Retour au numéro
Partager sur :
Vue 192 fois
28 octobre 2020

Les convictions et la politique de l'oréal en faveur de l'égalité femmes-hommes

La diversité et l’inclusion font partie du socle de valeurs sur lesquelles s’est bâti L’Oréal. Tout simplement parce que la diversité de nos équipes est une source d’innovation et de créativité et qu’elle nous permet de répondre à l’infinie diversité des besoins et attentes de nos consommateurs à travers le monde. Aussi, notre Groupe est une entreprise engagée de longue date en faveur de l’égalité femmes-hommes. Notre mutation, notre transformation, nous l’avons commencée il y a une vingtaine d’années afin de promouvoir les femmes à tous les niveaux de l’entreprise. Et ce sujet est d’autant plus crucial aujourd’hui que les répercussions socio-économiques, politiques et sanitaires de la crise que nous traversons depuis début 2020 ont durement exacerbé les inégalités femmes-hommes.


Chez L’Oréal, nous avons toujours été convaincus de la nécessité de mettre en place une politique volontariste en faveur de l’égalité professionnelle. Les engagements du Groupe sont nombreux et nous avons concentré nos efforts autour de plusieurs enjeux.

Tout d’abord, garantir l’égalité dans tous les domaines qui sont mesurables, comme l’accès à la formation ou à un niveau de salaire identique à compétences égales, l’égalité salariale étant pour nous l’un des fondements de l’égalité femmes-hommes. Depuis 2007, notre Groupe fait appel en France au laboratoire EconomiX (Paris-X Nanterre) pour procéder à une analyse annuelle des écarts de rémunération entre hommes et femmes et pouvoir ainsi mettre en place les mesures correctives nécessaires. Depuis 2019, l’écart des rémunérations médianes entre les femmes et les hommes en France - qui était de 10 % en 2007 - a disparu. Nous avons souhaité étendre cette démarche au niveau international dans 15 de nos plus grandes filiales, représentant 70 % de l’effectif mondial, afin de gommer progressivement les écarts de rémunération qui pourraient encore persister dans certains pays.

Former nos collaborateurs afin qu’ils identifient et modifient leurs éventuels biais inconscients est un autre élément essentiel d’une politique active en faveur de l’inclusion, et de fait de la parité. Nous sommes également convaincus de l’importance des « role models », c’est-à-dire des femmes qui ont pris des positions clés, et pas uniquement dans des fonctions support. Chez L’Oréal, d’année en année, nous avons réussi à augmenter largement la proportion de collaboratrices occupant des postes à responsabilités : 30 % de notre Comité Exécutif est féminin contre 7 % il y a dix ans. 54 % d’entre elles occupent des postes clés, là où elles n’étaient que 37 % en 2013.

Afin de mesurer et évaluer de manière objective nos avancées, nous avons entrepris depuis 2010 une démarche de certification dans la moitié des pays où nous sommes présents (soit 61 % de l’effectif total) reposant sur les audits d’organismes indépendants, EDGE (Economic Dividend For Gender) et GEEIS (Gender Equality for European and International Standard). Ce qui peut être mesuré, peut être accompli, et ce sont ce type d’actions qui nous motivent à aller toujours plus loin.

Créer un véritable écosystème favorable à l’égalité professionnelle et aborder la question de la parité sous différents angles est essentiel pour atteindre cet objectif. L’Oréal est notamment partenaire du programme de leadership au féminin EVE, créé en 2010 avec Danone. Porter une attention particulière au développement des carrières féminines, c’est aussi mettre en place des mesures qui permettent une meilleure conciliation des temps de vie privée/professionnelle comme par exemple le télétravail.

Pour toutes ces raisons, L’Oréal est souvent une entreprise dans laquelle de nombreuses femmes se projettent et envisagent de travailler. L’industrie de la beauté est un univers qui leur parle et le lien émotionnel est fort. Il faut reconnaître que ce n’est pas toujours le cas pour les hommes, et pourtant nous aimons à penser que les stéréotypes de genre sont de moins en moins présents. Nous avons en effet besoin de recruter davantage d’hommes. Notre défi : combattre certaines idées reçues qui consistent à penser que les produits de beauté sont une affaire de femmes.

Nous avons aussi le défi de montrer que nous recrutons des profils autres que des profils marketing, femmes et hommes. Aujourd’hui, les classements comme Universum nous montrent que, d’année en année, nous progressons auprès des profils ingénieurs.

Depuis plus de 40 ans, nous recrutons en permanence, dans une perspective de long terme et dans tous les métiers, bien au-delà du marketing. Nos besoins couvrent les métiers de production, le digital, la supply chain ou encore la recherche. Nous cherchons les profils les plus divers, avec comme dénominateur commun la passion et l’esprit d’entreprendre.

Mais bien sûr, nous avons un double défi à relever : recruter davantage d’hommes tout en continuant à promouvoir des femmes à des postes clés afin que la parité soit une réalité quotidienne au sein de notre entreprise.



Jean-Claude Le Grand

Jean-Claude Le Grand a rejoint L’Oréal en 1996. Passionné par la détection des talents, et investi sur les questions de diversité, il devient en 2002 Directeur International du recrutement, fonction à laquelle s’ajoute en 2007 la Direction de la Diversité qu’il a créée. Avant d’être nommé en 2018 DRH du Groupe L’Oréal, il a été en charge du développement International des Relations Humaines tout en animant la Direction mondiale de la Diversité. 

Auteur

Jean-Claude Le Grand

Articles du numéro