Retour au numéro
Vue 1 fois
29 juillet 2021

Un regard numérique sur le Centre Interdisciplinaire E4C d'IP Paris

Publié par Philippe Drobinski , Gérard Memmi (1976) et Michel Marot | N° 201 - INTERNET ET SOCIÉTÉ - NUMÉRIQUE ET TRANSITION ÉNERGÉTIQUE -

L’humanité est confrontée à un défi climatique d’une ampleur inégalée, et dont l’origine humaine ne fait plus aucun doute.
Le dernier rapport du Groupe 1 du GIEC sur la physique du climat montre que, selon différents scénarios d’émissions de gaz à effet de serre (GES), le réchauffement climatique pourrait être de 1° C à 4° C en moyenne.
À ce jour, environ 2 000 Gt de CO2 ont été accumulés dans l’atmosphère, dont environ 35 % proviennent du charbon en lien étroit avec la production d’électricité et de chaleur, 25 % de pétrole, 10 % de gaz et 30 % de déforestation. En 2017, le secteur de l’énergie représentait près de 50 % des émissions de CO2, dont environ 40 % pour la production d’électricité.


LES ENJEUX MONDIAUX

Le domaine du numérique est responsable de 4 % des émissions mondiales de GES, et leur consommation d’énergie augmenterait de 9 % chaque année. Au cours des dernières années, la quantité de données sur Internet est passée de 4,4 ZB en 2013 à 44 ZB en 2020. Pour stocker et traiter une telle quantité de données, les centres de données consomment autour de 1 % de la consommation électrique mondiale.

Le dernier rapport du Groupe 3 du GIEC sur l’atténuation du...

Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteurs

Philippe Drobinski
Gérard Memmi (1976)
Michel Marot

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.