Retour au numéro
29 juillet 2021

Peut-on faire confiance aux estimations d'impact positif du numérique sur le climat ?

Il est régulièrement entendu que le numérique permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre. D’où viennent ces affirmations et comment sont calculées ces réductions ? Surtout, est-ce que ces affirmations sont vérifiables aujourd’hui ?

Depuis quelques années l’empreinte écologique du secteur numérique attire de plus en plus l’attention de la communauté scientifique mais aussi de la société civile. Comment expliquer ce soudain éclairage ? Premièrement, il y a eu la prise de conscience générale de la trajectoire climatique de la Terre, aboutissant aux accords de Paris en 2015. Deuxièmement, tous les secteurs ont commencé à être réglementés depuis des dizaines d’années. En effet, les normes environnementales ne sont pas nouvelles dans le secteur du bâtiment et des transports par exemple. Ainsi, le coup de projecteur actuel sur le numérique est aussi le rattrapage de dizaines d’années de retard législatif. Finalement, cette relative discrétion législative concernant le numérique peut être expliquée par un des schémas mentaux qui a accompagné le déploiement de l’infrastructure numérique : la dématérialisation. Ce schéma peut s’avérer juste dans certains cas mais le concept de dématérialisation résiste mal à l’enquête. Plutôt que « dématérialiser » il semble plutôt que nous ayons « matérialisé » plus loin, expliquant une impression relative de réduction. Alors, que sait-on réellement de l’impact du numérique pour réduire l’empreinte des activités humaines ?


Les estimations d’impact positif du numérique sur les enjeux écologiques sont peu nombreuses. La communauté scientifique s’aventure rarement dans ce type d’estimations qui présentent de nombreuses questions méthodologiques. Dans le secteur numérique, deux affirmations circulent généralement dans le milieu professionnel. Stéphane Richard, le PDG d’Orange, affirmait récemment que « 1 t de CO2 émis par le numérique permet d’éviter 10 t dans les autres secteurs »[1]. De...
Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteur

Gauthier ROUSSILHE

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.