Retour au numéro
Partager sur :
Vue 468 fois
15 janvier 2020

Smart Water : la gestion intelligente et durable de l'eau grâce aux technologies digitales

SMART WATER :

la gestion intelligente et durable de l’eau grâce aux technologies digitales

Stress hydrique, canicules, pollutions ou épisodes pluvieux intenses ; les enjeux climatiques qui bouleversent durablement la planète amènent les professionnels de l’eau à accélérer la modernisation de leurs outils de travail. Renforcement des réglementations environnementales, sécurité des biens et des personnes et obligation de performance économique poussent également les collectivités à se mettre en ordre de marche. Pour les accompagner, des solutions digitales ont émergé ces dix dernières années, se basant notamment sur des données démultipliées issues d’objets connectés et sur des capacités nouvelles dans le traitement des informations. Des innovations qui transforment la gestion de l’eau et de l’assainissement.


Objets connectés et science de la donnée au service de l’environnement

De la source d’eau en amont, jusqu’au retour dans le milieu naturel, les outils de surveillance, d’analyse et de pilotage temps réel permettent aujourd’hui aux exploitants de l’eau de gérer les opérations quotidiennes de façon centralisée, en rassemblant des milliers de données hétérogènes et dispersées, tout en tirant parti des nouvelles possibilités offertes par les data sciences.

Dans le domaine de l’eau, les cas d’application sont nombreux : pomper au bon endroit et en bonne quantité, produire de l’eau au plus juste, identifier des fuites sous terre, anticiper des inondations, réduire les risques de pollution du milieu naturel, ou encore maîtriser la qualité de l’eau de la source au robinet. Pour les services de l’eau, publics comme privés, il s’agit de prendre les meilleures décisions en un temps réduit pour sécuriser le service vingt-quatre heure sur vingt-quatre, sept jours sur sept, tout en optimisant les coûts. A moyen et long terme, il s’agit également de mieux maîtriser le patrimoine visible (les équipements, les usines) et invisible (les réseaux d’eau et d’assainissement enterrés) pour en anticiper la maintenance, pérenniser la durée de vie des installations et planifier au mieux les investissements nécessaires dans le temps.

Les données sont quant à elles issues de capteurs et d’appareils de mesure positionnés sur les réseaux ou dans les usines. Il peut s’agir d’un poteau incendie connecté d'un prélocalisateur acoustique qui « écoute » le bruit d’une fuite, d’un compteur intelligent ou encore d’une sonde qui mesure en temps réel les paramètres de la qualité de l’eau. La fiabilité de ces dispositifs est essentielle pour permettre de collecter une donnée de bonne qualité. Pour être plus pertinentes, ces données peuvent être croisées avec des informations complémentaires en provenance de systèmes de gestion traditionnels tels qu’un référentiel patrimonial ou un système d’information géographique (SIG), ou bien encore des données externes comme des prévisions météo. Une fois ces informations collectées, elles sont traitées par des techniques algorithmiques ou de « Machine Learning » éprouvées par des experts métiers, et finalement retranscrites en indicateurs, événements intelligents, scénarios prédictifs ou consignes de gestion optimisées à destination des opérateurs.

L’exemple d’AQUADVANCED® à Anvers et à Singapour

Depuis 2014, SUEZ commercialise AQUADVANCED®, une suite de plateformes temps réel unique qui exploite ces informations et ces techniques de traitement des données sur l’ensemble de la gestion du cycle de l’eau. En Belgique, le Groupe accompagne notamment water-link, la compagnie des eaux de la ville d'Anvers, pour mettre en place AQUADVANCED® Réseaux d’eau, une plateforme de suivi temps réel du réseau d’eau potable. La société publique flamande qui produit environ cent quarante millions de m3 d'eau par an pour alimenter les six cent vingt mille habitants de la région et les industries du port d'Anvers, souhaite piloter plus efficacement son vaste réseau de deux mille six cent kilomètres de canalisations. Avec AQUADVANCED® Réseaux d’eau, water-link entend réduire les pertes en eau et améliorer significativement le rendement, c’est-à-dire diminuer au maximum la différence entre les volumes d’eau produits et ceux effectivement consommés par les usagers. Avec cette solution, l’entreprise pourra également surveiller quotidiennement la qualité de l’eau et améliorer plus globalement la performance opérationnelle de son service. C’est à la suite de la mise en place d’un pilote à Ekeren en 2018 sur une zone limitée du réseau, que les exploitants ont pu apprécier les bénéfices d’AQUADVANCED® Réseaux d’eau dans la gestion quotidienne des opérations. « Le logiciel permet une visualisation immédiate de la sectorisation du réseau et de sa performance grâce à des algorithmes avancés et des indicateurs de performance pertinents (…) Il peut intégrer les informations de toutes nos différentes plateformes logicielles (ERP, Bases de données, SIG...) et les afficher de manière simple et ergonomique grâce à une interface intuitive et conviviale » indique Gert Verschooten, responsable d’exploitation chez water-link. Pour que le système soit encore plus efficace, water-link mène en parallèle des travaux de sectorisation du réseau hydraulique qui permettront aux exploitants de suivre dans la plateforme la performance quotidienne du réseau de distribution par secteur hydraulique. Les calculs seront d’autant plus précis grâce l’intégration des données des deux cent mille compteurs communicants en cours de déploiement qui relèvent les consommations d’eau quotidiennes des abonnés.

En matière de gestion des eaux usées et pluviales, les enjeux sont différents mais le besoin est le même : faire parler les données pour faciliter la prise de décision, sécuriser les opérations et le pilotage des infrastructures. Dans une ville comme Singapour, l’une des plus pluvieuses au monde avec des épisodes orageux nombreux et intenses (deux mille quatre cent millimètres de précipitations par an en moyenne), les inondations comme les pénuries d’eau sont fréquentes et une gestion optimale de l’eau s’impose. Sur ce territoire, SUEZ accompagne l’agence nationale de l’eau de Singapour, avec la solution AQUADVANCED® Assainissement. La plateforme pilote les installations hydrauliques critiques du Marina Barrage, un élément clé de l’indépendance hydrique de la cité-État. En surveillant l’état des ouvrages et les prévisions météo, le système anticipe les fortes pluies et permet de maximiser les capacités de stockage des réservoirs et des canaux pour optimiser les opérations liées à ce barrage et éviter les inondations en milieu urbain. AQUADVANCED® Assainissement collecte et traite également en continu des données pour la surveillance de la qualité de l’eau dans le milieu naturel.

A Anvers comme à Singapour, la digitalisation de la gestion de l’eau est devenue une évidence et s’impose comme un levier incontournable pour les pouvoirs publics dans la maitrise de leur territoire, tant sur le plan environnemental, qu’économique et réglementaire.

 

A retenir

• Plus de 1,000 plateformes déployées dans le monde et 17 millions de données traitées par jour.

• 79,9 % : rendement de réseau moyen en France en 2016, soit 20% de pertes en eau sur les réseaux. AQUADVANCED® Réseaux d’eau garantit un gain de 1 à 5 points de rendement de réseau.

• AQUADVANCED® Assainissement permet de réduire jusqu’à 45% les volumes d’eaux pluviales déversées dans les rivières ou la mer, et de réduire jusqu’à 50% des investissements dédiés aux infrastructures de stockage.

 

Biographie de l'auteur 


Pierre Andrade
est Directeur des Solutions Digitales et Décentralisées de la BU Smart & Environmental Solutions de SUEZ. Entré à la Lyonnaise des Eaux en 1988, il occupe diverses fonctions au sein du Groupe SUEZ en France et à l’international. En 2010, il devient Directeur Général Adjoint Advanced Solutions et Innovation SUEZ Eau France, puis Directeur Digital de SUEZ France en 2018.

Auteur

Pierre Andrade

Articles du numéro