Retour au numéro
Vue 9 fois
22 décembre 2022

L’Art entre Science et Industrie

 Travaux des étudiants de l’école d’ingénieurs de Purpan

L’audace de la nouveauté

Les arts, les sciences et l’industrie semblent éloignés a priori mais procèdent d’une même origine : créer une interface avec le monde et l’environnement. Et leurs degrés de proximité et de porosité varient selon les époques. Les arts se sont toujours servis des techniques en cours dans une société ( exemple : miroir convexe qui a permis la réalisation des représentations réalistes de Van Eyck- peinture en tube qui a donné le pointillisme de Manet – le colt a permis de développer les instantanés de l’appareil photo1, le développement de la photo a donné le fauvisme et l’expressionnisme…). Tandis que les artistes ont participé à développer l’imaginaire scientifique : Léonard de Vinci et les automates, les premiers avions imaginés - F. Kupka qui invente avant l’heure le feed-back vidéo et les fractales que B. Mandelbrot décrira- les premiers films vidéos avec des trains et les changements de points de vues sont conjoints à la théorie de la relativité d’Einstein2...

Les arts et les sciences cherchent l’inconnu, l’invisible. Mais si les sciences cherchent à expliquer le réel, les arts se satisfont de sa complexité et n’ont pas de volonté de maîtrise ni de modélisation. L’art témoigne d’une perception non normée et éloignée des injonctions arbitraires d’une époque. Ce que donne à voir l’artiste n’a pas vocation à séduire ou plaire à un public supposé mais montre que d’autres formes de réalités peuvent être perceptibles dans une autre cohérence que celle ordonnée par la pensée articulée au langage. Van Gogh3 ne peint pas pour faire plaisir, mais il peint ses propres schèmes perceptifs et visuels, il peint ce qu’il éprouve comme monde. Il y a bien une différence d’intention entre l’artiste qui réalise d’autres visions du monde et la science qui, après s’être mise d’accord sur une perception commune, tente d’expliquer le réel en le modélisant et en l’imitant.


Quant à la relation entre l’art et l’industrie, cette dernière n’est que la partie technicisée et optimisée de l’art et qui s’est détachée du projet, du dessein. Industria4 est ce que l’on a à l’intérieur de soi et que l’on projette à l’extérieur. Art et Industrie sont liés dès le départ et sont avant tout interprétation et interface avec le réel (pensez au premier biface qui demande une maîtrise technique, un savoir-faire et un sens de l’esthétique et des formes). L’art agit sur les...

Cet article est réservé aux abonnés à la revue

Auteur

Edwige Armand

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.