusive.


En conclusion

Des progrès phénoménaux ont été accomplis ces dernières années pour répondre aux enjeux du handicap. Cela a été rendu possible grâce aux avancés spectaculaires en matière d’Intelligence Artificielle (reconnaissance de la voix, analyse d’images…). Ces progrès ne sont pas encore suffisants : c’est toute la société qu’il faut changer car au-delà des solutions d’accessibilités, l’enjeu est bien d’offrir aux talents en situation de handicap du travail et des loisirs comme tout un chacun. C’est possible et nous devons tous être acteurs de ce changement.

 

 

Abonné.e à la revue ?
Lis la revue en mode liseuse

Auteur

Philippe TROTIN

Articles du numéro